[SEM 4 à 12] Aucune avancée durant 9 semaines…

Lundi 27 novembre, je téléphone à l’émission Perdu de vue qui n’a toujours pas retrouvé les maçons. Bon, la météo est catastrophique, ils n’auraient de toute manière pas su travailler.

Côté courrier, nous recevons les plans « bon pour exécution » à vérifier, signer et renvoyer chez T&P dans les 8 jours.
Ces plans font suite à notre première réunion de chantier où nous avions modifié quelques détails (suppression et ajout d’un mur, l’emplacement de la trappe dans le garage etc…) Par contre, aucune trace de l’avenant concernant l’erreur de carrelage signalée lors dudit rendez-vous.

J’en profite pour signaler évidemment le remplacement forcé du modèle de briques, j’ajoute la modification de l’égouttage de la machine à laver, avec accord du Chef de chantier.

Autre enveloppe à notre attention, plus petite, plus légère mais qui contient une grosse douloureuse !  C’est la première !  La facture « pose dalle sur sous-sol« .
Ce n’est pas une surprise, j’avais vu sur un autre blog qu’elle arrivait lors de la pose des hourdis.

***

Le 12 décembre, aucune évolution. La météo reste capricieuse et les rafales de vent s’invitent au menu.
Je me rends sur le chantier car j’ai des craintes pour les panneaux d’isolation, trop tard…

Evidemment furieux d’autant plus que la cabine des maçons a été retirée laissant sous-entendre qu’ils ne reviendront plus en 2017, ils auraient donc pu et du protéger les panneaux d’isolation jusqu’à la reprise.
On me promet qu’une équipe remettra « ça » en place.

Il aura fallu attendre le 18 décembre pour qu’on vienne replacer et protéger le stock.

Après le problème de briques, les maçons volatilisés, l’isolant aura été la goutte de trop.
Je n’ai pas pu m’empêcher d’adresser un mail de mécontentement assez sec sur les derniers évènements en précisant que je serais attentif à la pose du PUR n’acceptant aucunement des panneaux abimés.
On me répond que les pièces endommagées seront écartées. A suivre.

***

Ce 29 décembre, première journée ensoleillée depuis la pose des hourdis !
Petite visite du chantier que je qualifierais de « fantôme » comme si les ouvriers avaient pris leurs jambes à leur cou après un incident nucléaire, impressionnant.

Plastique déchiré, le ciment boit l’eau depuis longtemps.

***

Nous voici déjà au lundi 15 janvier 2018, la météo est toujours capricieuse, aucun mouvement sur le chantier et toujours pas de maçons en vue.