Pose des chaises

Ce matin, nous nous sommes rendus sur notre terrain pour poser les chaises ! Ou plutôt pour observer la pose des chaises, parce que nous, nous n’avons pas fait grand-chose …

On peut dire que Jean-Michel Lenoir (JML Construction) est du genre rapide et efficace. A peine arrivé sur site, à 9h30 pétante, il s’est mis au travail. A 9h35, il s’étonnait déjà du retard de ses collègues ! Mais notre entrepreneur, Michel Van Ertvelde, et son chef de chantier, Dominique Lallemand, sont arrivés peu après. De même que notre futur terrassier. Notre architecte, Stéphane Marsin, arrive quelques instants plus tard pour compléter l’équipe. Poignées de main, une caresse à Yoda – qui a salopé la banquette arrière de la voiture (oups) -, enfilages de bottes et hop, au boulot ! Pour être honnête, c’est surtout Jean-Michel qui court à droite à gauche pour fixer les piquets, poser les chaises, vérifier les diagonales avec Dominique Lallemand. Nous, nous observons et nous prenons des photos :

14 05 13 Chaises  14 05 13 Chaises2

14 05 13 Chaises3  14 05 13 Chaises4

Nous devons aussi répondre aux questions : où voulons-nous fixer le niveau zéro ? Heu, le quoi ? Donc, le niveau zéro, c’est le niveau de la maison. Et comme notre terrain est en légère pente, il y aura une différence de niveau de 20 cm entre notre porte d’entrée et la porte du garage. Soit on crée une marche à l’intérieur, soit on rehausse notre porte d’entrée. Va pour cette seconde solution ! Alors, 15 ou 20 cm ? Heuuuuu … Nous hésitons. Non, en fait, nous n’hésitons pas, nous n’en savons rien du tout. Nous leur demandons conseil, mais ils ne veulent pas nous influencer. Sauf que nous, nous aimerions beaucoup qu’ils nous influencent. Notre architecte penche pour 20 cm. Idem pour JM Lenoir et son complice le terrassier. Hé bien va pour 20 cm alors ! On fixe donc le niveau zéro de la maison : hop, un petit trait sur le poteau d’éclairage qui jalonne notre terrain …

Il est 11h30, tout est déjà fini. Il ne manque plus qu’à faire réaliser le plan d’implantation par un géomètre, le faire contresigner par notre architecte et notre entrepreneur. Et nous aussi, par la même occasion. Ensuite, attendre (encore et toujours) l’accord de la Commune après passage de leur architecte pour valider l’implantation.

Nous profitons également de notre passage sur le chantier pour photographier quelques dégâts qui ne sont pas de notre fait :

14 05 13 Dégat  14 05 13 Dégat2

Une des bornes de notre terrain a également disparu ! Peut-être le passage d’un camion sur notre terrain (au vu des larges empreintes et des traces de boues laissées partout), qui aurait emporté une de nos bornes ? Allez savoir …

Nous n’avons pas envie de jouer les rapporteurs ou les dénonciateurs, mais on ne nous laisse pas le choix. Si des dégâts sont constatés sur la voirie (que nous payons tous proportionnellement à notre terrain, et rétrocédons gratuitement à la Commune), il nous appartiendra de fournir la preuve que nous n’en sommes pas à l’origine. Ca promet pour nos relations avec nos futurs voisins  🙁

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
Pour eviter les robots publicitaires, repondez a la question SVP.
Anti-Spam Image