Info…

Bonjour,
Ce blog est une sorte de carnet de bord des travaux de rénovation dans lesquels nous nous sommes lancés. Régulièrement, je le mettrai à jour de manière à conserver des traces des différents chantiers.
Dans les articles que vous pourrez lire, vous trouverez toujours un lien (en gras et en bleu) dans le texte qui permet d'accéder à des photos.

L’avant-après.

Et voilà, nous y sommes enfin ! Après un peu moins de 3 ans sur le chantier, dans la poussière et les matériaux de construction, la maison est terminée.
Le moment venu de tracer un petit bilan.
  • Quelques chiffres :
– 248 plaques de Gyproc.
– 370 mètres de fils électrique RVB en tout genre (allant du 1,5 au 10²).
– 70 m² de lambris en pin (et 25 en PVC)
– Près de 12.000 visses (je ne ferai pas l’inventaire des restes de boîtes) et 18 embouts PH2 (Je n’ai gardé que ces cadavres mais pas les autres modèles, torx ou plat).
– 1 palette de blocs Yton de 10 cm
– 30 m³ de sable (mixe de  jaune et de rivière)
– …
Bref approximativement 450€ au mètre carré.
Petite remarque au passage, pour limiter les coûts, je me suis tourné vers les grandes enseignes française mais attention, le gain d’argent se fait souvent au détriment du temps de pose.
Par exemple, le lambris entrée de gamme français a le même rendu posé que son homologue belge mais au prix de lourds efforts pour le redresser lors de la pose. Par ailleurs, il faut le laisser plus longtemps déballé dans la pièce avant de le poser. (2-3 mois dans mon cas car le séchage est moins bon, le bois sent nettement plus la résine et si on serre certaines lames dans une pince, elles se mettront à suinter.)
  • Quelques fleurs
J’en profite aussi pour les quelques remerciements à la famille et aux amis pour les nombreux coups de mains.
Mais surtout, très grand merci à ma compagne qui a accepté de se prêter à cette aventure.
  • Quelques photos
Le grenier, notre première pièce de vie :
Grenier1
Grenier3
Grenier2
La salle de bain.
SDB3
SDB2
SDB1
La cuisine.
Cuisine4
Cuisine3
Cuisine2
Cuisine1
La chambre.
Chambre1
Chambre2
Chambre3
Chambre4
La buanderie.
Duanderie4
Duanderie1
Duanderie2
Duanderie3
Le hall d’entrée.
Entree1Entree2Entree3
Entree4
Le salon.
Salon3
Salon4
Salon1
Salon2
Le living.
Living1
Living2
Living3
Living4
Living5
Le WC.
WC2
WC1
La cage d’escaliers.
HallNuit6
HallNuit5
HallNuit4
HallNuit3
HallNuit2
HallNuit1
  • Quelques outils
Lorsque j’ai commencé le chantier, j’avais à disposition du matériel de bricolage de grande surface, tous décédés dans les premiers mois.
J’ai très vite réalisé que pour ce genre de chantier, il faut 6 outils de bonne qualité. Une visseuse (le pack GDR/GSR10,8V de bosch bleu est super), une scie sauteuse (dewalt DW343K), une perceuse (dewalt DK25114), une scie circulaire (Metabo 4345s) et une paire de meuleuse (bosch bleue GWS11-125 et GWS24-230). Les références sont juste pour ceux qui cherchent de l’outillage en ce moment. 🙂 Par contre pour le reste, burineur ou rainureuse, les outils « one-shot », j’ai opté pour la gamme « powerplus » de chez Hubo. L’outillage n’est pas top, fonctionne nettement moins bien que les gammes pro mais ils coûtent moins cher qu’une location à répétition, disposent d’un service après-vente au top et c’est moins ennuyeux de les voir prendre la poussière que de laisser pourrir le même outil mais 4 fois plus cher à la fin du chantier. Les 6 autres me servent encore par contre régulièrement, dans la réalisation de meubles ou dans les aménagements de jardin.
  • Les petits plaisirs…
Outre celui du travail fini et de connaitre la place de tous les câbles et tuyaux, il y a le plaisir d’apprendre. Plomberie, réalisation de cloisons et faux plafonds, pose de planchers, l’électricité,…  c’est bête à dire mais c’est divertissant lorsqu’on passe 10h par jour derrière un PC. Un grand merci à la communauté Bricozone pour les conseils et encouragements sympathiques ainsi qu’aux fabricants qui fournissent des guides de pose (le manuel Gyproc est très bien fait et est gratuit).

