Guide sur les accessoires d’une VMC-DF

Guide sur les accessoires d’une VMC-DF

Cet article vous donne des conseils sur tout l’attirail nécessaire à l’installation d’une VMC-DF dont les gaines de distribution d’air, les entrées-sorties d’air, les collecteurs, les plénums, les bouches, etc.

Vous trouverez en deuxième partie des explications sur la perte de charge globale, l’équilibrage des volumes entre les bouches et l’équilibrage entre l’air insufflé et l’air extrait.

Sommaire de l’article

  1. Risques sanitaires en double flux ?
  2. Gaines de distribution d’air
    • Les gaines PEHD (plastique)
    • Les tubes métalliques
    • Les gaines à éviter ou à proscrire
  3. Entrée air neuf et sortie air vicié
    • Entrée-sortie d’air et liaisons VMC-collecteurs
    • Comment isoler les grosse gaines
    • La sortie d’air vicié
    • L’entrée d’air neuf
  4. Les collecteurs (répartiteurs)
    • Collecteurs aux piquages en ∅80 ?
    • Collecteurs « Mécanos » mixte DN75 et DN90
    • Collecteurs standards DN75
    • Collecteurs mixtes en rond DN75 et DN90
    • Conclusions sur les collecteurs
    • Fabriquer son collecteur + filtration ?
  5. Les filtres dans une double flux
    • Filtres « propriétaires » … une vraie arnaque !
    • Bonnes adresses pour l’achat de filtres
  6. Les bouches d’aération
    • Bouches à éviter en double flux
    • Bouches d’insufflation, plafond ou mur, effet Coanda
    • Bouches d’extraction et conseils
    • Conseils d’installation, plan d’installation
  7. Les plénums de bouche
    • Plénum multi-gaines (2 ou 3 gaines par bouche)
    • Plénum simple (1 gaine par bouche)
    • Fabrication d’un plénum en PVC
  8. Les silencieux et le bruit
  9. Perte de charge globale
    • Des règles basiques en réseau pieuvre
    • Perte de charge : via le logiciel HB+
    • Perte de charge : la calculer
  10. Équilibrage des volumes
    • Le bon volume pour chaque pièce
    • La régulation des débits
    • Un anémomètre pour régler les volumes
    • Équilibrage entre extraction et insufflation
    • Les puissances d’une VMC-DF à vitesse constante

Risques sanitaires en double flux ?

Gaines plastiques … quels risques ?

La question « écolo » sur les risques sanitaires des matières PEHD (polyéthylène haute densité) ou PPE (Polypropylène Extrudé) ou PEE (polyéthylène expansé) est pour moi totalement surfaite en ventilation résidentielle pour ces produits qui ne présentent strictement aucun risque comme conduits d’air en dessous de 40°C.

Les plastiques PEHD, PPE et PEE ne produisent pas d’émanation de COV en dessous de 50° (COV composés organiques volatils). Mais j’en conviens on peut en débattre pendant des lustres 🙄

Nb) je pense que les tubes PVC EU (en non recyclés) ne présentent pas plus de risque 🙂

Rappel : toujours choisir des plastiques non recyclés.

Trois incohérences lues sur forums :

  • Le PVC et le PEHD présentent un risque de COV … mais l’échangeur de sa VMC-DF est en plastique polystyrène CHOC 🙂
  • Mon réseau linéaire métallique galva est plus salubre qu’un réseau plastique PEHD … mais son réseau a des silencieux à parois micro-perforés renfermant de la laine de verre ou autres fibres 🙂
  • Je ne veux pas prendre de risque avec des gaines en PEHD … mais la structure interne de sa VMC-DF est en polystyrène expansé (PSE) une Hélios 🙂

Le vrai risque : le manque d’entretien !

  • Il faut absolument que tout votre système soit nettoyable,
  • les filtres doivent être régulièrement aspirés ou changés.

Il est fou de lire que le nettoyage des gaines n’est plus à faire avec les VMC-DF modernes

Seules les gaines rondes en PEHD peuvent être noyées dans l’isolation, une chape ou une dalle. Certainement pas les gaines plates ou oblongues et encore moins les collecteurs ! Mais mais mais …

Jamais d’enfouissement des gaines dans les chapes ou dalles … c’est de la folie !

Il ne faut pas faire n’importe quoi et vérifier les matériaux, pour autant il ne faut pas être « parano » sinon c’est la VMC-DF elle-même qu’il faut remettre en question sur les risques sanitaires !

Je parie que d’ici 2030, un entretien annuel par un « pro » sera obligatoire sur les VMC-DF (1)

(1) en France si la DF représente au moins 10 % des installations ventilation mécanique en maisons neuves 🙂

Retour au sommaire

Gaines de distribution d’air

Je traite ici surtout les gaines PEHD rondes, je déconseille les gaines oblongues comme vous le savez 🙂

Le ruban collant d’étanchéité

Je commence tout de suite par une corvée qu’il faut surtout prendre le temps de faire proprement parce qu’il s’agit d’assurer l’étanchéité totale de chaque liaison :

  • des gaines PEHD avec les collecteurs et les plénums (plastique ou métallique),
  • des tubes métalliques entre eux et avec les plénums métalliques.

Mise en œuvre : faire au moins 2 tours de ruban sur chaque liaison. Les tubes métalliques doivent être dégraissés pour une super adhésion du ruban collant d’étanchéité.

Vous allez me dire, les gaines PEHD avec leur joint torique et les tubes métallique avec les joints à lèvre, le ruban collant n’est pas vraiment utile … et bien non il faut mettre du ruban collant de qualité pour assurer l’étanchéité !

Lequel choisir ? Je ne suis pas un expert mais je conseille 3 bandes adhésives spécialisées :

  1. Bande PVC pour gaine PEHD et collecteur ou plénum en plastique (exemple KLB Helios).
  2. Bande PE rétractable (PE + butyl) sur gaine PEHD et collecteur ou plénum métallique (exemple KSB Helios).
  3. Bande aluminium (alu + butyl) à réserver au tout métallique (exemple KSB-ALU Helios).

Nb) je donne Helios en exemples, il y a d’autres marques peut-être moins chères 🙂

Précision : certains utilisent le ruban adhésif pare-vapeur … je n’ai aucune idée de l’efficacité dans la durée mais il semble que ça marche bien sur le plastique.


Les gaines PEHD

Rouleau gaine PEHD

Le PEHD (polyéthylène haute densité) c’est la matière première pour la fabrication des gaines PEHD utilisées pour la distribution d’air en VMC mais aussi pour les gaines TPC dans le BTP (Bâtiment et Travaux Publics).

Ces gaines doivent avoir une double peau, la paroi externe avec des cannelures pour la résistance (compression, etc.) et la paroi interne pour son côté lisse … enfin presque ! Les 2 peaux sont soudées entre elles à intervalles réguliers.

Je parle surtout dans ce chapitre des gaines rondes en format DN75 et DN90 largement utilisées en réseau pieuvre. Les gaines PEHD de puits canadien sont en format DN200.

Vous trouverez en Annexes toutes les explications détaillées sur les gaines PEHD VMC et TPC dont l’antistatique, l’antibactérien, le rayon de cintrage et bien d’autres renseignements. Avant de choisir vos gaines en réseau pieuvre je vous conseille de bien lire ce chapitre dans l’article Puits canadien et annexes 🙂

Les gaines VMC

Gaine VMC bleue

Les gaines VMC sont utilisées uniquement dans le domaine de la ventilation. les couleurs externes sont libres, les professionnels de la ventilation profitent largement de cette liberté pour essayer de se démarquer !

Principales caractéristiques des gaines VMC :

  • La peau interne est légèrement ondulée avec possibilité d’un antibactérien et d’un antistatique.
  • Le rayon de cintrage est souvent à 2D (2 x diamètre) soit 15 cm pour les gaines DN75. Le rayon de cintrage des TPC est plus grand !
  • La peau interne peut être en PEBD (polyéthylène basse densité). Le PEBD a comme caractéristique principale la souplesse, donc moins rigide que le PEHD … mais ça c’est les marchands de sacs plastiques qui le disent !

Le prix des gaines VMC est 3 à 5 fois supérieur à celui des gaines TPC !

Il existe des gaines PEHD VMC oblongues (ovales) pour réduire l’épaisseur et faciliter l’enfouissement dans les dalles ou chapes, voir plus loin le chap. Les gaines à éviter ou à proscrire.

Surtout ne jamais utiliser des gaines dont la peau interne est noire (PEHD recyclé)

Nb) les caractéristiques des gaines VMC ne sont pas forcément un gage de qualité absolue … même si les professionnels de la ventilation hurlent le contraire sur la toile et sur tous les toits !

Les gaines TPC

Les gaines TPC utilisées dans le BTP servent essentiellement de gaines protectrices de câbles électriques, optiques et autres tuyaux d’eau ou de gaz. Ces gaines sont souvent utilisées enterrées.

Nb) par simplification j’englobe les gaines BTP PEHD double peau sous le générique TPC.

TPC Hegler Hekaplast

On trouve tous les formats dans les gaines TPC, on s’intéresse ici qu’aux formats DN75 et DN90.

Les gaines TPC ont quasiment toutes les mêmes propriétés mécaniques, on peut simplifier en disant que seule la couleur externe change :

  • Rouge pour les réseaux électriques, les fameuses gaines TPC.
  • Jaune pour les réseaux GAZ.
  • Bleue pour les réseaux EAU.
  • Verte pour les réseaux TELECOM.
  • Blanche pour les réseaux fibre OPTIQUE.

Les gaines TPC et GAZ sont généralement certifiées NF en France.

Nb) je ne m’exprime pas sur la qualité de fabrication, dont la peau interne, il faut voir ça sur place chez le distributeur avant d’acheter !

Principales caractéristiques des gaines TPC

  • La peau interne est moins annelée que les VMC et de couleur translucide ou noire.
  • Le rayon de cintrage, plus important que les VMC, est compris dans entre 27 et 45 cm en DN75.

Les gaines PEHD TPC ou VMC avec la peau interne noire sont à proscrire absolument

Seules les gaines TPC avec peau interne translucide sont utilisables en ventilation

Niveau prix c’est la guerre en Europe pour les gaines TPC, les quantités utilisées sont énormes en comparaison aux gaines VMC … mais ça n’explique pas toute la différence de prix !

Conseil : même en extraction d’air il faut éviter les gaines TPC dont la peau interne est noire (PEHD recyclé).

Différences entre gaines VMC et TPC

Diamètre externe

Le diamètre externe est identique entre TPC et VMC … du DN75 c’est 75 mm et du DN90 c’est 90 mm 🙂

Certains fabricants de gaines VMC font du zèle comme les Uniflexplus avec 76 mm et 91 mm ou pire Hybalans avec son 92,3 mm. Rassurez vous les accessoires de ces fabricants vont très bien sur les autres gaines VMC ou TPC.

Les 76 et 91 mm peuvent être considérées comme standards … le 1 mm de différence est dérisoire.

