Permis reçu et première réunion de chantier

Mi-août, nous recevons enfin le précieux sésame, le chantier démarrera donc avec beaucoup de retard et on nous signale que notre futur chef de chantier prendra contact avec nous dans les semaines qui suivent.
Je remarque sur le permis une contrainte inattendue concernant l’évacuation des eaux de pluie.
A suivre…

  • Première réunion de chantier

Réunion que je qualifierai d’expéditive, nous revoyons le projet, les plans, le choix des matériaux mais aussi les nouvelles contraintes du permis.

A ce sujet, nous relevons une erreur au niveau du carrelage, T&P s’est trompé entre le carrelage de la salle de bain et celui du rez-de-chaussée. Nous ajoutons également l’option demi-sablage sur la fenêtre de la porte d’entrée. L’avenant suivra.

Ensuite, nous passons à un premier problème: nouvelle réglementation oblige, l’intercommunale Ipalle nous contraint à installer un drain dispersant partant du trop plein de la citerne pour écouler les eaux de pluie dans les terres plutôt que via l’égout suite aux récentes inondations dans la région.
Ca implique malheureusement un coût supplémentaire mais aussi une bonne nouvelle, nous pouvons enlever l’ajutage de la citerne initialement prévu et profiter pleinement des 10000 litres.

Autre souci, la crise mondiale du polyuréthane perdure alors que le problème ne devait être  » que temporaire « , le PUR se fait rare et les prix ont explosé.
T&P nous propose des panneaux semi-rigides de laine de verre en 13 cm comme alternative avec des conséquences non négligeables: un mur plein au lieu d’avoir une coulisse d’air de 3cm et un isolant moins performant qui sera aussi soumis à la mauvaise météo d’automne.
Pas du tout convaincu et après négociation, nous aurons notre PUR sans supplément mais avec un nouveau retard de début de chantier, un moindre mal.

Concernant les plans, nous ajoutons une cloison qui séparera le petit coin dressing de notre chambre.

Notre conducteur de chantier nous donne un numéro de téléphone d’un terrassier avec qui T&P travaille pour l’évacuation des terres, ce dernier me donne un prix au m3 que je vais comparer à d’autres sociétés.

Début du chantier programmé à la Toussaint, enfin !

Permis au frigo et conséquence…

Début juin, un courrier de T&P dans la boîte aux lettres…

Toujours dans l’attente du permis, j’ouvre l’enveloppe, j’y crois, je retiens mon souffle…
 » Oh une facture  » …
Frais administratif de la commune pour l’introduction de la demande : 120 €.
Soit le même effet qu’au Monopoly quand on tire une carte chance et qu’on se prend une taxe en pleine face alors qu’on espère autre chose…

Je téléphone à l’urbanisme, cela fait 2 mois que la demande a été introduite, notre construction suit parfaitement les prescriptions et nous nous trouvons dans un lotissement, donc en théorie ça devait aller assez vite. En théorie.

On me signale par téléphone que notre dossier n’a toujours pas été traité par Tournai et qu’il doit encore évidemment aller se promener du côté de Mons :  » RAAAAAAAAAAAAAA  » !!!
Voyant arriver le spectre des congés d’été, je comprends tout de suite que le chantier ne pourra pas débuter fin août comme nous l’espérions mais en octobre avec pour conséquence une maison non-couverte pour le début de l’hiver. Déception.

Plan final et urbanisme

Mi-février, nous recevons le plan 2.0.

Pour être vraiment certain de la position des fenêtres par rapport à l’ombre des arbres et la trajectoire du soleil, je me rends sur notre terrain par un bel après-midi ensoleillé, je me positionne à l’endroit même où sera notre futur salon : j’ai comme un doute.

Nous n’avons pas prévu d’ouverture sur notre pignon exposé au sud-ouest et je crains un manque de luminosité en période hivernale, comme c’est le cas maintenant.
Nous décidons donc de décaler une des deux fenêtres de façade de notre bureau vers le pignon pour ajouter  » de la vie  » dans le living/bureau et ajoutons des cabochons pour combler l’espace.

Le 27 mars, nous recevons la mouture finale et avec notre accord, la demande de permis est envoyé le 31 mars. Il ne reste plus qu’à attendre. Etant donné qu’il s’agisse d’un lotissement et que nous ne demandons aucune dérogation, on espère obtenir une réponse favorable fin mai.

Nous sommes conscients qu’à partir de maintenant, nous ne pouvons plus modifier l’aspect extérieur de la maison sous peine de devoir réintroduire un permis et de perdre beaucoup de temps.

T&P nous envoie une photo avec la position future de la maison.
La brique sera différente mais ça nous donne un peu plus l’eau à la bouche !