 

Je reviendrai sur ce blog pour mes prochains projets (la réalisation d’un car port, de meubles, finalisation du jardin,…) mais je ne serai plus aussi assidu qu’il y a quelques mois.
J’encourage toutes les personnes qui se lancent dans les travaux à ouvrir un blog et à l’alimenter régulièrement.
Certains matins, lorsque vous vous lèverez dans une pièce poussiéreuse ou que vous apercevrez le plancher du 2nd étage depuis le rez de chaussée, le moral prendra un coup.
A ce moment-là, une petite visite sur ce précieux outil (merci Bzone) vous rappellera le travail déjà accompli.

 

Pour le reste, je ne compte pas m’arrêter là et me reposer.
Mes aventures continuent chez mes beaux parents sur un chantier plus grand et plus fou que je vous propose de suivre via ce blog.

 

Montage d’un Köfre

Dans la série des « meubles suédois ou presque », j’ai réalisé un petit coffre pour remplacer l’ancienne étagère métallique mise provisoirement dans notre living.

La réalisation m’a assez plu et si d’aventure d’autres souhaitent essayer, voici comment j’ai procédé.

Etape 1, préparer les planches.

Comme pour les authentiques meubles suédois, je les ai numérotées et détaillées

Le matériau choisi dans mon cas est le chêne, prévoyez pour les mêmes dimensions :

– 2 panneaux de lamellés collé de 18X400X2000

– 6 lames de planchers de 18X200X800

Etape 2, assembler le couvercle.

L’assemblage est réalisé à l’aide de tourillons et de colle, il convient d’en prévoir 2 par élément latéral et 4 pour la partie horizontale.

J’ai ajouté à ceci 2 clous tête d’homme de 40mm par planche pour maintenir le tout le temps que la colle sèche.

Comme vous le remarquerez, sur le dessin et lors du montage, 2 angles se montreront légèrement saillant.

Pour régler ce souci, j’ai positionné le patin de mon rabot sur la partie en oblique et en quelques passage, le problème est réglé.

Etape 3, assembler la caisse.

La caisse est composée du fond est des éléments B28 et C49.

Pour relier les parties verticales (B28 et C49), j’ai positionné des tourillons de bois de 8mm à 8, 16, 24 et 32 cm.

Les trous sont forés dans la tranche de l’élément B28 et dans la partie plane de l’élément C49.

Le fond est ensuite placé dans la caisse et est vissé à l’aide de visses de 6X60mm.

Etape 4, la pâte à bois, le ponçage et le vernis.

Dans un premier temps, j’ai effectué un ponçage sommaire des différents éléments à fin d’éliminer le plus gros des aspérités.

J’ai récupéré la sciure et l’ai ensuite mélangée à de la colle pour faire de la pâte à bois maison.

Après avoir comblé les trous de visses et de clous, un petit ponçage (80, 120 et 180) et 3 couches de vitrificateur plus tard, voici le résultat.

Il me reste maintenant à trouver des ferronneries de ce style :

Quelqu’un aurait une adresse à me proposer?

 

 

Comment masquer sa BBox2

Après l’avoir vue décorer l’appui de fenêtre pendant près de 3 ans, nous étions fatigués de voir la BBox. Nous avons donc réfléchi à un coffret harmonieux à mettre autour.

Un petit tour dans les chutes de matériaux, nous démarrerons sur les restes des pieds de tables et une belle lame de gros plancher fournie par mon père.

Acte 1, un petit plan.

Acte 2, on attaque les latéraux.

Les grands poteaux sont passés à la défonceuse, 1 cm de profondeur et 2 cm de largeur, soit l’épaisseur du panneau qui sera enfiché dedans.

Mise en place de 2 tenons en bois de 8mm au bas de la rainure pour venir fixer la portion horizontale basse.

Un petit coup de serre-joint pour presser le tout et  une latte à panne vissée en haut et en bas.