Précision : une tolérance jusqu’à 2 mm sera compensée par le joint torique d’étanchéité indispensable dans toute liaison d’une gaine PEHD dans le piquage collecteur ou plénum de bouche.

Rappel : il faut toujours étanchéifier les raccords aux piquages collecteurs et plénums avec au moins 2 tours d’un ruban collant de qualité.

Diamètre interne

Là c’est le « bordel », d’un côté le BTP minimise le diamètre interne en donnant le diamètre minimum de la norme nationale et de l’autre les VMC exagèrent comme ce n’est pas permis pour faire croire qu’ils sont les meilleurs avec un gros diamètre interne :mrgreen:

Jeter un œil sur les données techniques des gaines TPC PEHD HEKAPLAST HEGLER … vous verrez vite que c’est l’embrouille car sur la certification NF c’est le ∅ minimum imposé par la norme et dans sa documentation Hegler tient à préciser qu’il est meilleur que les tolérances de la NF 🙁

Ne vous laissez pas impressionner par le diamètre interne et dites vous bien qu’ils sont tous potentiellement faux, surtout pour les gaines VMC. Il peut y avoir jusqu’à 3 mm de différence … ça ne change quasiment rien au volume/perte de charge.

Diamètre interne : les BTP minimisent, les VMC maximisent

Retenez ces diamètres internes : DN75 = 61 mm, DN90 = 75 mm

Les marques et distributeurs de gaines VMC nous prendraient-ils pour des cons ?

Cintrage des gaines

La différence entre les gaines TPC et VMC c’est le rayon de cintrage qui est toujours plus important pour les gaine TPC puisqu’il est jusqu’à 3 fois supérieur à celui des VMC :

  • VMC = 2D (2 x diamètre) soit 15 cm en DN75, on trouve même du 13 cm (1)
  • TPC = 35 cm en DN75 soit au moins 4D … mais paroi interne moins ondulée !

(1) c’est le cas par exemple des gaines Hybalans avec la peau interne en PEBD.

Look ! Vous avez vu mes beaux doigts sur le photo :mrgreen:

Attention : il existe des gaines VMC fabriquées façon TPC (même moule ou presque), le cas échant le rayon de cintrage sera TPC ! C’est le cas par exemple des gaines Hegler VMC Hekatherm avec un rayon cintrage de 27 cm.

Précision : un rayon de cintrage trop petit a des inconvénient :

  • Le risque de désolidarisation des 2 peaux … toujours possible si on force trop 🙁
  • La saleté s’incruste plus … normal puisque la peau interne est plus ondulée donc plus de creux au cintrage 🙂

La gaine TPC serait-elle moins bien que la gaine VMC pour faire des cintrages serrés ? C’est vrai mais c’est aussi une grosse connerie de faire des boucles serrées à 90° avec les gaines VMC.

Un peu de bon sens : à diamètre égal plus une gaine PEHD double peau est « cintrable » plus la peau interne devra avoir des ondulations profondes 🙂

Le cintrage serré à 90° ?

Coude PVC avec rebord

Il est préférable pour un cintrage serré à 90° d’utiliser un raccord 90° adapté, c’est à dire avec des rebords correspondants à l’épaisseur de la gaine PEHD double peau … ce n’est pas obligatoirement au mm près !

Rappel : je déconseille catégoriquement un trop petit rayon de cintrage des gaines PEHD !

Je présente en photo le coude PVC 87,30° avec le rebord correspondant à l’objectif. Vous trouverez en coudes PVC tout ce qu’il vous faut ICI

Les distributeurs de VMC proposent leurs jolis coudes … mais c’est plus cher.

Qualité alimentaire, l’antistatique et l’antibactérien

Le PEHD de couleur translucide est alimentaire … donc les gaines TPC avec peau interne translucide le sont 🙂

Seules les gaines VMC peuvent être antistatiques et/ou antibactériennes … mais pas obligatoirement. Les prix sont bien évidemment plus élevé en antibactérien et/ou antistatique 🙁

Je vous le dis tout net, pour moi c’est de la fumisterie markéting, voir en Annexes les explications.


Les prix des gaines VMC et TPC

Je fais ces listes pour 50 mètres de gaine ronde DN75 et DN90, prix ttc hors transport en janvier 2018.

Beaucoup de distributeurs ne précisent pas le fabricant réel sur leur site de vente, par exemple en 2018 les gaines bleues chez fematshop.fr c’était des Polypipe Jano’Air bleu.

Jamais de gaines VMC ou TPC avec la peau interne noire

Gaines VMC avec antistatique + antibactérien

Gaine DN75 Flexrohr

  • Flexrohr antistatisch sans antibactérien (Bleu, int blanc) DN75 110 €ttc chez Selfio.de
  • Brink Air Excellent Pro (vert, int translucide) 190 €ttc (250 €ttc en DN90) chez my-electro.be
  • Brink Air Excellent Pro (verte, int translucide) 276 €ttc (360 €ttc en DN90) sur le net en France.
  • Aldes Optiflex (blanc, int translucide) 303 €ttc un peu partout en France.
  • Ventilair Comair Uniflex+ (rouge ou bleu, int blanc) 267 €ttc (348 €ttc en DN90) e-novelec.fr.
  • Zehnder Comfotube sans antibactérien (blanc, int translucide) 229 €ttc (355 €ttc en DN90) fiabishop.com.
  • Gecoflex (bleu, intérieur blanc) 168 €ttc fiabishop.com.

Les gaines Helios Flexpipe avec peau interne noire sont à proscrire !

Nb) Atlantic et Brink (gaine verte) c’est les mêmes gaines ! Idem entre Aldes Optiflex et Fränkische Profi-Air.

Mes préférées : Flexrohr, Gecoflex et Brink … parce que les moins chères 🙂

Gaines VMC sans antibactérien et sans antistatique

  • Brink Air Excellent Basic (vert, int translucide) 150 €ttc (200 €ttc en DN90) chez my-electro.be
  • Brink Air Excellent Basic (vert, int translicide) 228 €ttc (312 €ttc en DN90) chez fiabishop.com.
  • Hegler Hekaterm (bleu, int translucide) 146 €ttc (229 €ttc en DN90) chez eauvent.fr.
  • Polypipe Poli’Air (bleu, int blanc) 150 €ttc (258 €ttc en DN90) chez fematshop.fr.

Mes préférées parce que les moins chères :

  1. Hegler Hekaterm : mais un rayon de cintrage de 27 cm.
  2. Polypipe Poli’Air : avec un rayon de cintrage plus faible mais des ondulations plus profondes.

Gaines TPC

Rappels : ces gaines sont toujours sans antibactérien et sans antistatique. Il est indispensable de voir et toucher le produit chez le distributeur … pas d’achat par internet !

Je donne ces références uniquement pour une idée des prix pratiqués hors transport :

  • Hegler Hekaplast rouge, int translucide DN90 87 €ttc Point.P.
  • Hegler Hekaplast rouge, int translucide DN75 73 €ttc (DN90 114 €ttc) Brossette.
  • Hegler Hekaplast rouge, int translucide DN75 73 €ttc (DN90 114 €ttc) Cedeo.
  • Ryb rouge, verte ou jaune, int translucide DN75 60 €ttc (DN90 ? €ttc) Ciffreobona
  • Fabricant ? Rouge ou jaune, int translucide DN75 77 €ttc materiaux.net.
  • Fabricant ? Rouge, int translucide DN75 82 €ttc (DN90 109 €ttc) economo.fr.
  • Fabricant ? rouge, int translucide DN75 et DN90 Pumplastiques.fr pas de prix par tél, voir une agence locale !

Mes préférées les Hekaplast, la peau interne a moins de défauts que les autres TPC.

Attention : chez un même distributeur les gaines TPC ne sont pas toujours du même fabricant … même si une marque est donnée sur internet !

Récapitulatif pour l’achat de gaines TPC

On peut lire ici et là que le PEHD des gaines TPC est toujours du recyclage ou que la fabrication laisse à désirer ou que la qualité globale du produit fini n’est pas là et même qu’il y a des risques de COV.

Recyclage : non si la peau interne est translucide, les autres couleurs sont à éviter !

Qualité : hummm … il faut voir ça sur place, particulièrement la qualité de la peau interne.

Risque de COV : c’est de l’intox si la peau interne est translucide !

Gaine TPC bleue

Il faut préciser que ces peurs sont véhiculées par des professionnels de la ventilation … les bougres veulent vendre leurs gaines à prix forts :mrgreen:

Jamais d’achat de gaines TPC par internet, il faut voir la qualité sur place

Choisissez toujours vos gaines TPC avec les critères :

  • Gaine double peau obligatoire et peau intérieure de couleur translucide.
  • Une date de fabrication de moins d’un an.
  • Des gaines ayant séjourné le moins possible au soleil … pas + de 3 mois.
  • Peau interne non graissée pour faciliter le passage des câbles.
  • S’il y a un tire fil, enlevez le 🙂

Distributeurs de matériels BTP (SAMSE, Point.P, Brossette, Cedeo, Plumplastiques, Ciffreobona, GSB, etc.).

Nb) les gaines TPC utilisées en insufflation doivent impérativement être nettoyées intérieurement avant pose … puisqu’elles sont généralement stockées à l’extérieur sans bouchon ! Un tuyau d’eau (ouvert à fond + jet écarté) que vous faites passer dans la gaine est suffisant. Faire sécher avant pose.


Les tubes métalliques

Les tubes métalliques sont utilisées pour les réseaux linéaires. Les 2 diamètres les plus utilisés sont le ∅160 pour le réseau principal et le ∅125 pour les réseaux secondaires. Les tubes métalliques « Spiro » font l’affaire en ventilation.

Il existe plusieurs qualités de tubes que je ne développerai pas faute de maitriser le sujet.

Conseils sur les tubes métalliques

Système safeclic Lindab

Je vous conseille de prendre des tuyaux métalliques avec joints à lèvres. Ils évitent des raccords avec pose de vis autoperceuses qui poseront des problèmes d’étanchéité et encore pire pour le nettoyage.

Attention : une liaison entre 2 tubes droits ne devrait pas être faite avec des vis auto-perforantes comme on le voit souvent mais avec des manchons droits à lèvres comme pour les coudes !

Rivets POP ou vis autoperceuses ? A vous de choisir mais en POP le démontage sera quasi impossible.

Le prix d’un réseau linéaire métallique est-il moins cher qu’un réseau pieuvre PEHD double peau ? Les défenseurs du métallique font croire que le prix en métallique est moindre, c’est une idée reçue complètement reçue :mrgreen:

C’est certain, un réseau galva à lèvres est bien plus cher qu’un réseau pieuvre PEHD VMC (1)

(1) avec des gaines PEHD VMC à 150 €ttc les 50 mètres sans antibactérien et sans antistatique.

Rappel : il faut toujours étanchéifier les raccords avec au moins 2 tours d’un ruban collant de qualité.

Faut-il nettoyer les tubes métalliques avant installation ?

La fabrication des tubes métalliques (galva ou alu) laisse à désirer questions propreté et hygiène.

