Plan du blog

Salut,
Toutes les semaines, enfin celles où ce sera possible, je placerai un article en ligne pour expliquer le périple des derniers jours. Les articles contiendront des liens (en gras et en bleu) qui mènent aux différentes pièces qui ont été touchées. En haut de l'écran, des liens permanents donnent accès aux différentes pièces de la maison.

Le salon – living

  • Phase 0, l’état des lieux.

Doté de 3 grandes fenêtres sur le jardin, détail qui a fait chavirer ma compagne, et d’un petit mais surprenant insert, le living sera confortable du haut de ses 44 mètres carré.

Il faudra toutefois revoir l’électricité, refaire le faux plafond (celui-ci est en plaque de plâtre dont les joints et les visses ont uniquement été masqués par une fibre de verre) et trouver une solution pour la cheminée.

 P1000538 P1000540 P1000543

 

  • Phase 1, l’électricité et un peu de démolition.

Le carrelage vert était en bon état mais malheureusement, ce qui ressemble à du parquet sur les 2 dernières photos n’est en fait que du vinyle sur un antique carrelage qui n’est plus tout à fait droit.

Par ailleurs, l’installation électrique de la pièce s’est avérée plutôt limitée (1 seul fusible couvrait en fait tout le rez de chaussée, luminaires et prises). Nous avons commencé le remplacement de tout le joyeux câblage, le circuit « M » est terminé et le premier luminaire du circuit « V » est en place.

P1070493 P1070534 P1070535

  • Phase 2, la parenthèse châssis.

Les châssis étaient encore en bon état bien que difficiles à refermer mais le simple vitrage peu isolant nous a fait les remplacer rapidement. La luminosité de la pièce est tout à fait différente, il y faisait déjà clair mais c’est encore plus flagrant maintenant.

P1070539 P1070543 P1070588 P1070591

  • Phase 3, à poil la dalle !

Cette phase est moins technique et beaucoup plus « basique » mais c’est un sacré boulot. une partie de la maison était chapée, 8 cm de stabilisé se trouvaient sous le carrelage vert.

Le reste de la pièce était en ancien carrelage posé sur un mélange de sable, de terre et de crasses en tout genre, étrangement, peut être en lien avec la fatigue aussi, c’est cette partie qui fût la plus dure à éliminer.

P1070660 P1070659 P1070663 P1070664

  • Phase 4, pose du radiateur et placement de cloison

Le radiateur de cette pièce est posé sur une petite structure qui nous permet de remettre l’un des côtés de la cheminée à plat mais nous évite surtout de devoir faire des saignées pour la plomberie.

La structure porteuse se compose d’une armature en chevrons de 7,5X6,5 couverte d’un OSB 3 de 16mm (OSB 3 car il s’agit d’une promo) et d’un Gyproc de 13mm.

En vis-à-vis, nous avons rebouché l’ancienne porte de la salle de douche.

P1070705P1070711P1070781

  • Phase 5, la chape

Dans cette pièce, la chape est partielle, nous avons mal estimé la quantité nécessaire et il nous manque approximativement 2 mètres cubes de matière. La cause est simple, la partie la plus récente de la maison nécessitait 8cm de stabilisé et la partie la plus ancienne, 12.

P1070798 P1070799 P1070800

  • Phase 6, la chape finie et les premiers carrelages posés

Les mètres restants sont tirés, tout le rez de chaussée est maintenant chapé et une moitié est déjà carrelé. Le carrelage est un grès cérame pleine masse de 11mm, dans un format 30X60, la pose est faite en tiers sur de la colle.

P1070803 P1070804 P1070813 P1070812

  • Phase 7, faux plafond, fin de l’élec et mise à plat du mur

Après des hésitations, nous avons remis le mur du radiateur totalement à plat, le renfoncement de 10cm « perdu » ne devrait pas trop nous manquer.

Le « bouchon » est composé d’une structure metalstud (48mm), une couche d’OSB 9mm et une plaque de plâtre de 13mm.

Le faux plafond auto-portant est de son côté composé d’une ossature metalstud de 75mm tous les 30cm, une couche d’isolant (laine de roche 6cm) et une plaque de plâtre de 13mm.

La laine minérale devrait isoler acoustiquement la chambre qui se trouve au dessus du living, ce système était efficace à notre ancienne maison, nous espérons qu’il en sera de même ici.

P1070992P1070993P1070994 P1070995 P1070997 P1070998 P1070999 P1080001

  • Phase 8, un peu de lambris

Nous avons placé sur le mur une armature de 25mm et monté des tours de fenêtre sur mesure en MDF noir vitrifié. Petite astuce au passage, il est possible de reboucher des trous dans ce type de MDF en utilisant une pâte à bois chimique adjointe d’un simple colorant noir universel. (Le colorant qu’on utilise habituellement pour le latex.) Par la suite, il ne restait plus qu’à recourvrir le reste avec un plancher en pin des Landes (21mmX190) et placer un badigeon pour le griser.

