Plan du blog

Salut,
Toutes les semaines, enfin celles où ce sera possible, je placerai un article en ligne pour expliquer le périple des derniers jours. Les articles contiendront des liens (en gras et en bleu) qui mènent aux différentes pièces qui ont été touchées. En haut de l'écran, des liens permanents donnent accès aux différentes pièces de la maison.

Le vent l’emportera…

Et tout disparaîtra… Enfin presque… Il faudra quand même un passage au conteneur…

Ce weekend, pendant que nous faisions le premier barbecue de la saison, un coup de vent a pris dans le lierre sur la toiture de l’ancien WC de la maison. Effet voilure immédiat, le lierre et une partie des tuiles (ainsi que quelques briques) sont allés faire un tour 2 mètres plus bas… J’espère que le beau temps ne signifiera pas toujours « travailler sur une toiture »….

Il manquait un petit détail.

Le weekend dernier, nous avons terminé les derniers petits détails qui manquaient à la remise.

Nous avons réalisé une porte sur mesure, avec les restes du plancher que nous avons attachés à des restes de bois de charpente avec quelques boulons à bois et un peu de colle. Elle n’est pas blindée mais devrait résister aux assauts du chat du voisin.

La gouttière a pris ses quartiers sur une planche de rive improvisée. J’espère que les planches de bardage traitées au Cuprinol assureront dans le temps.

 

Que faire par ce beau soleil ?

La toiture de la remise bien entendu. 🙂 Plus sérieusement, cette dernière tenait par habitude et perçait joyeusement. Difficile d’y conserver quoi que ce soit dans ces conditions. Nous avons donc profité de ce premier beau weekend de l’année pour arracher l’ancienne couverture, l’ancienne structure et remettre le tout au propre. Il manquera une porte, les vers ont eu raison de l’ancienne et une gouttière.

Les deux weekends précédents, nous avions du mettre le chantier « remise » en stand by. Partie remise en quelque sorte… Bilan, nous avons profité de notre chambre dans le grenier. Pour information, les peintures de la gamme « baufix pastel » de chez Lidl sont surprenantes. Elles sont faciles à appliquer et fortement couvrantes (on pourrait les placer en mono couche). Il ne faut pas craindre les nuages qui apparaissent partout avant que le séchage ne soit complet.

Deux ans aujourd’hui…

Il y a 2 ans aujourd’hui, nous recevions les clés de notre maison. Le jour même, nous y rentrions 2 tonnes (au sens propre) de carrelages. Nous sommes ensuite entrés dans la maison et après un regard, nous avons abattu la première cloison, à coups de pieds. L’aventure commençait !

Aujourd’hui, les choses ont bien changé. Finis les travaux lourds dans la maison, nous sommes à l’étape du mobilier sur mesure dans le grenier. Je vais enfin pouvoir vider mes cartons et profiter de grands tiroirs à chaussettes !

Pour ceux qui veulent aussi réaliser ce genre de tiroirs, les tablettes d’étagère vendues chez Leroy Merlin sont assez sympas et peu coûteuses. Prévoyez par contre quelques minutes pour les choisir. La majorité sont tordues ou fendues.

Bilan de fin d’année

Hé bien voilà, l’année se termine et j’ai quelques articles de retard. L’occasion de mettre à profit les dernières minutes avant de se préparer pour les festivités.

Une victoire, l’installation électrique a été contrôlée il y a quelques jours. C’est passé du premier coup, merci à tous pour les conseils.

Après plus d’un an à me répéter  « il faudrait une porte pour le meuble des cabinets » , je me suis jeté à l’eau. Au sens figuré uniquement car je suis trop large pour la cuvette. Au final, pour compenser l’attente, il y a 2 portes au lieu d’une.

Pour masquer les 3m³ de rangement du bureau, nous avons redonné une nouvelle vie à des portes des années 30. Je penche pour pichpin et fruitier (pour les panneaux), quelqu’un sait me confirmer la chose?

Autre petit chantier, il manquait un truc dans le hall d’entrée pour combler un trou dans la cloison de la cuisine. L’occasion de me rendre compte que quelque soit la manière de les poser, 4 tiroirs de 20cm ne feront jamais 93cm de haut. L’inconvénient de travailler avec des matériaux de récupération c’est qu’ils n’ont pas toujours les dimensions attendues. D’un autre côté, c’est chouette convertir un vieux plancher en éléments de mobilier.

Et pour terminer, je me suis attaqué à un ancien Jodek de 1963.

Le voici avant :

Deux joueurs sont cassés, le panneau de jeu est abîmé, les barres sont rouillées et une série d’autocollants disparates (de Titi & Grosminet à la CGSP en passant par le vélo club du coin) recouvrent une bonne partie du terrain et de ses abords. Après un petit décapage et quelques couches de teinture et de vitrificateur, une nouvelle peinture sous le plateau, de nouveaux joueurs, de nouveaux roulements à billes, un nouveau bac à balles et un traitement des barres, voici le résultat.