Je vous conseille de vérifier, la face interne où il reste souvent des poussières métalliques ou des poussières de stockage.

Conseil, passez un doigt avec 3 allers-retours sur la face interne … dans 80% des cas vous allez être déçu 🙁

Il faut généralement nettoyez les tubes métalliques avant mise en service 🙂


Les gaines à éviter ou à proscrire

Tubes PVC ou PP

Coude en PP

En réseau pieuvre : je déconseille l’utilisation des tubes PVC ou PP pour la distribution d’air … beaucoup trop de contraintes d’installation et le nettoyage sera quasiment impossible !

En réseau linéaire les tubes PP et même PVC peuvent être utilisés en lieu et place des tubes métalliques. Je conseille faire 2 tours de ruban d’étanchéité même avec les tubes PP à joint.

Conseil : sans joint, surtout ne coller pas tous les tubes PVC … un démontage possible ici et là sera une sécurité pour le nettoyage.

En réseau linéaire les tubes PP ou PVC peuvent être utilisés

En réseau pieuvre je déconseille les tubes PP ou PVC pour la distribution d’air

Gaines oblongues : à éviter

Gaine plate PEHD Courbure 90°

Gaine oblongue et coude

Les gaines oblongues PEHD ou ABS blanc sont à éviter car difficilement nettoyables … encore pire si vous avez des coudes à 90°.

Le prix des gaines PEHD oblongues est très exagéré 🙁

Certes depuis 2013 on trouve les gaines oblongues PEHD chez tous les grands constructeurs de VMC-DF avec des slogans commerciaux mirifiques 😀

Certes on trouve des solutions de nettoyage avec des machines spéciales, voir l’article Conseils d’installation.

Petite triche !

Sur la photo Petite triche il s’agit des gaines Fränkische et Aldes, c’est les mêmes gaines oblongues PEHD du fabricant Fränkische.

Vous ne remarquez rien entre les 2 gaines ? Ce n’est pas bien Monsieur Aldes de « trafiquer » les photos pour faire croire à une peau interne ultra lisse :mrgreen:

Choisir des gaines oblongues que si vous ne pouvez pas faire autrement

Les gaines oblongues sont très difficilement nettoyables

NON aux gaines d’aération enfouies dans une chape ou une dalle 😈

Gaines à proscrire en VMC-DF

Gaines souples PVC ou aluminium à proscrire : non nettoyables et forte perte de charge

Gaines électriques simple peau à proscrire … cannelures non nettoyables

Gaine souple : photo trompeuse !

Gaine PVC souple posée c’est ça !

Gaine électrique simple peau

Il ne faut pas croire que des gaines souples même celles isolées peuvent être posées bien raides et bien ouvertes. Surtout ne tirer pas trop sur la gaine interne pour les gaines isolées … c’est fragile !

A proscrire aussi en VMC-DF les gaines alu micro-perforées isolées pour soit disant atténuer le bruit, ces gaines présentent selon moi des risques sanitaires possibles !

Nb) Minergie Suisse préconise sans honte la gaine électrique simple peau … même Minergie raconte des conneries sur les gaines utilisables en VMC-DF, c’est dire !

Autres gaines que vous pourrez voir

Photo perso salon ISH Francfort

Je vous présente cette planche de gaines pour vous montrer ce que vous pourriez trouver sur le marché. J’ai vu et touché toutes ces gaines.

Je n’ai pas été convaincu pour les raisons suivantes :

  • aucune n’est pas vraiment lisse à l’intérieur (perte de charge),
  • le nettoyage ne sera pas évident,
  • un cintrage 90° ne doit pas être aussi évident que la présentation,
  • certaines gaines sont un peu rugueuses au toucher,
  • certaines gaines à base de silicone doivent scotcher la poussière,
  • les prix ne sont pas moindre que les gaines PEHD double peau 🙁

Nb) toutes ces gaines sont mieux que les infâmes gaines en PVC souple qu’on trouve en France !

Je préfère de loin le PEHD double peau … il n’y a pas photo 🙂

Retour au sommaire

Entrée air neuf et sortie air vicié

Voilà un thème important du blog, je vous conseille de le lire 2 fois 🙂

Entrée-sortie d’air et liaisons DF-collecteurs

Nb) j’intègre dans ce chapitre les gaines de liaisons entre la VMC-DF et les collecteurs (réseau pieuvre).

Les gaines d’entrée d’air neuf, de sortie d’air vicié et les liaisons DF-Collecteurs sont généralement en 160, 180 ou 200. Le Ø180 est bâtard en France mais il existe … est heureusement en ventilation 🙂

Conseil, ces tubes de gros diamètre, s’ils ne sont pas posés au sol, doivent être attachés (au plafond, à la charpente, etc.) au moins tous les 1,5 mètre et ne surtout pas les faire tenir en équilibre entre les 2 extrémités même si on a l’impression que ça peut le faire !

En pose sur le sol ou sur les armatures d’un faux-plafond les attaches ne sont pas obligatoires. En pose verticale, les tubes légers en expansés ou extrudés peuvent être attachés que tous les 3 mètres.

Les gaines entrée-sortie d’air et liaisons DF-Collecteurs ont un ∅ ≥ aux piquages VMC-DF

Les gaines entrée d’air neuf et sortie d’air vicié doivent être isolées contre la condensation (1)

En zone non chauffée les liaisons DF-Collecteurs doivent être super isolées (2)

(1) sur toute la longueur, surtout en espace chauffé sinon condensation garantie à l’extérieure des gaines !!

(2) super isolée, ça veut dire au moins 150mm d’isolant en zone non chauffée !

Je présente 5 types de gaines entrée-sortie d’air et liaisons DF-Collecteurs … le choix vous appartient 🙂

Tubes en PPE ou PEE

Tube + coudes PEE

Tube PEE

Ces tubes rigides PEE (polyéthylène expansé) et PPE (polypropylène extrudé) sont naturellement isolés, ils sont à la mode et surtout utilisés en entrée d’air neuf et sortie air vicié … mais aussi en liaisons entre DF-Collecteurs.

Nb) avec des tubes en 15 mm d’épaisseur l’isolation est juste bonne pour éviter la condensation ! Il existe des tubes en expansé de 40 mm d’épaisseur … ce que je conseille si vous êtes assez riche.

La différence entre PPE et PEE n’est pas significative dans le domaine de la ventilation … j’ai une petite préférence pour le PPE 🙂

Tubes PPE en 15mm d’épaisseur

Attention : en espace non chauffé les liaisons DF-Collecteurs devront être sur-isolées , vous avez le choix :

  1. Tubes PPE ou PEE en 15mm d’épaisseur + sur-isolation de 100mm LdV.
  2. Tubes PPE seuls en 40mm par exemple ICI.

Ces tubes font 1 ou 2 mètres, il existe des coudes 45 et 90° et des raccords.

Toutes les marques de VMC-DF proposent des tubes PPE ou PEE. Je suis incompétent pour vous conseiller une marque plutôt qu’une autre 🙁

Attention : le nettoyage de ces gaines impose une grande délicatesse, donc on utilise une brosse souple 🙂

Les tubes PPE et PEE sont très chers … le monde de la ventilation en profite 😡

Tube PEHD + polyoléfine expansé

tube PEHD-polyoléfine

Le tube PEHD + polyoléfine expansé est composé d’une enveloppe externe en PEHD cannelé pour la rigidité et d’un isolant en polyoléfine expansé.

L’avantage des tubes PEHD-polyoléfine par rapport aux tubes PPE et PEE , c’est la solidité de l’enveloppe externe en PEHD. Le polyoléfine expansé, le PPE et le PEE sont de la famille chimique des mousses polyoléfines.

On trouve ces tubes PEHD-polyoléfine notamment chez Zehnder (Flexalen), Maico (Therm MT) et Vasco.

Les tubes font 1 ou 2 mètres, il existe des coudes 90° et des raccords. Dommage les tubes PEHD-polyoléfine comme les tubes PPE et PEE sont très chers 👿

L’isolation est bonne pour éviter la condensation. En espace non chauffé les liaisons DF-Collecteurs devront être sur-isolées par au moins 100 de LdV !

Fragilité ? c’est comparable aux PPE et PEE question dureté … il faudra utiliser une brosse souple et surtout pas une brosse métallique !

Gaine alu semi-rigide spiralé

Gaine semi-rigide alu

Surtout utilisée en double peau isolée comme sur la photo. Attention à la propreté des gaines aluminiums neuves … il est conseillé de les nettoyer avant mise en service lorsqu’elles sont utilisées pour l’air neuf ou la liaison DF-collecteur d’insufflation !

Nb) il existe des gaines alu semi-rigide en simple peau mais il faudra les isoler !

Attention pour le semi-rigide isolé : choisir des gaines thermiques et pas acoustiques (phoniques) … ces dernières ont une peau interne micro-perforée … une horreur hygiénique !

L’isolation en 50mm est bonne contre la condensation, en espace non chauffé les liaisons DF-collecteurs devront être sur-isolées par 100mm de LdV ou équivalent 🙂

Tubes PVC ou PP EU

Tubes PVC EU

Et oui les tubes PVC ou PP (Polypropylène) d’eaux usées peuvent être utilisés. Personnellement je n’aurais aucune crainte à les utiliser 🙂

Tube PP (Polypropylène)

Nb) les tubes PP ont souvent des joints à lèvre, ils ressemblent au tubes PVC quand ils sont de couleur grise. Le PP présenterait moins de risque de COV … je suis dubitatif 🙂

Conseil pour les tubes PVC, ne coller pas dans un premier temps les tubes PVC et ne coller que les liaisons qui pourront être démontées ensembles pour le nettoyage. Surtout ne pas tout coller d’un bloc.

Nb) pensez à l’étanchéité des liaisons non collées avec 2 tours de rubans collant d’étanchéité.

Inutile de dire qu’avec des tubes PVC ou PP il faut isoler contre la condensation (voir solution ci-dessous).

Tubes galva

Safeclic de Lindab

Je conseille les tubes avec joint caoutchouc type Lindab Safeclic. Pour le reste c’est comme les tuyaux PCV ou PP EU … il faut les isoler !

Conseil, entre 2 grandes longueurs de 2 ou 3 mètres il faut un manchon M-M à joint et surtout pas de vis auto-perceuses ! Les rivets aveugles (rivets pop) … c’est mieux que des vis auto-perforeuses mais démontage quasi impossible !

Nb) pensez à l’étanchéité des liaisons avec 2 tours de rubans collant d’étanchéité.

Et les gaines PEHD double peau ?

Là c’est une autre histoire qu’il faut maitriser ! En effet les gaines PEHD sont obligatoirement en ∅ mâle externe puisque le diamètre interne est bâtard !!!

Donc pour les piquages VMC en ∅150, 160 ou 180 … le choix est limité aux gaines PEHD (VMC ou TPC) en ∅200 (diamètre interne 172).

En piquage VMC-DF ∅125, prendre du PEHD ∅160.