Quelques passages de défonceuse pour :

1. Retirer 5mm sur tout le long du montant arrière pour permettre d’y clouer le fond de l’armoire.

2. Faire une encoche de 2,5X4 cm pour prévoir la structure arrière.

3. Faire une encoche de 3X3 cm pour la suite de la structure.

4 et 4b. Réaliser 2 encoches de 2X4 cm pour les morceaux de lame de plancher qui feront le raccord en façade.

Acte 3, assemblage de la « caisse ».

On place les tasseaux arrière et avant dans les encoches prévues à cet effet lors de l’acte précédent.

On vient ensuite placer une plaque de stratifié blanc (18mm) sur la structure basse de manière à créer le fond du meuble et un panneau de mdf 3mm à l’arrière pour rigidifier le tout.

J’utiliserai la suite de la plaque de stratifié pour réaliser les supports des tiroirs et délimiter cet élément.

Pour les blocs de portes, j’ajoute une bande de plancher de 2cm côté charnières et côté butoir pour bien délimiter les 2 portes.

Acte 4, le passage difficile.

Après avoir étiré 3 couches de vitrificateur (le reste d’une très mauvaise estimation pour l’escalier), je procède à la partie critique.

1. Je mesure 9 cm depuis le haut du meuble et trace un trait horizontal.

2. Je place un repère à 7 et un second à 18,3.

3. J’y enfonce à moité 2 visses de 1,5cm.

4. La Bbox y glisse sans souci, mission accomplie !

Je sais ce que certains vont penser, c’est un peu grand pour cacher un boitier de 20X20X8 cm mais reconnaissez que l’appareil était franchement vilain.

 

Je profite de cet article pour un petit coup de pub.

En commençant ce meuble, je disposais d’une ponceuse à bande bosch verte pbs75 qui m’a lâché (après 5 ans de travaux). Je suis maintenant passé à une metabo BAE75 non sans un certain plaisir. Cette machine est presque silencieuse en comparaison de la précédente et l’ergonomie est particulièrement bien pensée (un système permet de l’utiliser à l’envers, bloquée sur l’établi, le puissant moteur permet à la bande de ne jamais accrocher, le régulateur de puissance est un réel plus et le démarrage progressif est super). Je ne suis pas un professionnel, tout au plus un bricoleur passionné, je ne peux donc pas comparer cet appareil à beaucoup d’autres mais j’ai déjà utilisé plusieurs ponceuses à bande. Une Makita, résistante et puissante mais ses 30 ans d’âge ne plaidaient pas en faveur de son ergonomie, une power plus à l’ergonomie bien pensée mais dont le moteur à rendu l’âme à 3 reprises en 1 mois, une bosch verte pas beaucoup plus pratique que la power plus mais un peu plus résistante.

La rencontre des cultures…

Ce dimanche soir, nous avons apporté la dernière touche à la chambre.
Ils s’agit de stickers muraux réalisés sur mesure par ma soeur. Pour ceux que ça intéresserait, l’artiste est joignable via son site web (http://gaellecarlier.com), elle a de plus réalisé une série de décoration murale disponible sur ce site : http://www.sostick.com/collections/gaelle-carlier?page=1. Le produit est de bonne qualité et facile à poser. De plus, pour les maladroits comme moi, il est possible de décoller et ré-ajuster le produit plusieurs fois.

Ma compagne est boraine, les portes de ses placards représentent les acteurs du Doudou.

De mon côté, je viens de la région du centre et nous avons opté pour les figures du carnaval.

Merci à l’artiste pour ce beau travail !

Ne jamais reporter à demain…

Depuis l’achat de la maison, nous reportons le changement des gouttières à la toute fin du chantier.
Malheureusement, il y a 3 semaines de ça, suite aux fortes chutes de neige, le bac s’est incliné vers le trottoire.
Dans une maison moderne, ça n’aurait pas été un souci mais dans les vielles maisons comme la mienne,
il était pratique courante de relier la gouttière à rue à la gouttière côté jardin par l’intérieure de la maison.
La soudure entre le conduit qui relie les 2 éléments et la gouttière de façade s’est rompue.

Bilan des courses, nous avons été réveillé un dimanche matin par de grosses gouttes qui traversaient joyeusement le faux plafond pour nous rejoindre dans le lit.
Une grasse matinée plutôt humide et désagréable dont nous nous serions volontiers passés.

