[SEM 46] Nivellement, égouttage, drain de dispersion et derniers réglages

Lundi 17 septembre, sachant que le terrassier et les maçons reviennent le lendemain pour le nivellement final, nous avons ajouté quelques gaines d’électricité dans les tranchées au cas où… L’une servira d’office pour le chalet.

L’occasion aussi de signaler la présence de la citerne à propane enterrée avec 4 pieds de bois pour éviter une catastrophe quand la grue débarquera.

***

Mardi 18 septembre, à peine arrivé à 8h00 sur le chantier que les maçons ont déjà terminé le raccordement à l’égout, Madame pourra enfin aller faire pipi.
Le travail semble correct avec deux coudes de maximum 45° et une bonne pente. (Oubli d’une petite photo)
Dans la maison, une odeur désagréable circule, les siphons n’étaient pas tous remplis d’eau.

Deux briques ont aussi été remplacées (cassure et défaut de couleur).
Pour l’une, le résultat est moyen, on m’avait prévenu que le nouveau joint ne serait peut-être plus de la même teinte que l’original mais la brique est aussi plus foncée.
L’ensemble devrait malgré tout s’atténuer, selon le maçon.
Quelques briques ont goûté au salpêtre et à la poussière au moment du stockage, voir si la météo éliminera les traces de manière naturelle (pour autant qu’il pleuve un jour…)

Le terrassier me demande comment organiser le nivellement, en précisant par exemple l’emplacement de la future terrasse. Le but est d’étaler le restant de gros cailloux prévus pour le futur drain dispersant.

J’en profite aussi pour lui demander de retirer l’épaisse couche de concassé déposée devant la maison à la fin du gros œuvre et de la remplacer par de la terre, car nous souhaitions des parterres.
Dommage qu’ils ne nous aient pas concertés avant… Le reproche envers T&P est qu’il travaille selon un schéma basique, quel que soit le type de chantier. Dans notre cas, ils avaient déposé cette couche de concassé alors qu’on devait seulement prévoir les tranchées pour les impétrants à cause de la spécificité du lotissement. (Voir Tranchées)
M’enfin, le problème est réglé.



Autre point de la journée, le fameux drain dispersant obligatoire dans notre permis d’urbanisme qui nous contraint d’évacuer le trop plein des eaux de pluie dans les terres.

L’évacuation sort de la citerne sur plus ou moins 5 mètres et s’enfonce dans les terres jusqu’à une chambre de visite, de où partiront les deux drains parallèles sur la longueur du terrain, le tout à une profondeur de +- 80cm.

Malheureusement, je n’ai pas vu le résultat final avant la fermeture des tranchées.
Détail esthétique, la présence de la taque de la chambre de visite au milieu de la future pelouse. Dommage !

***

Jeudi 20 septembre, deux personnes sont présentes.
Un ouvrier de T&P pour la finalisation des petits détails comme la pose de quelques plinthes, certains joints sanitaires manquants ou le du WC du rez de chaussée.
Il devra revenir pour la cornière extérieure.

A noter que les joints des dernières plinthes se font au silicone blanc. A ma grande surprise, le carreleur ne revient pas pour les finitions.

La deuxième personne s’occupe du test à l’air, du réglage de la VMC et des volets. Pour le premier point, je n’ai pas assisté à l’ensemble des tests. Pour la VMC, au moment de ma présence, il passait sous chaque grille de ventilation pour mesurer le débit d’air : RAS.

Réglage des volets avec la télécommande : je pensais qu’il fallait ouvrir toutes les petites trappes et accéder au moteurs pour la programmation. Non, une connexion se fait automatiquement entre les volets et la télécommande.
Une fois tous enregistrés, nous pouvons aussi les fermer simultanément grâce à l’option ‘all’.

La société ACV est aussi venue régler le problème de la chaudière qui coulait et a complété une fiche de travail. D’après ce rapport laissé sur place, une pièce a été changé et les tests seraient OK. La chaudière est pour le moment toujours éteinte et impossible de savoir si l’installation fonctionne sans couac.

Le même jour, je reçois un coup de fil du chef de chantier pour déterminer une date de réception provisoire. Nous choisissons le 5 octobre la veille du week-end, ce qui nous permettra de commencer à rapatrier quelques affaires avant le déménagement la semaine suivante.

La veille, une équipe viendra faire le grand nettoyage. Nous serons attentifs aux éventuelles griffes sur les vitres. D’ici là, T&P nous demande de signaler le moindre problème afin d’avoir une liste quasiment vierge le jour de la réception provisoire.

 

[SEM 27] Calme plat et tranchées

Lundi 7 mai, aucune nouvelle du chef de chantier, le pessimiste dira que je suis sur liste rouge, l’optimiste dira qu’il est en attente de la réponse de T&P pour notre problème de longueur de gaines.

Livraison des tablettes intérieures ce qui annonce peut-être la pose des futurs châssis.

***

Mardi 8 mai, le petit couloir pour l’égouttage est terminé, il ne reste qu’à raccorder.
J’ai volontairement oublié le « T » en bas à gauche sur la photo pour éviter des coudes à 45°.