Nb) en piquages VMC ∅200 il faut vite oublier les gaines PEHD 🙂

Il faudra prévoir l’entrée et la sortie d’air ad-hoc et choisir les manchons réducteurs qui vont biens ! Les manchons réducteurs PCV-EU en femelle côté gaine PEHD peuvent convenir pour diverses combinaisons 🙂

Attention : ne pas réduire le ∅ du piquage VMC sinon la perte de charge va augmenter grave 😡

Conclusions sur les entrée-sortie d’air et liaisons DF-Collecteurs

Conseil : au delà de 6 mètres de longueur posez-vous la question d’un ∅ > à celui des piquages VMC-DF … surtout en entrée d’air neuf. Privilégier toujours la facilité de pose et celle de l’entretien 🙂

Ce conseil est à relativiser, avec du ∅160 pour un max de 250 m³/h vous pouvez allez à 10 mètres !

Attention au soleil : surtout ne jamais mettre de gaine plastique (PPE, PEE, PEHD, et PP) à l’extérieur au soleil sur une façade externe ou sortie toiture ! Certes le PVC tube toiture résiste mieux aux UV … mais éviter.

Les prix c’est au cas par cas, je vous laisse comparer mais il faut tout compter dont l’isolant et les coudes. Le plus simple reste les tubes en expansé … mais c’est plus chers 🙁

Et les gaines souples isolées ?

Je les déconseille qu’elles soient en PVC ou en aluminium, si toutefois c’est mieux pour vous niveau budget (ce qui reste à voir !) il faut éviter les gaines acoustiques (phoniques) et choisir de la super qualité avec une bonne rigidité comme par exemple des gaines en tissu polyester enduit PVC + spirale acier.

Les gaines souples doivent avoir 5 cm d’isolant pour la condensation. En espace non chauffé les liaisons VMC-collecteurs seront sur-isolés de 100 LdV !

Comment isoler les grosses gaines ?

Isolation contre la condensation : je conseille un isolant de 50mm en produit type CLIMCOVER Roll Alu ou ROCKWOOL 133 … ces produits sont bons avec leur couche pare-vapeur aluminium.

Nb) la couche pare-vapeur aluminium est obligatoire !

Isolant de gaine

A vous de choisir le produit qui vous plaira sachant que certains offrent une facilité de pose avec recouvrement autocollant ! Assurez-vous d’un bon recouvrement !

Conseil : entre 2 largeurs d’isolant, mettre 2 tours de ruban collant pour assurer l’étanchéité.

Isolation thermique liaisons DF-Collecteurs hors espace chauffé, je conseille au minimum 150 mm d’isolant en 2 couches, une couche en 50mm avec un des produits ci-dessus et une couche en 100 mm LdV ou équivalent.

Rappel : l’entrée air neuf et la sortie air vicié doivent toujours être isolées contre la condensation en espace chauffé !

L’isolant Armaflex ?

Isolant Armaflex

C’est un isolant à base de caoutchouc synthétique (élastomère), on le retrouve beaucoup pour isoler les tuyaux cuivre EF-EC sanitaire ou conduits de chaudière en espace non chauffé.

Il en existe en plaque ou en rouleau, une face peut-être auto-adhésive. Je vous conseille d’utiliser le 19 ou 25 mm d’épaisseur et pas plus fin.

Nb) en 25 mm cet isolant avec face auto-adhésive est idéal pour isoler un collecteur métallique non isolé.


La sortie d’air vicié

Chapeau de toiture

La sortie d’air vicié doit être de préférence sur le toit avec une sortie type Chapeau de toiture. Une tuile à douille est possible mais un chapeau sera obligatoire. Il existe des sorties air vicié pour toit plat.

Tuile à douille

Éviter la tuile à douille … qui de plus est souvent en ∅125.

Attention le diamètre interne doit être ≥ à celui des piquages de la double flux !

Conseil pour la gaine d’air vicié, faites une toute petite pente remontante d’au moins 10 ou 20 cm un peu avant le branchement à la VMC-DF, c’est pour prévenir le risque de retomber de saloperies depuis le toit dont de l’eau … à surveiller le premier hiver.

Où poser votre sortie sur le toit

Il faut un emplacement libre et sans obstacle … pas de pose au bord d’un pignon d’une autre partie plus élevée du bâtiment.

Attention à la neige, il ne faut pas qu’une congère de neige puisse se former, sachant que l’orientation (sud, nord) présente peut de différence en cas de vent avec fortes chutes de poudreuse !

Nb) une sortie d’air vicié ne craint pas spécialement la neige qui devrait fondre au fur et à mesure … toutefois attention en région très froide si la quantité de neige est très importante !

Conseil : en région avec beaucoup de neige, prendre des dispositions particulières, quitte à mettre une sortie d’air vicié plus longue ou alors poser la sortie d’air en façade ou en pignon !

Une sortie air vicié plus longue sur le toit ?

La hauteur d’un chapeau de toiture standard pour VMC est plutôt riquiqui, si vous voulez surélever la sortie de ventilation sur le toit il faut une sortie toiture spéciale, un peu comme une sortie de fumée métallique sur le toit.

Conseil : une grille anti-volatiles doit être présente dans tous les cas sur une sortie air vicié.

Une sortie air vicié via une cheminée maçonnée ?

C’est possible avec un gainage galva isolé dans la cheminée comme pour un poêle. Il est aussi possible de mixer dans la même cheminée le conduit de fumée gainée, la sortie ventilation gainée et la sortie système d’assainissement gainée.

Attention : le schéma présenté est trompeur, un conduit d’air vicié de double flux est souvent plus gros qu’un conduit de fumée en ∅150 !

Norme : la sortie cheminée et la sortie système d’assainissement doivent respecter un dépassement de faîtage de 40 cm minimum. Ce qui n’est pas obligatoire pour la sortie d’air vicié d’une double flux.

Une sortie d’air vicié en façade ?

Il est tout a fait possible de faire une sortie d’air vicié en façade ou sur pignon … mais attention s’il y a de la condensation … il y aura un risque de salissures !

Conseil : faire la sortie air vicié sur une autre façade que l’entrée d’air neuf. Sinon il faut au moins 2 mètres entre l’entrée et la sortie et vous assurer que l’entrée d’air est en premier au vent portant.


L’entrée d’air neuf

L’entrée d’air doit être posée en France sur une façade ou un pignon :

  • à l’est ou au nord … j’ai une préférence pour le nord surtout si fortes chaleurs l’été 🙂
  • au sud c’est possible avec une avancée toiture d’au moins 1 mètre et pose à 1 mètre maxi sous toiture !

Nb) l’entrée d’air au nord est à relativiser … au-dessus de 800 m et au nord-est de la France ça se discute 🙂

Attention : surtout pas d’entrée d’air neuf à l’ouest ou sur un toit … l’été c’est une catastrophe avec la chaleur.

L’arrivée d’air neuf doit être à minimum 2,50 mètres au-dessus du sol et au moins 30 cm sous le toit (angle façade-toiture). Sur un pignon faire au plus simple mais minimum 2,50 mètres du sol.

Nb) regardez sur la photo les pertes de charge entre les types d’entrée d’air. Il s’agit des diamètres internes ! J’ai récupéré ces chiffres sur le Net !

Le vent portant doit toujours trouver en premier l’entrée d’air neuf et pas une cheminée ou une source d’air pollué. Cette règle est valable quelque soit l’emplacement de l’entrée d’air neuf … le vent change de direction, alors choisissez le moins pire 🙂

Pas d’entrée d’air au-dessus ou à côté d’une source d’air puante !

Important : la grille de la bouche d’entrée d’air neuf doit être de type anti-volatiles et pas avec anti-insectes (moustiquaire) qui risque de se colmater tôt ou tard !

Entrée air et caisson filtre

Pas d’entrée d’air neuf avec une moustiquaire !

L’entrée d’air neuf sur un toit ? Uniquement si vous y êtes contraints. Mettre l’entrée air neuf sur le pan opposé à la cheminée et le plus bas possible par rapport au faitage … et si possible sur la face nord du toit.

Attention : évitez les bouches d’entrée d’air neuf avec des ailettes. La perte de charge est énorme … croyez moi 🙂

Je suis envahi d’insectes, que faire ?

Les insectes peuvent dans certaines rares circonstances, envahir l’entrée d’air puis le filtre VMC-DF. Je propose le cas échéant de mettre une grille moustiquaire que vous surveillerez très régulièrement ! Attention, ça peut aller très vite vers une grosse perte de charge puis jusqu’au colmatage.

Évitez une entrée d’air neuf dans l’angle façade-toit, au moins 30 cm sous le toit !

Entrée d’air en façade recouverte de glace !

Entrée d’air avec glace

Ce cas peut arriver lorsqu’il y a du brouillard givrant (à partir de -3°C). Il doit y avoir d’autres situations où le phénomène se produit (neige + vent, etc).

Entrée d’air avec de la glace

Avec une entrée d’air plate à ailettes ça ira très vite, idem avec une entrée d’air avec moustiquaire.

Le phénomène est très rare mais il peut arriver sur une entrée d’air avec une casquette et une grille anti-volatils … c’est dire 🙁

Astuce pour limiter la glace sur l’entrée d’air … mais rien de certain avec le brouillard givrant :

  • Diminuer la force d’aspiration en augmentant le ∅ de l’entrée d’air et de la gaine jusqu’à la VMC-DF.
  • Mettre une protection au-dessus de l’entrée d’air … un petit toit.

Attention : si de la glace recouvre l’entrée d’air avec un ventilateur à volume constant ou avec le débit constant … le ventilateur d’insufflation va s’emballer !

Filtre sur l’entrée d’air

Caisson filtre sur l’entrée d’air

Filtre chaussette

Je suis contre, j’en parle puisque on trouve cette mode, notamment en Allemagne. 2 cas sont possibles :

  1. Poser un filtre chaussette sur la gaine d’entrée d’air (filtre en forme de cône).
  2. Dans la façade un caisson encastré dans lequel il y aura un filtre.

Attention, le filtre doit être ici en G2 maxi pour éviter tout colmatage prématuré. Le but est uniquement de retenir les plus grosses particules dont les insectes.

Tout ça c’est bien beau mais il faut surveiller et penser à nettoyer le filtre régulièrement, de plus la perte de charge est difficile à quantifier car ça va dépendre beaucoup de la propreté du filtre.

Entrée d’air neuf depuis les combles ou une véranda ?

Je laisse ce paragraphe mais avec une DF haut rendement c’est un peu se faire chier pour pas grand chose.

Solution en hiver et mi-saisons pour récupérer l’air chaud d’une véranda ou des combles perdues 🙂

Attention en combles perdues, l’air doit être sain ! Si vous avez un air pollué par les traitements de la charpente par exemple … il faut vite oublier 🙁

Solution catastrophique en été : il faut obligatoirement prévoir une autre entrée depuis l’extérieur !

