[SEM 22] ORES, maçonnerie et cuisine

Mercredi 4 avril, rendez-vous avec le technicien d’ORES en face du local technique accueillant les compteurs d’eau et électriques des 12 parcelles, pour rappel nous sommes sur un lotissement privé, à titre comparatif le principe est similaire à celui d’un immeuble.
A l’intérieur, 5 compteurs posés correspondant aux 5 habitations déjà existantes.
Le travail du technicien s’annonce extrêmement facile,  » il n’y aura qu’à  » le poser à l’emplacement idoine çad celui réservé à notre lot.
Nous partons sur un bi-horaire, j’avais le choix entre 2 types de compteurs : un de base de 9,2 kVA pour les maisons ne possédant pas de PAC et un autre plus cher et plus puissant (me rappelle plus la puissance) pour les possesseurs de PAC, nous optons donc pour le premier.
Prix tous frais compris avec installation : 1262.03 €. Le paiement doit se faire avant la pose.
De mon côté, le travail sera d’aller dans le vide ventilé du local, retrouver la gaine menant à notre terrain et la fixer au dessus de l’emplacement du futur compteur avec  suffisamment de mou pour la connexion.

***

Jeudi 5 avril, le seul mur intérieur de l’étage en blocs de terre cuite monte enfin !
Contrairement à ceux du rez (19cm), il est plus fin : 14cm.

La porte de la troisième chambre et celle de la future salle de bain se dessinent.

Les pierres bleues sont aussi posées, un ciment intérieur a été réalisé pour égaliser.



Le pignon droit est fini.

Les maçons me disent que le gros œuvre sera enfin fini mardi prochain, ils en ont plus qu’assez de cet hiver très humide, je suis bien d’accord ! Heureusement, ils annoncent une météo printanière la semaine prochaine.
Leur travail ne s’arrêtera pas là puisqu’ils se chargeront de la pose du drain dispersant pour le trop plein de la citerne, drain imposé dans le permis d’urbanisme.

***

Vendredi 6 avril, le mur intérieur est terminé.

Le pignon droit monte… les températures aussi, tout monte, c’est magnifique.
 » J’aime bien quand ça monte, dubble pouce !  » #StéphanePlaza

Le boisseau de la cheminée est aussi placé sur les hourdis mais ne descend vers le rez. Nous y avons prévu un poêle avec évacuation apparente. Bois ou pellets, gros débat à la maison. 🙂



Vue du rez dans le living

Plus qu’à tuber !

***

Samedi 7 avril au matin, rendez-vous chez notre cuisiniste (Alno Tournai) pour finaliser notre projet. Et encore du changement au programme !
En réalisant notre plan d’électricité pour le placement des luminaires et des prises, on s’est aperçu qu’un faux plafond dans la cuisine serait plus pratique pour l’éclairage, c’est aussi tendance et moderne.
Conséquence : il faut modifier la hauteur des meubles prévus initialement à 2m36 en les ramenant à 2m10. Ca permettra un faux-plafond de 20 cm et une moulure de même hauteur au dessus des meubles pour un total de 2m50.

Nous partons sur un modèle exposé Brigitte dans le ton magnolia pour les meubles.

Le plan de travail exposé est en céramique, il est magnifique mais nous sommes malheureusement hors budget, nous partirons donc sur du quartz qui reste une très belle finition.
Quant au coloris, nous hésitons entre les deux tons de gauche, nous choisissons le brun pour trancher avec le reste.

L’occasion de tester notre échantillon de carrelage dans le showroom avec les meubles : validé.

 

La hotte du cuisiniste

Pour notre cuisine, nous avons choisi de travailler avec Alno qui a une excellente réputation, c’est Allemand et le dealer en Wallonie est basé à Tournai, ce qui facilite les choses. Notre première cuisine de 2004 venait aussi de chez ce cuisiniste et on en est très content.

(Bon, d’accord, nous connaissons bien le gérant aussi qui… question prix… enfin bon vous avez compris… )

Nous partons sur l’idée d’un îlot avec évier et un mur de meubles avec l’électro et la hotte.

Ahhhh la hotte…

T&P part du principe qu’on installera un modèle recyclable et non à extraction !
Ils refusent de perforer le mur pour des questions d’étanchéité à l’air et de PEB.
On peut toujours prévoir l’évacuation mais après la réception provisoire.
Mouais…

En lisant plusieurs avis sur le web, nous nous dirigeons vers une hotte recyclable pour 3 raisons :

  • Nous ne cuisinons que le week-end.
  • Nous avons choisi une VMC Renson EVO II qui fera le job dans les cas extrêmes, quand on dégustera une fondue de poisson à la graisse de frites nappée d’une sauce aux choux de Bruxelles et au maroilles, par exemple…
  • On supprime le risque d’abîmer le meuble car la hotte y sera intégrée.

Première ébauche pour la disposition des meubles