***

Dimanche 13 mai, la tranchée des impétrants touche à sa fin, non sans mal avec la couche de cailloux qu’il a fallu percer, il ne manque que 2 mètres à faire après les heures de bureau !


Je retrouve un peu plus loin le pont orange qui protège le câble téléphone du lotissement. C’est de là que je vais demander à Proximus de créer le raccordement vers l’intérieur du garage.
C’est aussi à cet endroit que seront prévus, je l’espère, les prolongements des gaines, du câble d’électricité et du socarex afin de tout centraliser en un seul endroit en cas d’éventuels futurs soucis.

Et le chef de chantier dans tout ça ? Aucune nouvelle depuis la semaine passée, aucun coup de fil, aucun mail, aucun SMS. Même constat concernant l’électricien, tout est figé.
Je n’ai pas non plus de perspective pour la suite des travaux, quel corps de métier et quand ? Toujours pas d’échantillon ton sur ton non plus.
Il est vrai que nous sortons de deux périodes de ponts avec le 1er mai et l’Ascension.
Agacement et fatalité prédominent.

Quittons cette semaine malgré tout sur une note positive,  j’ai profité de ce petit congé pour sauver la grande quantité de tuiles laissées par les couvreurs.
Les avantages du vide ventilé. 🙂

 

 

[SEM 26] Chauffagiste, joints, impétrants et… gros problème

Lundi 30 avril, les chauffagistes ont terminé leur 1ère partie de travail.
Pose du coffret pour le raccordement de la future citerne de gaz propane.

Placement des raccords en laiton.

A l’étage à gauche, placement de cette fameuse goulotte en attente qui rejoint le grenier du garage aux combles du volume principal, essentielle pour installer plus tard des panneaux photovoltaïques. Même si ce n’est pas un gros travail, logiquement l’électricien le comptait comme supplément, les chauffagistes l’ont fait gratuitement, merci à eux.
Les menuisiers coffreront le tout.

Cette semaine, trois étapes importantes :

  • Sortir de terre les gaines arrivant sous notre terrain, elles sont censées contenir les câbles de téléphone, d’électricité et un socarex. Une fois déterrées, je pourrai retrouver les bons bouts parmi ceux des parcelles non raccordées dans le local technique, à l’entrée du clos.
  • Ouvrir une tranchée de 10-12m jusqu’au garage et envoyer les 3 dans le vide ventilé.
  • Relier la taque d’égout au réseau des eaux usées, soit 2m à combler.

***

Mercredi 2 mai après-midi, avec l’aide de mon père, on parvient à sortir les gaines repliées sur elles-mêmes, non sans mal et avec 2 mauvaises surprises : elles sont trop courtes jusqu’au garage et l’une d’entre elles est vide, pas de câble de téléphone !
C’est la cata, l’entreprise qui a réalisé les aménagements du lotissement avant la faillite a vraiment mal calculé son coup ou bâclé son travail.
Nouveau mail transmis au chef de chantier pour trouver une solution, les parcelles étaient censées être équipées, à partir du moment où T&P rachète le lotissement, ils reprennent selon moi les obligations et responsabilités de l’ancien entrepreneur.

Trop court

Petit changement visuel sur le chantier, le sous-traitant pour le jointoiement est enfin venu poser les échantillons, il n’y en a que 2 alors que je m’attendais à 4 comme sur d’autres chantiers…
Et pas de ton sur ton, il est toujours en commande, il faudra patienter.

Esthétiquement, on trouve le blanc hideux car trop tranchant avec la brique et le gris est passable, sans plus. A suivre.

***

Samedi 5 mai, avec l’aide de notre futur voisin qui nous a déjà bien aidés, on parvient à identifier l’autre bout du socarex et du câble électrique arrivant sous le local technique, et… nouvelle mauvaise surprise, ils seront trop courts là aussi, il manque 2 bons mètres pour les relier aux futurs compteurs !

Je me retrouve donc avec des gaines souterraines trop courtes de part et d’autres et toujours pas de trace du câble de téléphone.

En scrutant les câbles des autres parcelles, nous ne sommes apparemment pas les seuls du lotissement à avoir connu ce problème de longueur au niveau du local car pour 3 d’entre eux, des boites de dérivations et ajouts de morceaux de socarex ont été nécessaires avant la jonction aux compteurs.

La plupart d’entre vous ne seront probablement jamais concernés par ce genre de problème, ma démarche dans ce cas-ci est de montrer la réaction de T&P à résoudre le problème à l’amiable, nous verrons, je n’ai pas encore reçu de réponse du chef de chantier.

Ce week-end, début aussi de la petite tranchée pour l’égouttage.
De gauche à droite, la chambre de visite par où arrivent les eaux usées et la buse reliée au réseau sous le plastique noir. En gris les eaux de pluie qui ne me sert plus à rien étant donné l’obligation de l’Intercommunale d’utiliser un drain dispersant à l’arrière du bâtiment.

Dimanche 6 mai, une éclaircie, je pense avoir trouvé le câble de téléphone sous le petit pont orange, ouf !