Registre simple

Comment faire ? Installer 2 entrées d’air neuf via un Y, une en combles ou véranda et l’autre sur la façade nord. Pour le choix de l’entrée d’air mettre 1 registre simple mais hermétique sur chaque entrée. Vous manipulerez ces 2 registres (l’un fermé et l’autre ouvert) 2 fois par an au printemps et en automne 🙂

Nb) l’entrée d’air en combles n’est pas un antigel … en hiver la nuit reste glaciale en combles !

Conseils : prendre des registres de qualité et hermétique à la fermeture.

Où trouver la bonne entrée d’air ?

La question m’a souvent été posée, c’est vrai que c’est galère pour trouver à acheter l’entrée d’air qu’on souhaite.

Si vous ne trouvez rien, je vous conseille un bon site pour les entrées d’air, vous aurez l’embarra du choix en ∅150, 160, 180 et 200 … c’est en Belgique chez Detandt voir ICI. Les entrées d’air sont généralement en format mâle !

Je déconseille l’entrée-sortie d’air mixte comme par exemple l’Helios IP-FKB.

La traversée de façade ou de pignon avec ou sans mur isolé, faites le trou au bon ∅ et choisissez du tube galva ou inox , c’est toujours du femelle. A l’intérieur laissez dépasser de 5 cm et voir comment vous repartez quitte à recouper pour repartir via un raccord à joint M-M.

Je déconseille l’entrée d’air Helios IP-FBA et la sortie d’air IP-FBF … elles sont à utiliser exclusivement avec une gaine en expansé PPE ou PEE … mais surtout il n’y a pas de manchon mâle sur l’entrée et la sortie d’air !

Conseils d’installation de l’entrée d’air neuf

entree-air-neuf-et-caisson-filtre-1

Entrée d’air neuf et liaison au caisson filtre

Le truc du chef, augmenté le ∅ de la bouche entrée d’air et de la traversée façade par rapport aux piquages de la VMC. Si vous êtes en ∅160, faire un trou de traversée façade en ∅180 ou 200. Vous repasserez en ∅ piquage VMC-DF juste à l’intérieur ou juste avant la double flux (ou le caisson de préfiltration).

Pont thermique : faire un trou plus gros que le manchon métallique de traversée de façade et injecter une mousse expansée entre le manchon métallique et le mur.

Conseil, faire le trou dans le mur avec une pente montante de 1° vers l’intérieur et mettre en traversé de mur un manchon métallique de qualité. A l’intérieur de la maison, mettre un raccord 45° (PVC ou métal) mais pente montante.

Nb) la gaine entre l’entrée d’air et le caisson VMC-DF (ou le caisson préfiltre) doit avoir une pente montante légère et doit pouvoir être démontée pour le nettoyage !

Avec ce montage vous serez tranquille à vie et les gros trucs aspirés (insectes ou pluie transversale) n’iront jamais dans la VMC-DF. De plus vous pourrez nettoyer très facilement cette entrée d’air neuf.

Rappel : au delà de 6 mètres de longueur et selon votre volume Boost, envisagez de passer au ∅ supérieur (160 => 180 ou 200). Par exemple si vous êtes en ∅160 avec un volume Boost > 250 m³/h je vous conseille d’augmenter le ∅.

Plus la perte de charge de l’entrée d’air est faible … moins les merdes iront jusqu’à la double flux 🙂

Avec des gaines en PPE ou PEE comment faire ?

Faire le trou dans la façade à la taille de la gaine expensée en PPE ou PEE … attention, c’est un format bâtard. La bouche avec son manchon mâle viendra dans la gaine en expansé.

Ici pas de pont thermique puisque la gaine est naturellement isolée.

Nb) j’ai un doute sur la durabilité d’une gaine en expansé à travers un mur … que se passera-t-il à chaque nettoyage ? Donc à vous de choisir entre gaine en expansé ou manchon métallique pour la traversé de façade.


Cas particuliers sur l’entrée et la sortie d’air

Toit 4 pans et VMC-DF en combles

C’est un cas particulier où la double flux est posée dans les combles perdues d’une maison avec un toit 4 pans et l’impossibilité de mettre l’entrée d’air neuf sur une façade.

Le cas échéant il faut mettre l’entrée d’air neuf sur le pan nord et le plus bas possible. La sortie d’air vicié sera sur un autre pan et la plus haute possible.

Attention à la neige avec une entrée d’air neuf sur le toit ! Mettre une bonne hauteur qui dépasse du toit, en hiver avec la neige ça ne pardonne pas. Sans arrêt de neige, je vous conseille de mettre un système qui résiste au glissement de la neige.

Nb) l’entrée d’air sur un toit présente plus de risques avec la neige qu’une sortie d’air vicié .

Je déconseille une entrée d’air neuf sur le toit en zone régulièrement enneigée

Toit plat que faut-il faire ?

La première question est : faut-il percer le toit plat pour la sortie d’air vicié ? Je ne sais pas répondre … même s’il existe des sorties d’air spéciales toit plat.

Je reste fidèle à l’entrée d’air en façade au nord ou à l’est. Si la sortie d’air vicié ne se fait pas par le toit plat, alors choisir une autre façade que celle d’entrée d’air. Sur la même façade il faut mettre au moins 2 mètres de distance entre l’entrée et la sortie en évitant que le vent portant ne rabatte l’air vicié sur l’entrée d’air neuf.

Une entrée d’air sur la rue ?

Évidemment avec une maison en bordure de route, il ne faut surtout pas faire d’entrée d’air sur la façade donnant sur la rue … sinon vous allez aspirer un maximum de fines particules d’échappement 😡

Choisir une entrée d’air sur la façade présentant le moins de pollution

Mauvaises odeurs ou fortes poussières !

Il y a le cas des mauvaises odeurs du voisinage peut importe lesquelles (fumée de poêle, fumier, produits de traitement agricole, usine, etc.) ou de pollution de fines poussières (cimenterie, etc.). Le cas échéant il n’y a pas 36 solutions :

  • Soit c’est constant et il faut mettre l’entrée d’air neuf sur la façade la moins polluée … même à l’ouest !
  • Soit c’est temporaire et il faut arrêter la double flux pendant le phénomène.

Idée reçue : ne surtout pas croire qu’une entrée d’air neuf sur le toit sera moins polluée qu’en façade !

On peut limiter la casse des mauvaises odeurs récurrentes avec un filtre à charbon actif mais là je vous conseille sérieusement de faire un grand caisson de préfiltration poussières + anti-odeurs car un filtre à charbon actif dans une VMC-DF … il faut vite oublier 🙁

Pour les poussières importantes, il vous faut absolument mettre après l’entrée d’air neuf un caisson de préfiltration avec filtre G4 ou M5 de 490×490. Voir comment fabriquer un caisson filtre dans l’article : Conseils d’installation, chap. Des caissons filtres supplémentaires.

Conclusions sur l’entrée et la sortie d’air

Évitez une bouche d’entrée d’air neuf à ailettes, la perte de charge est énorme, de plus en hiver ces bouches risques plus facilement de se recouvrir de glace.

Préférez une sortie air vicié type chapeau de toiture. Évitez un emplacement où une congère de neige pourrait se former !

Les gaines entrée et sortie d’air doivent toujours être isolées en zone chauffée

1/3 des entrées-sorties d’air sont mal installées … je vous aurai prévenu 🙂

Surtout évitez la moustiquaire, le risque de colmatage est très fort

l’entrée-sortie d’air duo (tout en 1) … qui a osé inventer ça ?

Ce que j’ai fait mais je vous le déconseille

J’ai une configuration spécifique qui me permet ce choix que je vous déconseille vraiment.

Je n’isole pas ma gaine d’entrée d’air neuf en zone semi-chauffée mais pas humide (voir photo ci-dessus Entrée d’air neuf et liaison au caisson filtre). Je préfère gagner 1° en hiver pour éviter l’antigel de la VMC-DF et perdre 1° l’été par forte canicule ! J’ai environ 2 mètres de gaine 🙂

Pour les spécialistes … je préfère le risque d’une condensation à l’intérieur ou à l’extérieur de la gaine d’entrée d’air neuf et pas dans le caisson VMC-DF côté insufflation !

Attention, cette technique est délicate, il faut l’éviter complètement en zone chauffée car :

  • la gaine sans isolation devient un frigo en hiver et un four en été 🙁
  • si la pièce est humide même un peu, ça va très sérieusement condenser en hiver et l’eau va couler 🙁

Je vous déconseille vraiment cette solution … je ne sais toujours pas si j’ai raison 🙁

Retour au sommaire

Les collecteurs (répartiteurs)

Exemple de collecteur

On trouve aussi comme le nom « plénums ». Sachant que dans ce blog un plénum c’est le truc qui fait le lien entre une gaine et une bouche.

Ah ces deux grosses boites « collecteurs » indispensables en réseau pieuvre :

  • en insufflation pour le départ de chaque gaine vers sa destination finale chambre, séjour ou bureau,
  • en extraction pour l’arrivée de chaque gaine depuis une cuisine, SdB, WC.

J’essaie dans ce chapitre de détailler ce qui se fait comme collecteurs en réseau pieuvre. Je ne suis pas exhaustif, bien loin de là tant l’offre est abondante.

Avertissement sur les prix

Les collecteurs sont au cœur du business de l’attirail autour d’une VMC-DF, il est donc très important de bien choisir les collecteurs car le coût va sérieusement s’en ressentir. Bien évidement cette remarque va de paire avec les gaines VMC ou TPC de format standard DN75 mais aussi du format DN90 qui devient un standard 🙂

Le montant d’un collecteur 8 piquages en DN90 peut monter à plus de 400 €ttc !

Comment choisir mes collecteurs ?

Il faut avant tout privilégier la forme du collecteur pour vous faciliter l’installation et à la maintenance.

Collecteurs plats et gaines TPC

Le nombre de piquages nécessaire en insufflation ou en extraction vous imposera un minimum … mais inutile de prendre un collecteur 12 piquages si vous avez besoins que de 8 piquages !

Sur la photo, un exemple de collecteurs (en PPE) à prix réduit mis en faux plafond avec des gaines TPC rouges. Dans le cas présent, l’auto-installateur a fait une trappe de visite pour accéder à chaque collecteur.

On choisit les collecteurs une fois qu’on a une idée définitive du schéma de montage ! Et bien évidement on fait un choix judicieux pour faciliter l’installation et l’entretien … et peut-importe si pour simplifier on doit prendre deux collecteurs de forme, de couleurs et de marques différentes, ou l’un métallique et l’autre en plastique.

La forme du collecteur se choisit surtout pour sa facilité d’installation et d’entretien 🙂

Évitez des coudes 90° en sortie de collecteur, privilégiez l’orientation qui va bien pour les piquages

Les plus grandes longueurs de gaines seront en face du piquage principal

Attention prendre tout l’attirail d’une même marque n’est pas forcément le TOP !


Collecteurs aux piquages en ∅80 ?

Et bien oui ça existe en piquage ∅80 pour les gaines de merde en PVC souple ou Alu souple isolé. Alors pourquoi parler de ces collecteurs ?

