[SEM 3] Une affaire de briques et arrêt du chantier

Ce lundi matin, 20 novembre, je m’empresse donc de rejoindre les maçons.
Il pleut… Sont-ils présents ? Oui, ils placent déjà les hourdis !

Le chef d’équipe a bien reçu les infos transmis par mail et a déjà vérifié la pente d’évacuation de la chaudière, elle en possède une très légère. Il me rassure en me disant qu’elle ne sera quasiment jamais utilisée.

Les hourdis sont placés sur le petit diba noir, il ne reste qu’à maçonner la surface pour la lisser.

Dans l’après-midi, les briques de parement sont aussi livrées avec les blocs de terre cuite, 1 autre diba d’1m est placé sur le contour du bâtiment.


Certaines briques sont déjà sorties de l’emballage, elles donnent un rendu différent par rapport au modèle choisi à la maison témoin…

… et le nom sur l’étiquette ne me dit rien, je commence à avoir de sérieux doutes sur la livraison, ce n’est pas notre Terca rouge Veldwezelt.

***

Mardi matin, le 21 novembre, confirmation du Chef de chantier, la Pagus Donkerrood (Pagus rouge foncé) présente n’est pas notre brique choisie en mars dernier.
La raison évoquée : tout d’abord une erreur du fournisseur W**n*rb*rg*r qui procèdera au remplacement…
Plus tard dans la journée, on me dira que notre brique est en rupture de stock, n’est plus produite et qu’ils ont pris la liberté de nous livrer un modèle similaire sans prévenir qui que ce soit ! Incroyable !
L’explication est la suivante : un autre client chez T&P, dans la même situation que nous, a accepté ce remplacement et le fournisseur en a donc conclu que nous ferions de même.
Dans un premier temps, nous refusons et le ciel nous tombe un peu sur la tête. Que faire ? Quelles conséquences ? Combien de jours, de semaines d’arrêt ?

***

Mercredi 22 novembre, nous passons notre après-midi à chercher une autre brique. Nous regardons aussi sur Googlestreet des adresses avec la Pagus pour avoir quand même une idée de quelques pans de mur : aucun résultat sur le web, dommage.
Après plusieurs recherches et sélections, nous remarquons la Forum Rojo qui nous plait assez, pas mal d’adresses en Belgique dont une maison à 5km de chez nous…
En fait après vérification, il s’agit de l’ancien nom de… la Pagus Donkerrood !
Nous revoilà soulagés, le chantier peut donc continuer, l’urbanisme devrait valider la brique car elle se rapproche très fort du modèle initial, sans l’aspect sablé.

***

Jeudi 23 novembre, nouveau rebondissement, je téléphone au chef de chantier pour valider notre choix.
Problème, notre équipe de maçons a été envoyée sur une autre construction suite à notre premier refus de continuer avec le modèle livré. T&P a estimé que changer allait prendre du temps et comme les maçons ne peuvent pas rester les bras croisés…

Nous voilà finalement doublement pénalisés !

Nous sommes donc dans l’attente…
Consolation, en guise de dédommagement, la différence de prix entre la Pagus de meilleure qualité et la Veldwezelt ne nous sera pas comptée, c’est déjà ça.

Deux dernières photos, une découpe dans le hourdis du futur garage pour accéder au vide ventilé et les futures poutrelles.

 

[SEM 2] Le vide ventilé et les évacuations.

Ce lundi 13 novembre, les maçons ne sont pas venus, probablement ont-ils récupéré le congé du 11 novembre. Mais le lendemain, ils sont à l’oeuvre pour enlever le coffrage des semelles et placer les guides pour l’élévation des vides ventilés.

***

Ce 15 novembre, le premier bloc est placé, enfin ! Les autres suivent et forment les premiers contours de la maison au niveau des fondations.

Les photos sont de mauvaise qualité, elle sont prises en fin de journée et ça fait plusieurs jours qu’on n’a pas vu le soleil. Mais la météo reste plus ou moins sèche, c’est l’essentiel.

En façade, l’un des nombreux conduits qui recevra un « T » pour l’aération des vides ventilés.

La boite noire par où passeront les impétrants. Au dessus, une des bouches pour accueillir les eaux de pluie vers la citerne. A gauche, encore un futur « T ».

Au fond deux gaines rouges vers la citerne, l’une pour le câble électrique de la pompe immergée, l’autre pour le socarex.

C’est propre et net, il ne manque que les canalisations intérieures avec les regards pour les eaux usées et de pluie ainsi que les fameux « T » d’aération en façade.

Petit stress d’ailleurs en relisant les évacuations des plans. Depuis le début, T&P a prévu la machine à laver dans le garage alors qu’on l’avait toujours imaginée dans la salle de douche.
Petit mail au conducteur de chantier pour signaler la modification avant la pose des hourdis.

***

Ce 16 novembre, je me rends dès le matin sur le chantier pour voir si le chef d’équipe a bien reçu l’info. Les maçons ont terminé l’élévation des vides ventilés.
J’en profite pour lui demander quand sera appliqué le fameux coaltar noir que l’on voit sur tous les blogs, il me répond qu’il n’y en aura pas !
Grosse surprise pour ma part.
La raison :  » nous n’avons pas de drain périphérique et le terrain n’est pas humide, donc nous n’en avons pas besoin.  »
Ils appliquent alors un nouveau produit hydrofuge. Je suis perplexe et n’imagine pas que les terres viendront le long de cette maigre protection.

Le Chef de chantier me confirmera la même chose, le produit utilisé est le Poltec.

Voilà le résultat en fin de journée.

Poltec posé, sur cette photo il est encore humide. Le premier T a été installé et les canalisations des eaux de pluie.