Pour parer au plus urgent et éponger, nous avons du percer le gyproc mural.
Ce fut assez étrange de penser que les derniers travaux dans la maison allaient commencer par la démolition des premiers travaux accomplis.
Nous n’avions pas envie de reboucher le trou avec des plaques de plâtre, pas envie de refaire des joints, du ponçage, du crépis.
Nous avons donc placé un isolant (laine de roche, 10cm), un freine vapeur et par dessus un OSB.
Pour lui donner un aspect un peu plus sympa et l’assortir aux lits, nous l’avons teinté couleur teck et vitrifié ensuite.
La chambre d’amis est à nouveau opérationnelle.

Nous avons fait remplacer les gouttières défectueuses par des bacs garnis PVC brun et zinc à l’intérieur.
Le raccord façade // jardin est maintenant fait par l’extérieur, plus de crainte de ce côté.
Suite des aventures (outre un meuble en cours), le remplacement du zinc sur la plateforme de la cuisine.
Mais ce ne sera pas pour tout de suite, probablement pendant les « vacances » de juillet //août.
Le couvreur a signalé que le zingage y était en fin de vie.

15 litres pour finir une année et 2 chantiers…

Nous avons finis 2012 et commencé 2013 dans la peinture, le vernis et les luminaires. La fin des pièces se confirme, la maison sera bientôt terminée.

Nous avons mis en couleur la cage d’escaliers, travail rendu complexe par la hauteur des plafonds (5m pour le point le plus haut). Madame trouve les couleurs zen, je les trouve plutôt froides voir sombres mais je peindrais probablement tout en blanc… Je vous laisse juge du résultat.

La cuisine est de son côté plus colorée, j’ai voulu oser un vert un peu vif pour trancher et contraster avec le beige et le chocolat. Le résultat est à mon goût mais pas certain qu’il plaise à tous.

Pourla petite histoire, ne vous fiez pas toujours aux vendeurs ! Lorsque nous sommes allés voir les peintures, le responsable du rayon nous a dit que la teinte « panama » des couleurs du monde Dulux était ce que nous recherchions et nous l’a présentée sur le nuancier. Nous étions perplexes, la couleur sur l’étiquette semblait beaucoup plus jaune que sur le mur de test du magasin mais le vendeur avait l’air tellement certain… Le rendu est un jaune proche du caca d’oie radio actif, je pense qu’il a du se planter de nuancier mais je l’entends encore expliquer que la couleur du pot n’est pas fiable mais qu’il faut regarder les échantillons. Bilan des courses, nous avons dû recouvrir le mur ce dernier piquait aux yeux.

Dernier détail, en relisant ce blog, je constate que les derniers travaux dans la cuisine remonte à mai 2011, je ne pensais pas qu’il me faudrait autant de temps pour en arriver aux finitions dans cette pièce.

 

Je profite de l’occasion qui m’est donnée pour vous souhaiter à tous une bonne année 2013 !

Santé, succès, réussite, fins de chantier (pour ceux qui sont concernés), bref une année toute en couleurs !

Ath, Nivelle et Mons

C’est dans ces différentes localités que nous avons trouvé les portes qui sont maintenant présentes dans le hall d’entrée.
Malgré les provenances très différentes, les éléments se fondent bien dans le décors, en particuliers celles que nous avons placées dans le placard en fond de pièce.
J’aurais par contre du garder les photos des portes avant décapage, ponçage et redimensionnement car sur le coup, ça a l’air beaucoup trop facile… 🙂
Nous avons ajouté une petite couche de peinture sur les murs, posé les corniches au plafond, traité les boiseries et…
… C’est fini !
(Pour cette pièce en tout cas… :))

NB: pour ceux qui cherchent un décapant sympa et efficace, Decapex vendu chez les grandes enseignes du bricolage français est un bon rapport qualité // prix.

Que sont ces trucs?

La question de ce  jour est ouverte, que sont ces trucs ?

J’en ai arraché une grosse dizaine en enlevant l’ancien lino. Ces pièces (en cuivre ou laiton) étaient ancrées dans le plancher et traversaient aussi le lino.