Tout simplement parce qu’ils vont très bien pour les gaines PEHD DN75, elles rentrent en mâle dans les piquages ∅80 femelles dans ce cas ! Le joint torique des gaines PEHD reste obligatoire.

Ils sont à un prix très abordable … donc ils peuvent faire l’affaire si toutefois vous avez une petite installation car le nombre de piquages est souvent limité à 6 ou 8. Il existe un collecteur Unelvent Akor à 10 piquages ∅80 mais avec une entrée que de ∅150 🙁

Nb) c’est toujours dans ce type de collecteurs qu’on trouve le collecteur d’extraction avec un piquage cuisine en ∅125. Si vous restez en standard DN75, prenez 2 collecteurs d’insufflation 🙂

Attention : les gaines DN90 ne s’adaptent pas sur les collecteurs en piquages ∅80 !


Collecteurs « Mécanos »

Il s’agit de collecteurs faits en plusieurs parties à acheter séparément et à assembler avant installation !

Serait-ce la solution miracle du mécano de notre enfance où tous les montages sont possibles ? Ça y ressemble … mais ce n’est pas donné 🙁

Le spécialiste du collecteur « Mécano » c’est Zehnder … ça fait vite cher le collecteur complet 🙁

On trouve à degrés moindre d’autres marques : Ubbink (Brink), Helios, etc.

Ubbink (Brink) Air excellent

Brink propose dans son offre Air Excellent un collecteur très modulable entièrement en plastique PVC … heureusement non recyclé.

Ne le répéter pas mais c’est mon préféré, il est simple pas trop cher et il offre une multitude de possibilités d’installation, de Nb de piquages et de types de gaines connectables.

Bien évidement, tout est fait pour multiplier des petites pièces pas toujours utiles comme les clips de sécurité pour éviter que la gaine sorte du piquage. C’est superflu dans la plupart des cas, sauf quand la gaine vient se positionner par dessous le collecteur.

Astuce : sécuriser avec du fil de fer plastifié de jardin + 2 tours de ruban collant 🙂

Le collecteur Ubbink Air excellent est monté en standard en DN75 … et là le prix est abordable.

DN90 : un raccord vert DN90 femelle vient se clipser sur le piquage mâle DN75 et comme l’intérieur du DN90 c’est 75 mm … c’est tout bon 🙂

Ce collecteur me plait, il est polyvalent et offre beaucoup de possibilités dont celui du ∅ piquage principal. Pour le nettoyage de l’intérieur du collecteur et des gaines il suffira d’ôter les 2 bouchons 🙂

Nb) l’anneau régulateur de débit, voir le chap. Équilibrage des volumes ci-dessous.

Zehnder Comfowell

Zehnder propose 3 types de caisson métallique Comfowell, le standard CW-D, le filtrant CW-F et le silencieux CW-S. Ce dernier caisson est équipé d’un système réducteur de bruit faisant office de silencieux (1)

Il y a le 4, 6, 8, 10 ou 12 piquages DN75 ou DN90. Piquage principal en ∅125, 150, 160, 180 ou 200 suivant le Nb de piquages. Le mixte DN75 et DN90 existe en 8, 10 et 12 piquages.

Le standard CW-D est dit « collecteur d’angle » car il est possible de mettre les piquages à 90° du piquage principal.

Je déconseille le collecteur CW-F, les filtres F7, F9 et charbon sont trop petits et le prix des filtres propriétaires est là !

(1) Les VMC-DF actuelles sont assez silencieuses avec leurs ventilateur EC,  (y compris les Zehnder Comfoair Q), un réseau pieuvre (gaines PEHD + collecteurs) est silencieux de nature … pourquoi diable mettre systématiquement dans les devis en réseau pieuvre des collecteurs avec silencieux ? Je n’espère pas que le prix soient en cause 😡

Préférez le collecteur standard CW-D

Je déconseille les collecteurs Comfowell CW-S et CW-F

Helios FRS-VK

Helios propose dans son offre Flexpipe le collecteur FRS-VK avec un caisson métallique et des piquages plastiques.

Le système de blocage de gaine est particulier puisque c’est 2 clips par piquage (les trucs rouges de chaque côté du piquage).

Ce collecteur Helios est mixte entre le rond et l’ovale mais en rond seul le DN75 est possible puisque Helios ne fait pas encore dans le DN90 🙁

Il est possible de répartir les gaines sur 2 faces (latéralement ou en face du piquage principal) mais il faut utiliser au maximum 10 piquages dans l’exemple de la photo Helios Flexpipe.

Ventilair Comair Uniflexplus

Ventilair propose dans son offre Uniflexplus deux collecteurs en plastique bleu 8 et 12 piquages. Je vous présente le 8 piquages DN63 ou DN75 ou DN90.

Ce collecteur Uniflexplus est assez particulier puisqu’il est plat avec les piquages en étoile et le piquage principal sur une face. Ce collecteur est surtout fait pour être enfoui dans une dalle ou installé dans un faux-plafond.

Il est possible de mixer des piquages de dimensions différentes mais toujours par paire. Bref je trouve ça pas très pratique, de plus le prix du mixage est là.


Collecteurs standards DN75

Vous avez le choix donc aucune excuse de ne pas trouver celui qui vous convient par la forme, le nombre de piquages et le prix 🙂

Collecteurs métalliques

Si la forme et le nb de piquages vous conviennent, je vous conseille les collecteurs métalliques pour un prix intéressant en dessous de 150 €ttc :

  • Geco métallique 10 piquages, prix 2019 146 €ttc.
  • Swentibold 12 piquages et 8 piquages.
  • Intelmann 10 piquages à 80 €ttc. Ce collecteur sans isolation nécessitera un réducteur 200/160 ! De plus il faut virer les grilles dans les piquages !

Les collecteurs métallique Geco et le plat Swentibold offrent la possibilité d’inverser le sens des piquages pour qu’ils se retrouvent positionnés latéralement par rapport au piquage principal.

Attention certains collecteurs métalliques n’ont pas toujours d’isolation interne. Si nécessaire, l’isolation externe en plaques de PSX ou PSE reste simple à faire !

Je conseille en zone semi-chauffée d’isoler les collecteurs non isolés avec au moins 3 cm de PSE ou XPE sur toutes les faces sauf celle des piquages gaines que vous isolerez avec de la LdV ou similaire en enroulant ensembles tous les piquages et le départ des gaines.

Vous ferez tenir l’isolation type LdV avec du fil électrique de récupération.

Nb) ne soyez pas radin, 6 cm d’isolant PSE ou XPE c’est encore mieux en zone semi-chauffée. En zones non chauffée c’est minimum 15 cm d’isolant qu’il faut prévoir !

Conseil : vous pouvez opter pour un piquage principal en ∅150 si votre volume maxi ne dépasse pas 250 m³/h !

Collecteurs plastiques

Je n’en présente qu’un seul, c’est le Gecoflex en PEHD en Ø160 mm – 10x Ø75 mm ou en Ø125 mm – 6x Ø75 mm ou en Ø180 mm – 5x Ø75 mm. En 2019 le prix du 10 piquages est 302 €ttc.

Ce caisson offre la possibilité d’inverser la trappe de visite et la plaque des piquages pour disposer les piquages gaines en latéral ou en face du piquage principal.

Astuce pour faire des blocages de sécurité

L’astuce fonctionne pour tous les piquages plastiques ou métalliques sans dispositif de blocage (les trucs en bleu sur la photo GECO Gecoflex). Il suffit de faire 2 fentes fines de chaque côté des piquages du collecteur.

Après avoir mis la gaine, prendre un fil de fer plastifié de jardin en faisant le tour du piquage en passant par les fentes et un creux dans la gaine, reste plus qu’à fermer à la main le fil de fer plastifié.

Nb) On aura sur la gaine depuis le collecteur : le joint torique puis le blocage de sécurité !


Collecteurs mixtes en rond DN75 et DN90

Cette solution très intéressante vous permet de mixer sur le même collecteur les piquages DN75 et DN90. Vous ne voulez pas mettre 2 gaines DN75 par bouche pour résoudre le problème de perte de charge due à la longueur ou un volume ≥ 30 m³/h … alors c’est le mixte qu’il vous faut.

Astuce pour simplifier l’installation, mettre une gaine DN90 dans la chambre des parents et une gaine DN75 dans chaque chambre avec un enfant 🙂

Les collecteurs « Mécanos » (sauf Helios) proposent cette solution, voir ci-dessus.

Quelle différence de longueurs pour un mixte DN75 et DN90 ? Je dirais qu’au delà de 12 mètres à 30m³/h le DN90 peut-être intéressant … par exemple si vous avez 3 gaines à 18 mètres ou + et les autres à moins de 12 mètres.

Nb) vous comprenez bien que je donne des exemples contrastés … donc il vous appartient de choisir dans votre cas précis car il y aura toujours des longueurs où le dilemme sera là 🙂

Attention : ce n’est pas forcément la gaine la plus longue qui a le plus de perte de charge … le volume a une plus grande importance !

Collecteurs Aldes Optiflex DN75 et ou DN90

Le mixage se fait en choisissant les raccords de piquage en DN75 et/ou en DN90.

Nb) rajouter 10% aux prix donnés sur la photo.

Le collecteur Aldes Optiflex ∅160 en 13 ou 20 piquages est simple d’utilisation mais pas sans reproche sauf peut-être son prix ! Sachant que pour ces collecteurs il faut utiliser au maximum 10 piquages. L’isolant interne est en PPE.

Les collecteurs Optiflex offrent une trappe de visite, de plus les bouchons sont inutiles mais il faut ouvrir uniquement les piquages qui seront utilisés. A vous de choisir chaque piquage à ouvrir.

Attention l’étanchéité laisse à désirer au niveau des prédécoupes des piquages et de la porte de visite. Sur les piquages non utilisés il faut mettre à l’extérieur une couche de joint-colle ou un bon ruban collant pour boucher les prédécoupes généralement pas très étanches. Pour l’étanchéité de la porte de visite, rajouter sur le pourtour une feuille de 2 mm environ de mousse PPE (les protections qu’on trouve dans des emballages) 🙁

Conseil : en combles non chauffées, n’hésitez pas à sur-isoler les collecteurs Optiflex.

Nb) les collecteurs Optiflex Aldes sont des Profi-air Fränkische !

Collecteur standard DN75 et gaines rondes DN90 ?

Adaptateur DN90 Brink réf 630993

Je donne ici des astuces pour faire du mixage à prix réduit … il vous appartient de vérifier avant d’acheter 🙂

Avec l’adaptateur Brink

Je pense que ça vaut le coup d’essayer avec l’adaptateur DN90 Ubbink (Brink, Atlantic), référence Brink 630993.

En effet cet adaptateur femelle est de format rond pour rentrer (se clipser) sur un piquage standard DN75, il n’y a donc aucune raison que ça ne marche pas sur un collecteur standard en DN75.

Nb) il faudra certainement faire une petite adaptation pour les piquages DN75 métalliques plus fin d’épaisseur que le piquage DN75 plastique du collecteur Brink Air Excellent. Par exemple avec du joint-colle.