Score sans appel :

Très bon réveillon à tous et meilleurs voeux pour 2017.

 

 

Ca partait plutôt mal…

Lundi dernier, nous avions rendez-vous pour l’installation de notre nouvel insert. Nous l’avons commandé chez Valery LECOMTE à Quaregnon, la journée ne s’est pas exactement déroulée comme prévu.

A 9h, la camionnette qui s’est parquée devant la maison n’était pas celle de M. Lecomte mais provenait de chez maison et chaleur. Nous ne le savions pas mais l’installation a été sous-traitée.

Les 2 acolytes se mettent rapidement au travail et découvrent 2 soucis :

  • Notre cheminée, extérieure à la maison, n’est pas tubable. En effet, les briques s’indentent pour former une sorte d’échelle qui rend le passage d’une buse impossible. Bonne nouvelle dans l’aventure, après inspection, le tubage n’est pas nécessaire. Il faut juste remplacer la portion en fibrociment qui termine la cheminée par une portion en inox double parois.
  • Les mesures de l’insert ne permettent pas de l’entrer dans la cheminée comme prévu lors de la phase de devis. D’une part, la cheminée ne dispose pas de suffisamment de profondeur, d’autre part, nous avons posé le linteau trop bas (en suivant pourtant les mesures qui nous avaient été fournies).

A ce moment, nous n’en menons pas large… Par contre, les 2 chauffagistes ne se laissent pas démonter et nous proposent de modifier le plan initial et de s’adapter aux contraintes de la maison. J’apprécie beaucoup ce genre de démarches, je connais des gens qui pour moins que ça aurait tout remballé et demandé une nouvelle analyse. Dans le cas présent, l’expérience de l’équipe a permis de lever les contraintes. L’option qui nous est proposée consiste à prolonger le socle maçonné (60 cm de profondeur au lieu des 45 prévus), carotter le corps de cheminée et faire entrer une buse en cours de conduit. Ceci débouche sur 2 possibilités, nous acceptons que l’installation s’étale sur 2 jours, le premier jour pour allonger le socle, mettre en place la buse extérieure, poser un bouchon en béton sous le trou percé dans le corps de cheminée (entre le trou et le linteau de cheminée). Possibilité numéro 2, pendant qu’ils placent la buse extérieure et effectuent le carottage, je réalise l’extension du socle et le bouchon en béton, ceci permet de réaliser le tout en 1 jour. Inutile de donner mon choix, la truelle avait déjà rejoint mes doigts. 🙂

Au bilan de la journée, l’insert a effectué son premier démarrage et nous avons rencontré une équipe performante et sympathique qui a su s’adapter aux contraintes.

Un grand merci à tous les 2 !

Nous avons aussi reçu des conseils pour la suite de la réalisation (le caisson).

Boostés par cette belle réalisation, nous avons fait le forcing dans le living. Le caisson est en place tout comme les couleurs murales. Il ne restait plus qu’à mettre 2 bûches dans l’âtre et à sortir un bon whisky pour profiter agréablement de la pièce.

img_2809

Et comme on s’ennuyait encore un petit peu (et surtout car elles étaient dans le chemin), nous avons installé les 2 portes manquantes dans la chambre orange.

Ces 2 dernières semaines, nous n’avons pas chômé !

Tout fait maison.

Nous nous sommes attaqués à la suite du living, une manière d’occuper les congés de Toussaint. Au final, le plafond est descendu de 18cm pour s’arrêter à 2m50 du sol. L’ancien insert sera mis sur le trottoir dans quelques minutes. Le trou laissé dans le carrelage par le départ de l’ancienne cheminée est refermé, miss fera les joints un soir de la semaine prochaine. Tous les gravats de l’ancienne cheminée reposent maintenant au parc à conteneur et la remorque s’est remplie avec les matériaux nécessaires à la prochaine étape. Bref, à défaut d’avoir été reposante, la semaine s’est révélée constructive.

Dernier petit bricolage fait main, réalisée avec les pommes du jardin… Il faudra bien ça pour faire descendre les poussieres de béton et de plâtre.

p1080453

P.S.: petite chasse aux idées, à part les crumbles, la gelée et la tarte façon tatain, que peut-on faire avec des pommes ?

Au terme du 3ème jour.

Petit bilan au terme des 3 premiers jours sur le chantier du living, la casse est finie et nous avons embarqué presque tous les déchets. La remorque est encore pleine mais ce sera réglé ce mercredi. Qui aurait pu croire que la garniture d’une cheminée puisse représenter autant de gravats ?

Nous nous sommes aussi attaqués au rebouchage des vides entre les poutres de la toiture plate. J’ai suivi les conseils d’un maçon rencontré chez un marchand de matériaux. Les poutres sont resserrées avec des blocs de béton cellulaire, ces derniers ne sont pas exposés aux intempéries car ils se trouvent 10 cm derrière la planche de rive nous avons opté pour une épaisseur de 20 cm. Le collage est fait à la mousse, nous ne devrions plus sentir de courants d’air depuis ce point.