P1080061 P1080062 P1080064 P1080065 P1080066 P1080075 P1080077 P1080078 P1080079 P1080089 P1080090 P1080091

Pour éviter le quart de rond ou la plinthe qui aurait alourdi un petit peu l’ensemble, nous avons fait une finition en quart de rond à la défonceuse.

P1080068

  • Phase 9, papier, fibre et peinture

Après un ponçage, nous avons recouvert les murs avec un papier à peindre effet taloché et le plafond avec un voile de verre. C’est bien entendu après recouvrement et mise en couleur que j’ai constaté que les joints du plafond sont légèrement creusés. Je devrai m’appliquer plus pour le prochain plafond. Pour être raccord avec le bureau, nous avons couvert les murs avec une couleur corde de chez Perfection.

p1080417 p1080413p1080414p1080406

  • Phase 10, la cheminée et la moitier du metal stud.

La cheminée n’était pas spécialement moche mais pour ceux qu’ils l’ont oublié, j’ai cassé l’insert lors de la remise en état de l’installation électrique. Un mal pour un bien car après démontage de la cheminée, nous avons retiré un appareil dont le sommet était troué par la rouille. Nous avons sorti à vue de nez 2 mètres cubes de gravats. Par la suite, nous nous sommes attaqués au plafond, dans un premier temps, pour reboucher les trous entre les poutres de la toiture plate. Au menu, béton cellulaire et mousse colle, le bouchon me semble assez étanche. Comme de petites bêtes avaient trouvé un accès à ce faux plafond, nous avons placé de fines grilles métalliques avant les blocs. Nous sommes ensuite passés à la structure du plafond. MSV et MSH de 100mm tous les 40cm. Comme la portée est de 390cm, nous avons relié les éléments avec une panne laquelle est rattachée à la charpente de la plateforme. Une demi pièce de faite.

p1080431 p1080434p1080432 p1080435

  • Phase 11, La fin du métal, les plaques, les joints et la rustine carrelage.

Nous avons mis en place la seconde partie de la structure du plafond, ici aussi profilés de 100mm que nous avons doublés aux abords de la cheminée. Ceci devrait faciliter le raccord de la future cheminée et du plafond. Les plaques de plâtre ont ensuite  fait leur apparition, 30m² posés en 4h, vissage régulier (tous les 30 cm) et sont percées de 5 spots encastrés. Etape suivante, non des moindres, les joints : une première passe au mortier adhésif pour bien bloquer le treillis dans le joint et une seconde au finisher tout prêt. Le tout suivi par la super phase de ponçage qui a pris pratiquement autant de temps que la pose des plaques. Pour terminer le chantier, nous avons installé une petite « rustine » au carrelage, la future cheminée ne sera sans doute pas aussi imposante que l’ancienne.

p1080436 p1080437 p1080438 p1080439 p1080440 p1080441 p1080442 p1080444

  • Phase 12, insert et peintures.

Le nouvel insert à fait son entrée dans le living, il s’agit d’un modèle universal 5-70 de chez Barbas. Nous avons dû faire quelques aménagements avant son entrée à commencer par un socle de 80cm de large et 60 de profond. Ce dernier est composé de blocs de béton cellulaire. Nous avons aussi remonté le linteau de cheminée de 35cm pour éviter de poser l’appareil trop bas. L’équipe de maison et chaleur a ensuite placé l’insert sur le socle et percé un trou de 180 pour faire déboucher la buse d’évacuation dans le corps de cheminée. Pendant qu’ils remplaçaient l’ancienne sortie en fibrociment par une belle buse en inox avec son élégant chapeau, nous rebouchions la portion de cheminée entre la buse et l’insert, 3 fers de 8 et 25kg de turbo béton.  Nous nous sommes ensuite attaqués à la réalisation d’une structure en métal stud autour de l’insert. Entre les profilés, nous avons glissé une couche de laine de céramique pour protéger les plaques d’un coup de chaud. Il restait à placer le revêtement, des plaques de plâtre « archi » de chez Leroy Merlin. Ces plaques font 13 mm et sont hydrofuges, résistantes au feu, acoustiques et plus dures qu’une plaque normale. Ca ressemble à une parfaite combinaison, si on exclu le poids de l’animal, approximativement 14kg/m² et la nécessité d’utiliser des visses spécifiques. Sur le côté de l’insert, nous avons placé une grille de ventilation. Les deux ouvertures rectangulaires (sous l’insert en façade et au raz du plafond) sont destinées à éviter la surpression dans le caisson.

p1080454 p1080455 p1080456 p1080457 p1080458 p1080461 p1080462 p1080464 p1080465 p1080466 p1080469 p1080470

Il restait à mettre une petite couche de peinture sur le caisson mais aussi sur le reste des surfaces de la pièce. Au menu, couleur corde de chez Perfection, gris perle toujours chez Perfection et pour finir une touche de Balanced Spring de chez Levis. Une chute de lambris en chêne retaillée fait office de tour de porte.

p1080483 p1080482p1080490 p1080484p1080491