Astuce : si vous voulez du DN90 sur un collecteur standard DN75, il faut s’assurer que le collecteur dispose de la place nécessaire pour pouvoir mettre des adaptateurs DN90 côte à côte, sinon faire en DN90 1 piquages sur 2 !

Gaine DN90 enfilée sur piquage métallique DN75

Gaine DN90 sur piquage DN75

Cette solution est valable qu’avec des collecteurs à piquages métalliques peu épais. Il s’agit simplement d’enfiler la gaine DN90 en femelle sur le piquage métallique mâle DN75 du collecteur. Il faudra assurer l’étanchéité avec un collier de serrage !

Attention : il faut absolument des gaines DN90 avec un ∅ intérieur d’au moins de 76 mm sinon ça ne passe pas ! Je vous conseille de vérifier la faisabilité avant.

Astuce : une solution à essayer en trempant le bout de la gaine PEHD dans l’eau bouillante pour attendrir le plastique pour que ça rentre … je n’ai jamais essayé !

La photo montre un exemple avec un plénum métallique 2xDN75, ça devrait être la même chose avec un collecteur métallique en piquages DN75 … mais je n’en suis par certain !


Conclusions sur les collecteurs

Gaines PEHD et collecteur

Il existe des collecteurs de toutes les formes avec 6, 8, 10, 12, 15 ou 20 piquages. Les choix sont là pour avoir les piquages d’un seul côté, sur deux côtés ou sur trois côtés … donc de grâce choisissez en fonction de votre installation pour vous simplifier la vie !

Conseil : il ne faut pas choisir les collecteurs où vous achetez votre VMC-DF si les collecteurs ne sont pas vraiment adaptés pour votre installation.

Installation douteuse

Pourquoi faire simple quand on peut bien se faire « chier » :mrgreen:

Dans ce cas il aurait été mieux de choisir 2 collecteurs avec toutes les sorties du même coté et faire dans le mur 1 trou par collecteur et un seul cintrage pour chaque gaine !

Plus le montage est tortueux et compliqué, plus la perte de charge est grande !

Nb) on peut faire beau, simple et efficace 🙂


Fabriquer son collecteur + filtration ?

C’est une bonne solution pour le collecteur d’extraction si on décide de faire une préfiltration de l’air extrait avant la VMC-DF.

Collecteur mixte DN75 + DN90

Collecteur en DN75 + filtre


Avantages de la solution

  • des coûts moindres avec l’utilisation de filtres « non-propriétaires »,
  • une seule maintenance annuelle avec une grande surface de filtre 🙂

Raccord de gaine

Dans les exemples en photo il s’agit de collecteurs d’extraction « fait maison » avec filtre non-propriétaire de 490×490 absent sur les photos. Vous remarquerez dans les 2 cas :

  • l’emplacement prévu pour y glisser le porte-filtre,
  • le couvercle positionné latéralement sur le caisson.

Le collecteur en DN75 (sur la photo accroché au plafond) est dans la buanderie en dessous des combles. Les 6 piquages sont en tube PVC ∅80 d’une longueur d’environ 40 cm pour ressortir au-dessus de l’isolation LdB des combles, des coudes M-F 90° feront la liaisons avec les gaines PEHD DN75.

Le collecteur mixte DN75 et DN90 est dans une pièce spéciale VMC-DF (pièce semi-chauffée) dans les combles perdues. Les 4 piquages DN75 sont en PVC ∅80 et les 3 piquages DN90 sont des manchons de gaine DN90 coupés en 2 voir photo Raccord de gaine.

Comment fabriquer simplement un caisson collecteur ? Voir l’article Conseils d’installation, chap. Des caissons de préfiltration ?.

Retour au sommaire

Les filtres dans une double flux

Classification des filtres

La norme ISO 16890

La norme ISO 16890 est la nouvelle norme mondiale pour les essais et la classification des filtres à air, elle remplace la norme EN 779 2012. Cette nouvelle norme se met en place tout doucettement depuis 2017, beaucoup de filtres sont encore vendus avec l’ancienne classification EN 779 2012.

Glossaire : PM = Particulate Matter, PM1 ≤ 0,1 μm, PM2,5 ≤ 2,5 μm, PM10 ≤ 10 μm

La norme EN 779 2012

Un filtre F7 ne retient pas toutes les particules fines de fumées de pétrole et de suie 😡

Je vous conseille de rester dans ces 4 finesses de filtres :

  • G4 : le plus fin des filtres grossiers, souvent en filtre plan 🙂
  • M5 : filtre moyen, plans ou plissés.
  • M6 : filtre moyen, généralement plissés.
  • F7 : le plus grossier des filtres fins, toujours en filtre plissé 🙂

+ fin ⇒ trop de perte de charge, + grossier ⇒ risque de salir l’échangeur !

Et mes poumons ? Sourire … sortez-vous avec un masque sur le nez ?

Toutes les VMC-DF même les meilleures ont des filtres trop petits … surtout pour les filtres plissés peu épais < 3 cm.

Le filtre d’extraction est celui qui s’encrasse le plus … mais en zone poussiéreuse le filtre d’insufflation peut s’encrasser encore plus vite 🙁

Un filtre plissé et épais est bien mieux qu’un filtre plissé mince ou qu’un média plan

Attention aux filtres F7 plissés peu épais : ils se saturent vites !

Les mauvaises odeurs ?

Les plus courantes sont les odeurs de fumée des poêles ou des cheminées dans l’environnement proche … aucun filtre courant de double flux (G4 à F7) ne les arrêtent 😡

Il y aurait le filtre à charbon actif pour lutter contre les mauvaises odeurs, ça marche presque pour les odeurs de graillon cuisine … j’ai des doutes pour les odeurs de fumée mais il faut essayer certains utilisateurs en sont satisfaits en ayant fabriqués un grand caisson filtre sur l’air neuf avec un filtre G4 + un filtre à charbons actif.

Attention à la perte de charge d’un filtre à charbon actif !

Conseil, si votre entrée d’air est en toiture … alors il faut avant tout la changer de place en la posant sur un pignon ou sur une façade sous la toiture 🙂

Nb) un filtre à charbon actif se change tous les 4 mois ou au minimum tous les ans !

Un filtre plus fin que le F7 ?

Filtre sacs F9

Jamais de filtre plus fins qu’un F7 plissé dans le caisson VMC-DF. La seule solution jusqu’à F9 ou un filtre à charbon actif c’est de prévoir un caisson « maison » de préfiltration … sous réserves :

  • d’utiliser des grands filtres sacs en F9,
  • d’avoir une perte de charge du filtre < 50 Pa (filtre moyennement encrassé) sinon ça fonctionnera mal et les ventilateurs forceront trop.

Quand nettoyer ou changer mes filtres ?

C’est comme le fût du canon pour refroidir … on change les filtres au bout d’un certain temps :mrgreen:

En fait ça dépendra de la finesse du filtre (G4, M5 ou F7), de la dimension et l’épaisseur en plissé (12 à 60 mm) .

Les certifications des filtres (Eurovent, etc) faites avec de la poussière synthétique ne répondent pas à la question car il faudrait aussi tenir compte :

  • du type et de la quantité de poussières atmosphériques chez vous, il y a de grosses différences entre ville, route à grande circulation, usine poussiéreuse proche ou zone peu polluée,
  • d’une préfiltration G4 avant le filtre F7 et pas uniquement un seul filtre F7.

Le mieux c’est de vérifier tous les 2 mois au début pour vous familiariser !

Il faut prévoir au minimum une aspiration tous les 3 mois en zone poussiéreuse et tous les 6 mois en zone peu polluée.

Des évidences mais c’est mieux de le savoir

  • plus vous avez de la poussière sèche … meilleures seront la longévité et la perte de charge,
  • un filtre F7 aura plus de longévité si un filtre G4 est en amont (peu de doubles flux le proposent),
  • plus vous êtes en zone poussiéreuse … plus il faudra faire attention et nettoyer,
  • on peut aspirer un filtre mais tout doux (1) (2)
  • seuls peuvent être lavés les filtres en tissu prévu pour (2)
  • un filtre se change quand nécessaire … l’histoire d’une année est une grosse connerie (3)

Filtres très sales = + de perte de charge ==> + de consommation des ventilateurs

(1) il faut y aller en douceur, utiliser l’aspirateur de maman à mi-force avec la brosse à poils doux !

(2) un filtre perd de sa superbe après chaque lavage … mais il ne faut pas exagérer, nous parlons de filtration dans une maison et pas dans un hôpital !

(3) ça peut aller de 6 mois à 2 ans suivant votre situation … attention aux idées reçues :mrgreen:

Les situations catastrophiques pour les filtres :

  • un poêle ou une cheminée ouverte … si ça refoule dont lors du rechargement pour un poêle,
  • une maison en ville ou proche d’une route à grande circulation (particules fines),
  • une maison proche d’une source polluante (usine, agriculture, etc.),
  • la condensation au niveau des filtres, le risque est très rare mais s’il arrive … c’est la cata 😈

Environnement très poussiéreux = filtres quasi saturés en 2 mois !

Quelques conseils sur les filtres

  • ne vous fiez pas trop à la couleur des filtres mais plutôt savoir s’ils sont proches de la saturation,
  • aspirer vos filtres au plus 4 à 8 fois suivant l’épaisseur … avant changement,
  • laver un filtre en tissu prévu pour, pas plus de 10 lavages sous l’eau, sauf si instructions précises.

Qu’ai-je fait moi le grand « flemmard » ?

J’ai une installation avec une seule maintenance annuelle … je suis flemmard mais maniaque ! Pour arriver à cette situation de confort, j’ai fabriqué 2 grands caissons de préfiltration avec filtres plans G4 de 490×490, un caisson pour l’air neuf et un autre comme collecteur d’extraction + filtre.

Je vous invite à voir l’article : « Nettoyer une VMC-DF« .

Peut-on utiliser du filtre à graisse ?

Le filtre à graisse est vraiment trop grossier (G2 au mieux), l’échangeur risque de s’encrasser anormalement.

Ne jamais utiliser du filtre à graisse pour la poussière … sauf en préfiltre !

Pour ou contre une filtration F7 ?

Filtres G4+F7 insufflation Maico WR 300

Filtres G4 + F7 Maico

Outre ses qualités de filtration, le F7 présente quelques inconvénients :

  • il doit être aspiré tous les 2 à 3 mois sans préfiltration G4 … tous les 4 à 6 mois avec préfiltration G4,
  • changement du filtre à prévoir chaque année au minimum sans préfiltration G4. Un filtre F7 peut durer 2 ans avec une préfiltration G4 et une aspiration tous les 6 mois,
  • le filtre F7 est toujours « propriétaire » … donc il est très cher bien évidemment 🙁
Filtre F7 insuf VMC au bout de 2 ans

Filtre F7 au bout de 2 ans

La filtration en insufflation c’est souvent un G4 ou un F7 … il faut choisir. Même sur la Paul Novus il faut choisir ! Quelques rares VMC-DF comme les Maico offrent en insufflation 2 filtres G4 + F7.