Après séchage

Le Diba est aussi présent, je le trouve très court, trop court même. Je poserai la question au Chef d’équipe.

Je suppose qu’ils couvriront aussi les angles de la maison.

Drôle de boite verte… C’est une solution temporaire pour protéger l’accès aux impétrants quand ils remblaieront le pourtour de la maison. C’est toujours un volume que je ne devrai pas creuser pour le futur raccordement 🙂

Les eaux de pluie convergent vers cette ouverture qui rejoint tout d’abord un filtre (à feuilles, crasses…) avant de se déverser dans la citerne.

Le filtre surmonté d’un caisson et de la taque. Très proche de la maison, elle ne sera pas au beau milieu de la pelouse.

Même chose pour la citerne.

Le drain dispersant obligatoire n’est pas prévu maintenant, il sera placé plus tard, probablement avant que les gouttières ne soient raccordées.

Ci-dessous, un petit trou dans les semelles qui attire mon attention, il y en a d’autres d’ailleurs.
C’est une précaution contre les inondations au cas où les vides ventilés seraient gorgés d’eau, ils permettent une évacuation plus rapide.
Je n’ai encore jamais vu le terrain inondé même après des trombes d’eau donc je pense que c’est une mesure standard chez T&P.

***

Ce vendredi 17/11, l’équipe termine les évacuations des eaux usées, fameux labyrinthe !

Les tuyaux convergent tous vers une seule buse devant la maison qui passe dans une chambre de visite avant d’être connecté plus tard à l’égouttage du lotissement.

La chambre de visite des eaux usées, une couche de Poltec a également été placé.

Plusieurs regards sont placés un peu partout au cas où il faudrait intervenir par le vide ventilé, en cas de bouchon par exemple.

Toute autre chose, le même jour je reçois (enfin !) un exemplaire de notre futur carrelage qui nous permettra de finaliser le choix des meubles de cuisine.
Les plans ont été définis, il ne reste que la couleur et les finitions à choisir.

Gris clair avec quelques nuances, c’est le  » Novabell S Walking Extra Iron  » en 60 sur 60. La taille des carreaux implique un supplément pour la pose.

***

Ce week-end, je profite du soleil pour aller vérifier notamment les pentes d’évacuation des eaux. Elles sont acceptables, sans plus, mais avec 60cm de vide ventilé, pas évident de faire plus pentu.
Tout est solidement maçonné et ils ont tenu compte de la modification de l’emplacement de la machine à laver.

Je remarque malgré tout une buse horizontale en début de parcours, celle provenant de la future chaudière. Je vais le signaler dans un mail au Chef de chantier et passerai ce lundi matin à la première heure prévenir le Chef d’équipe car la pose des hourdis est prévue ce jour-là !

La trappe pour accéder au vide ventilé n’attend plus que les hourdis.

L’isolant en PUR, denrée rare vu la crise mondiale du polyuréthane, a été livré. Ca sent bon la montée des murs la semaine prochaine.

La semaine passée, je me demandais comment il était possible de construire les vides ventilés sur des semelles après 5 jours, je pense avoir un début de réponse… 🙂

Ce lundi donc, logiquement la pose des hourdis… si le temps le permet.
D’un point de vue général, pour l’instant je suis très content de l’équipe de maçons.

[SEM 1] Terrassement et semelles, c’est parti !

Début du congé de Toussaint, T&P nous a livré la citerne de 10000 L, qui est assez impressionnante hors du sol. Les chaises ont aussi été positionnées.

Petit coup de fil de notre conducteur de chantier qui nous confirme la date du 6 novembre pour le terrassement.

Après avoir contacté 4 entreprises pour des devis, une seule m’a répondu… Le montant étant sensiblement supérieur à celui remis par la société travaillant avec T&P, nous choisirons donc cette dernière.

Et les annonces via le web alors ? J’ai eu 2 contacts :  » oui, peut-être, je ne sais pas, quoique, ça pourrait m’intéresser mais je dois voir, je vous rappelle, ha non, ah oui, ah non… et puis plus la moindre nouvelle.

  • Le 6 novembre, je me rends vers 8h00 sur le terrain et le terrassement avait déjà débuté. Mélange d’excitation et d’appréhension, cette fois c’est bel et bien parti !

La première couche de 20cm est enlevée, le reste suivra.

Rapide et très efficace, le terrassier a même eu le temps d’enlever une partie des anciennes souches en fond de terrain et finira le reste lors du nivellement.
On a maintenant une idée de la future surface, bien qu’élargie.

La citerne est également enterrée juste à l’arrière du futur garage car pour rappel, nous ne pouvons évacuer le trop plein par les égouts, un drain nous a été imposé par l’Intercommunale et sera implanté en fond de parcelle.
Très grand merci à nos futurs voisins qui se sont chargés de la remplir en mon absence.

  • Ce 8 novembre, les semelles sont prévues au programme.
    Une équipe de 4 maçons est bien présente et les matériaux pour le béton, le coffrage, les futurs vides ventilés et l’égouttage ont été déposés ainsi que leur cabine…

… mais aussi une palette de blocs en céramique (?) et une autre de blocs cellulaires.
Si je ne dis pas de bêtise, les blocs cellulaires blancs seront les premiers à être posés sur les hourdis.

Fin de journée, les semelles sont coulées.

Les gaines qui recevront l’électricité, la téléphonie et l’eau.

Les fondations débuteront le 13 novembre. Je suis quand même étonné du laps de temps pour le séchage du béton, je pensais qu’il fallait au moins 2 bonnes semaines.
Je me renseignerai auprès du chef d’équipe.