Le terrain

Nous avons commencé la recherche du terrain en juin 2018. Au début en dilettante, en gardant à l’esprit quelques critères:

  • Une certaine durée de trajet maximale pour le travail de Madame.
  • Une surface de minimum 12 ares (nous en avions 16 auparavant).
  • Une distance en façade à rue de minimum 25 mètres. En effet, ayant déjà le projet de la maison, il fallait au minimum cette distance en façade avant.
  • L’orientation était un peu moins importante.

La largeur en façade étant conséquente de nombreux terrains s’excluaient d’office.

Comme souvent entre les photos de présentation et la réalité de l’environnement, il y avait un hiatus. Présence de ligne haute tension, d’autoroute, de voie de chemin de fer, ruisseau qui coupait le terrain, prescriptions urbanistiques contraignantes, échevin de l’urbanisme (écolo) relativement optus.

Nous demandions en effet, un avis préalable à la commune pour les terrains suscitant notre intérêt. Un petit dossier de 4 pages A4 dans lequel étaient repris les caractéristiques extérieures, les plans succincts du rez et de l’étage, l’élévation des façades, le style souhaité… .

C’est le 01 mars 2019 que nous faisons une offre pour un terrain de 15 ares de 27 mètres de façade, avec quelques conditions suspensives:

  • Le résultat des essais de sol (qui devait permettre la construction sans radier)
  • L’avis préalable positif de la commune (acceptation de principe).

Dans les 2 heures de l’envoie du mail à l’agence immobilière, le propriétaire donnait son accord.

Suite aux essais de sol, réalisé le 25/03/2020 par la société V*******, pas mauvais mais pas excellent (présence d’une résurgence et d’eau en profondeur, mais sol porteur), nous avons fait une contre proposition à la baisse également acceptée par le vendeur.

Nous trouvons que réaliser des essais de sol avant l’achat d’un terrain est toujours préférable. On évite ainsi de se retrouver avec des frais conséquents de fondation, drainage. Cela permet également, dès les premiers avant-projets, de budgétiser correctement la partie fondation, la possibilité de caves…

Nous voilà donc propriétaire officiellement, en juillet, après passage chez le notaire.

Les critères de distances, surfaces et environnement étaient respectés.

Le terrain était issu d’une parcelle plus grande appartenant au même propriétaire, qui l’avait fait diviser en trois lots sans en réaliser le bornage. Nous l’avons réalisé courant du mois d’août, après la moisson, 4 bornes.

Parallèlement à la recherche du terrain, nous avions déjà sollicité monsieur Sarlet.  Alors que nous n’avions encore aucun contrat, ni même un avant projet concret avec Perfection Habitat, et eu pour seul contact la rencontre lors de portes-ouvertes. Lorsque nous avions un terrain qui aurait pu nous convenir, Monsieur Sarlet prenait langue avec la commune ou s’arrangeait pour connaître le terrain dont nous parlions (passage sur place, accès à l’un ou l’autre outil internet??) pour tenter de répondre à nos interrogations.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Accueil. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
Pour eviter les robots publicitaires, repondez a la question SVP.
Anti-Spam Image