Ils mesurent 1cm de diamètre et approximativement 1,5 cm de long.

Ne pas connaitre le nom de ces « choses » n’a pas freiné l’avancement des travaux dans la cage d’escaliers. L’escalier est maintenant vitrifié (travail d’un précédent weekend) et le lino des palliers est remplacé par un stratifié type salle de bains. La pièce ne sera jamais humide, enfin, je l’espère, mais c’est dans cette gamme que nous avons trouvé un produit structuré, dans des tons plaisants et qui dispose d’une bonne couche d’usure. Ces dalles de PVC s’emboitent comme un quick step mais ne contiennent pas de MDF.  La découpe est aisée pour les lignes droites (comme pour un gyproc mais en appuyant beaucoup plus fort sur le cutter) mais plus problématique pour les courbes. Le matériaux est dur et mange littéralement les dents de la scie sauteuse.

La fin du début…

Lorsque nous avons commencé les travaux, il y a un peu plus de 2 ans et demi, nous avions commencé par le grenier. Nous avons négligé d’y finir les travaux en donnant la priorité aux pièces à vivre. Après avoir acheté le matériel pour le chantier suivant, je me suis rendu compte que je risquais de faire des dégats sur ce chantier le jour où je m’attaquerais aux escaliers du grenier. Nous avons donc fait une petite inversion dans l’ordre des choses.
Au programme :
– lutte acharnée avec 3 couches de laques (1 jaune, 1 blanche et 1 brune)
– combat au sommet avec une couche de peinture grise, probablement minium gris, je n’ai pas goûté pour vérifier.
– premier ponçage avec une meuleuse d’angle et du grin 60, bonjour la tonne de poussière
– deux ponçages successifs avec une ponçeuse vibrante en 120 et 180.
– les angles à la ponceuse triangulaire.
Bilan du combat, les marches valent la peine d’être sauvées mais les contre-marches sont par contre moches.
Pas d’importance, changement de projet, nous laquerons les contres marche en blanc ivoire et mettrons une couleur teck sur les marches.

Le résultat, hmmm, à vous de juger… En tout cas, j’aime…

A table !

Il y a 3 mois de ça, madame et moi sommes allés dans un magasin de meubles afin de trouver notre future table de salle à manger. Mais ça n’a pas fonctionné !

Premier désaccord rencontré, madame voulait un carré pour l’esthétique et la convivialité, je voulais un rectangle pour inviter plus de monde.

Second désaccord, le prix ! Enfin sur ce point-là, nous étions tous les 2 d’accord, sortir un minimum de 800€ pour la moitié de ce que nous voulions n’était pas à notre goût.

Nous avons décidé de tenter la réalisation nous-même et nous sommes rendu chez un marchand de bois pour chercher des chevrons bruts de 8,5 par 8,5. (dimensions étranges, je le conçois…) Nous avons commencé par tailler des piquets de 78cm pour les pieds et 75 pour les horizontaux (respectivement 4 et 2 pour réaliser une table). Après un coup de raboteuse, les découpes ont commencé.

Les emboitements ressembleront à 2 peignes, nous avons fait les découpes à la scie et retiré les portions laissées blanche sur le schéma à l’aide d’un ciseau à bois.

Vient ensuite l’assemblage, pour cette étape, sortez la grande équerre, la colle et les serres joint.

Le lendemain, nous avons réalisé des encoches (2,5 de profondeur et 1,5 de largeur) avec la défonceuse, mis de la pâte à bois là où il en fallait et poncé le tout (grain 80, 120 et 180).

Nous avons aussi découpé, dans une lame de plancher, les profilés horizontaux qui supporteront la table.

Il ne reste ensuite plus qu’à assembler et coller le tout, une petite couche de vitrificateur parquet par dessus et le tour est joué.

Bilan des opérations :

2 plans de travail achetés en liquidation chez Ikea (155X75X2,7) : 40€

6 piquets de chêne brut (2m20X8,5X8,5) : 60€

2 bottes de plancher : 70€

Les 2 tables sont faites pour 170€, prévoyez toutes fois 40 heures de travail pour un bricoleur moyen.

Pour la petite histoire, il y a 2 tables car grâce à ça, nous pouvons disposer d’une configuration en carré ou en rectangle selon les envies.