header image

Comment nous avons dessiné la maison et choisi son isolation.

Posted by: sjauquet | 5 juillet 2013 | No Comment |

Je voudrais faire un petit retour en arrière pour illustrer les étapes qui ont mené au design définitif de la maison sur ce terrain particulièrement difficile.

Prélude:
Nous voulions une maison bien isolée, c’est dans l’air du temps avec le prix de l’énergie qui monte et bien sûr nous avons pensé à une maison passive; après avoir laissé cogiter un peu, j’ai commencé à reprendre le problème dès le départ:
Première question à se poser: Le prix de l’énergie monte-t-il vraiment de manière catastrophique … ??
Réponse: non, et nous payons même moins cher pour nos chauffer que nos parents.. hérésie ? non, le fait est que la majorité des gens se basent sur le prix qui monte mais ne prend pas en compte la dévaluation de l’argent. Voici un petit graphique qui montre que par rapport au pouvoir d’achat de nos parents, nous payons effectivement moins cher notre énergie maintenant qu’au début des années 60, date du choc pétrolier…
http://www.contrepoints.org/2011/01/24/11966-evolution-du-prix-de-l%E2%80%99essence-1960-2008
Héééé oui !!!
Fini donc pour nous de nous laisser mener par les théories que le prix de l’énergie va doubler dans les 10 prochaines années, ce qui pourrait justifier le surcoût d’une maison passive.

On décide donc de rester raisonnable, de rester dans les techniques de construction standards et éprouvées pour notre climat. Nous allons juste essayer de trouver le bon rapport qualité prix pour l’isolation en ayant une vision d’économies à moyen terme.

Une maison bioclimatique.
Penser à l’isolation est une bonne chose mais il faut penser également dès le départ à construire une maison bioclimatique afin d’optimiser l’apport d’énergie solaire et surtout le confort de la maison, ce qui diminuera les besoins de chauffage mais aussi de refroidissement en été. Moins de techniques actives (chères, consommatrices, sujettes aux pannes, à l’entretient etc). En définitive une maison bioclimatique est une maison simple, confortable et sans soucis.

Les règles de base veulent que pour une meilleure optimisation on place côté nord (plus froid) les pièces qui on moins besoin de chaleur et de lumière et plus particulièrement les pièces où l’on va rarement.
Exemples: les hall d’entrée, couloirs, salle de bain, salle de douche, buanderie etc..

On essaiera aussi de placer la maison pour que les pièces de vie profitent au maximum de l’apport solaire. Des petits trucs comme mettre des carrelages foncés au sol vont permettre de tirer profit des rayons directs du soleil. Bien sûr il faut aussi faire attention à ne pas avoir de surchauffe en été. Pour cela, le principe le plus important est qu’en hiver, la course du soleil est plus basse qu’en été et que les arbres n’ont pas de feuilles en hiver. En hiver donc le soleil peut rentrer « loin » dans la maison. En été par contre le soleil est plus vertical et le soir quand il descend, ses rayons peuvent être bloqués par les feuilles d’un arbre. Pour prévenir de la surchauffe en été, j’ai tenu compte des arbres feuillus à proximité des grandes baies au sud. Si ce n’est pas le cas il est possible de mettre des brises-soleil qui laisseront passer la lumière en hiver mais casseront les rayons directs du soleil en été aux environs de midi.

Pour des raisons de confort également j’ai écarté l’idée des maisons en bois qui offrent une inertie thermique beaucoup plus faible que les maisons traditionnelles en dur. En effet, une maison en bois peut être très bien isolée, même souvent mieux qu’une traditionnelle, mais elle va stocker beaucoup moins la chaleur/fraicheur en hiver ou en été. Une maison en bois est un peu comme un thermos avec peu d’eau dedans, dès que le capuchon est ouvert, l’eau va se refroidir très vite. Une maison en brique est comme un thermos plein d’eau qui restera chaude ou fraiche même si le capuchon est ouvert 15 minutes. Le problème des maisons en bois donc est surtout en été: fenêtres ouvertes la maison ne gardera que très peu la fraicheur de la nuit passée.

Méthode:
Pour m’aider dans tout cela j’ai utilisé le logiciel de Google, « SketchUp », qui permet de positionner la maison sur le globe terrestre et de l’orienter. Il y a moyen de faire varier la position du soleil en fonction de l’heure mais aussi des mois et des saisons.

J’ai donc tout d’abord créé des volumes très simples et je me suis amusé à positionner les arbres et les maisons voisines afin de voir l’impact sur l’ensoleillement de la maison.
Malgré ce terrain difficile je suis très content car j’ai pu vérifier que même en hiver les éléments extérieurs ne privent la maison de soleil que un maximum de 2 à 3 heures par jour alors qu’en été les arbres procureront un ombrage bienvenu.

Il y a bien sûr moyen de faire tout cela de manière plus professionnelle en utilisant le logiciel phppp. Personnellement je n’ai pas trouvé le temps et j’ai préféré utiliser la méthode pifométrique basée sur les expériences des autres.

Le calcul PEB qui a été réalisé par la suite a effectivement montré que la maison est bien bioclimatique avec un coefficient de surchauffe faible (malgré le fait qu’il ne tient pas compte de la présence des arbres).

Ensuite avec ces plans amateurs j’ai été voir plusieurs constructeurs et architectes indépendants et je leur ai demandé de me faire des offres. Je vous passe les détails mais c’est l’entreprise Thomas et Piron qui a remporté l’appel d’offre.

under: Aménagement, Chauffage, Gros oeuvre, Inspiration, Isolation, Jardin, Non classé, Plans, Terrain
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Leave a response -

Your response:

*
Pour eviter les robots publicitaires, repondez a la question SVP.
Anti-Spam Image

Categories

Lire les articles précédents :
Gros oeuvre maçonnerie presque terminé

Vu le temps pourri qu'on a eu, je trouve que ça a bien avancé finalement !

Fermer