La structure MS de plafond est entamée, elle est composée de profilés de 100mm et sera presque autoportante. Presque car nous avons fait une reprise au milieu de la pièce pour la rattacher à la structure de la plateforme. Dans l’idéal, pour une structure autoportante, nous aurions dû utiliser du 125 mais la place manquait. Les plaques de plâtre nous attendent dans le garage ainsi que le reste de la structure, nous filons y travailler une petite heure avant d’aller à l’anniversaire de ma soeur.

Voilage voilage…

Ca faisait quelques semaines que je n’avais plus posté d’articles et en prime, j’ai oublié de prendre des photos des phases les plus amusantes. La phase plâtrage, qui a quand même nécessité 100kg de Goldband, 50 kg de mortier adhésif et 5 plaques de plâtre. Je n’aime toujours pas travailler ce matériaux qui oscille entre le trop liquide, qui dégouline dans les manches et le trop sec qui retombe sur les chaussures. Pas de photos non plus de la phase ponçage, tout aussi excitante caché derrière le masque à cartouches et les grosses lunettes. Pour pimenter les choses, ma ponceuse à plâtre, une low cost de chez Bricodepot, a rendu l’âme projetant le plateau de ponçage à l’autre bout de la pièce.

Passons immédiatement aux parties plus agréables, le tapissage et les touches de peinture qui donnent tout de suite un aspect fini aux différentes pièces. La pose d’un voile de verre au plafond est une première expérience que j’hésiterai à reproduire, le matériau gratte comme une laine de verre et n’a pas de tenue, il est difficile à tendre et fait facilement des plis. Le papier à peindre est par contre très facile à poser, il s’agit d’une promotion chez Hubo. Question peinture, nous avons mixé 2 gammes, la Perfection et la Levis Colores del Mundo.

Nous avons aussi mis en oeuvre la première partie de la structure d’un « petit » placard de 3,5m³. Juste de quoi ranger 2-3 bidules et mettre à disposition la penderie qui manque dans notre hall d’entrée. Nous avons décapé, poncé les futures portes et les avons pré-traitées, elles feront leur apparition dans un prochain épisode.

La petite portion du living et le bureau ont pas mal évolués et nous approchons tout doucement de l’objectif : arriver aux finitions dans toutes les pièces de la maison.

Certaines choses ont une fin.

Ce weekend, j’ai mis fin à ma carrière de « chauffagiste-plombier du dimanche » en posant le dernier radiateur de notre installation, celui de la chambre orange. Pas mécontent d’en avoir fini avec ce poste, d’autant qu’il a fallu rattrapper un oubli, je n’avais pas mis le « Fernox F1 » dans le circuit. Pour ceux qui comme moi feront ceci 1 seule fois dans leur vie et ne souhaitent pas acheter la pompe vendue par le fabriquant, il y a une astuce. Commencez par isoler un de vos radiateur (en fermant les vannes d’alimentation sous le radiateur). Videz ensuite 2 bons litres d’eau, idéalement faites ceci depuis un radiateur qui dispose d’un robinet de purge et d’un robinet de vidange. Refermez le robinet de vidange et prévoyez : 1 gobelet d’eau, 1 bidon de Fernox, un entonnoir, un morceau de tuyau (pour les pompes d’aquarium) et un rouleau de powertape (ou équivalent). Reliez le tuyau à entonnoir avec le powertape, retirez complètement le bouchon purgeur et glissez le tuyau dans le trou. Utilisez le powertape pour refermer le trou autour du tuyau, versez le Fernox et ensuite le gobelet d’eau. Prévoyez un baquet sous le radiateur car 2-3 gouttes couleront lorsque vous retirerez le tape. Dans cette même pièce, j’ai aussi rattrappé une boulette du plafonneur junior (alias moi). Le mur près de la porte comportait 2 belles bosses, une au millieu et une en bas, qui rendaient impossible la pose du tour de porte. Merci à M. Bosch d’avoir inventé le multitool, cet outil génial qui permet de faire des découpes impossibles y compris dans le plâtre.

Nous avons fait de la peinture dans le couloir, l’occasion de presque terminer cette pièce. Il manquera juste quelques plinthes et tout sera fini. Petite difficulté, nous n’avions récupéré qu’une porte en chêne dans la maison, pour que l’aspect de la porte de cave s’en rapproche, nous avons dû alterner les couleurs. Il a fallu une couche de Linitop chêne moyen suivie de 2 couches de Linitop teck.

Et pour terminer le weekend (en fait pour terminer les 3 derniers weekend), nous avons mis en place les finitions de la cage d’escalier. Au menu, tout ce que j’aime, des découpes avec des angles qui n’existent que dans les livres de math et pas chez les fabriquants de boites à onglet. Petite découverte sympa, le magasin du coin dispose de pas mal de fins de séries de différents stratifiés vendus à prix plus qu’intéressants.

Pour atteindre la fin du chantier, il reste encore du boulot mais…