J’ai gardé mon F7 plissé 2 ans et je l’ai aspiré tous les 6 mois, ensuite je l’ai supprimé et j’ai gardé uniquement le filtre G4 dans la double flux + un caisson de préfiltration lui aussi en G4 c’est un choix que j’assume.

Une filtration G4 est souvent suffisante en zone normalement poussiéreuse

Le filtre F7 est super si zone poussiéreuse ou problèmes d’asthme dus à la poussière très fines

Un filtre M5 peut-être un bon compromis pour se passer du F7

VMC-DF avec filtre F7 sans préfiltre G4 = scandale (1)

(1) certains « spécialistes » prétendent que ça ne pose pas de problème 😡


Filtres « propriétaires » … une arnaque !

Filtres "propriétaires" Zehnder

Filtres « propriétaires » Zehnder

Je suis scandalisé par le prix des filtres « propriétaires » (1) dans les doubles flux.

(1) vous êtes obligés d’acheter les filtres très chers avec des dimensions toujours spéciales à chaque VMC-DF. Il existe des filtres ‘clones’ un peu moins chers 🙂

Les filtres « propriétaires » des marques = une vraie arnaque !

Certaines marques poussent le vice avec des filtres « propriétaires » plissés de formes spéciales, soit très peu épais avec un cadre spécial comme Zehnder Comfoair, soit une formes de parallélogramme sur l’épaisseur comme la nouvelle Brink Flair 😡

Coût réel d’un filtre « propriétaire »

La vérité est simple, un filtre synthétique F7 plissé de 40 mm d’épaisseur et d’une dimension moyenne de 400 x 250 avec cadre carton est vendu par le fabricant de filtres aux marques de VMC-DF environ 5€ 😯

Ce même filtre vous l’achetez entre 25 et 35 €ttc pour la marque et environ 15 à 25 €ttc pour un clone 😈

Le coût des filtres « propriétaires » sur 30 ans va de 1500 à 3000 €ttc selon la double flux

Un entretien annuel par un professionnel c’est minimum 7500 €ttc sur 30 ans 🙁


Bonnes adresses pour l’achat de filtres

Il faut le savoir : les filtres sont des consommables, à ce titre le monopole est interdit ce qui veut dire que les clones (filtres génériques) sont autorisés.

Il y a de belles économies à faire en filtres G4 et F7 plissés

Les filtres génériques sont-ils aussi bons ? La réponse est oui 🙂

Vous avez un doute … essayez une fois et vous constaterez par vous même 🙂

Nb) il peut y avoir une petite différence de perte de charge entre les filtres mais pas de quoi fouetter un chat 🙂

Média plan au m² ou en rouleau

Les filtres média plan (plat) « non propriétaires » G4 et M5 se vendent sur internet au mètre ou au rouleau.

Attention surtout pas de M6 et F7 en média plan ⇒ perte de charge énorme !

Le rouleau de média G4 plan de 2 cm d’épaisseur en 1 mètre x 20 mètres c’est environ 70 €ttc … et tu en as pour 30 ans !

Nb) l’épaisseur du média plan ne joue pas un grand rôle, c’est le 1er cm qui « dérouille », donc pas la peine de prendre en filtre plan de plus de 2 cm d’épaisseur.

Vous trouverez du média plan G4 et M5 de 2 cm d’épaisseur chez envirofluides.com par exemple, c’est ICI

Filtres plissés génériques

C’est des filtres aux mêmes dimensions et finesses que ceux de la marque mais moins chers, par exemples :

  • ersatzfilter-shop.de c’est ICI
  • fairair.eu c’est ICI

Filtres plissés à la découpe

Attention, cette solution est possible que si vous disposez du porte filtre ad doc pour votre double flux ! Sinon il faut oublier le truc … le risque de fuites entre les bords du filtre découpés et le caisson est énorme !

Un exemple de site : lebonfiltre.fr … mais les filtres plissés à la découpe restent trop chers, c’est ICI

Astuce, si le prix est valable et si l’épaisseur est bonne, vous pouvez acheter un filtre plus grand et le redécouper. Mais attention, je ne sais pas si tous les filtres plissés se découpent facilement au couteau à pain :mrgreen:


Conclusions sur les filtres

Les constructeurs-distributeurs se gavent avec de bonnes vraie-fausses raisons pour justifier les prix :

  • filtre spécial et extraordinaire,
  • simplifie la commercialisation et la maintenance,
  • évite de mettre du filtre à graisse qui encrasse l’échangeur.

Filtres « propriétaires » = gros business pour la filière « ventilation » 🙁

Si vous avez la place le mieux est de prévoir des caissons préfiltres de grandes dimensions en amont de la VMC-DF … voir l’article Conseils d’installation, chap. Des caissons de préfiltration ?

Rappel : il existe des VMC-DF avec leurs porte-filtres métalliques ou plastiques pour du média plan G4 ou M5. Pour certaines double flux on trouve en vente les porte-filtres adaptés.

Astuce, il peut être intéressant de fabriquer les portes filtres de votre VMC … mais c’est du grand art 🙂 On trouve sur internet des fabricants de porte filtre en aluminium … à voir si le jeu en vaut la chandelle 🙂

Retour au sommaire

Les bouches d’aération

  • Une bouche insufflation doit toujours être à l’opposé de la porte ! C’est faux 🙂
  • Une bouche extraction doit toujours être à l’opposé de la porte ! C’est vrai.
  • En cuisine ouverte la bouche doit être à l’opposé du salon-séjour ! C’est vrai.
  • Raccourcir les gaines et simplifier le montage c’est bien ! C’est vrai.

Je vous présente l’efficace et à bon prix mais si vous voulez du design et/ou de la simplicité vous pouvez opter pour l’attirail complet de la marque VMC-DF … mais ça sera bien plus cher :mrgreen:

Il faut le savoir : le niveau sonore est d’autant plus fort à la bouche que :

  • La pression est importante et la gaine courte –> vitesse de l’air importante.
  • La surface du passage de l’air à la bouche est trop réduite.

Attention aux compatibilités des diamètres

Système Hybalans

Il faut surtout faire bien attention aux compatibilités des diamètres, donc on n’achète pas tête baissée car chaque marque a souvent ses propres diamètres !

Vérifier les compatibilités dont celle de la bouche de marque X et du plénum de marque Y.

Il faut vérifier sérieusement pour s’assurer que l’un rentre dans l’autre 🙂

Par exemple : bouches BDO Unelvent et plénums Hybalans sont-ils compatibles ?

Bouche + manchette BDO Unelvent

Il semble qu’il y ait une possibilité si vous utilisez la Bouche BDO ∅125 en enlevant sa manchette et en la clipsant sur le plénum Hybalans.

Nb) Je n’ai pas fait tout le tour de toutes les marques … donc attention !

Bouche clipsable ?

Je préconise des bouches clipsables … pour la simplicité d’assemblage dans le plénum de bouche puisqu’il y a une marge de 8 mm sur le ∅ plénum, un prix imbattable en plénum PVC EU et une efficacité aussi bonne que l’attirail de marque et son format « bâtards » 🙂

Précision : il n’y a jamais de problème de diamètres entre la gaine et le plénum de bouche … forcément les diamètres externe des gaines rondes sont standards … sauf Hybalans avec son DN92 !

Les diamètres de raccords à vérifier

Le vrai problème c’est surtout entre la bouche et son plénum. Le plénum de bouche est primordial puisqu’il assure la traversée dalle, faux-plafond ou cloison et la liaison entre la gaine et la bouche !

Plénum + bouche

Je conseille de bien vérifier la compatibilité des différents Ø à relier :

  • Entrée et sortie d’air <-> gaines <-> piquages VMC.
  • Gaines de liaison entre VMC-DF <-> collecteurs.
  • Gaines <-> plénum de bouche (plénum de marque ou du fait maison).
  • Bouche <-> plénum de bouche.
  • Autres liaisons possibles (caisson préfiltre, etc.).

Nb) souvent un raccord droit M-M est à mettre en sortie des 4 piquages femelles de la VMC-DF !

Bouche avec filtre ?

Bouches insufflation, jamais de filtre sur ces bouches … il y a déjà un filtre dans le caisson VMC-DF.

Bouches d’extraction, je suis contre un filtre posé dans les bouches. Les raisons sont simples :

  • filtre vite encrassé car petit donc il faut le nettoyer quasiment tous les mois,
  • perte de charge énorme et incalculable quand le filtre est très encrassé 🙁

Nb) une bouche d’extraction peut avoir un filtre si le filtre a environ 5 fois plus de surface que l’intérieur de la gaine, mais ça restera une corvée régulière de nettoyage 🙁


Bouches à éviter en double flux

Je reprends volontairement dans ce chapitre des explications de l’article VMC-DF à cœur ouvert, Chap. Normes françaises de ventilation 🙂

Bouche basique

Bouche basique

Les bouches basiques posées au plafond ne sont valables ni en extraction (non réglables) , ni en insufflation à cause du soufflage vers le sol.

Les bouches basiques ne sont pas chères … si on vous les propose, vous comprendrez pourquoi :mrgreen:

Bouche Hygroréglable

Bouche Hygro

Les bouches Hygro d’extraction vont de paire avec une VMC-DF à pression constante … mais …

une double flux à pression constante fonctionne mal car l’équilibrage des volumes insufflation et extraction est très très délicat … pour ne pas dire quasiment impossible !

Les bouches Hygroréglables ont une certification NF VMC, voir ci-dessous Certifications.

Je déconseille les bouches hygroréglables et les doubles flux à pression constante

Bouche autoréglable

Avertissement : ici je ne respecte pas scrupuleusement la norme française sur les bouches d’extraction autoréglables certifiées NF VMC, il n’en reste pas moins que les volumes réglementaires doivent être respectés 😛

Certifications : les doubles flux certifiées NF VMC ont des bouches d’extraction autoréglables ou hygroréglables certifiées NF VMC.  Les certifications NF VMC des bouches Autoréglables et Hygroréglables sont ICI : Fabricant : celui de votre choix, Type de produit : Bouche d’extraction autoréglable ou hygroréglables.

Bouche autoréglable

Bouche d’extraction autoréglable : il y a 2 constructeurs français : Anjos (ALIZE) et Aldes (Bap’SI). Les Anjos se déclinent dans les marques Atlantic (BE-BN) et Unelvent (BARP-BARJ) et peut-être d’autres marques !

Les bouches autoréglables de la norme française ont les spécificités suivantes :

  • soit un volume fixe 15 ou 30 m³/h à choisir à l’installation,
  • soit un double volume (15-30, 20-75, 30-90 … 45-135 m³/h) possible via :
    • un bouton poussoir ou un détecteur de présence (système électrique à pile),
    • une commande manuelle à cordelette (surtout pour la bouche cuisine).

En résumé les doubles volumes ont un clapet pour 2 ouvertures fixes différentes.

Régulateur de débit

Bouche d’insufflation via régulateur de débit : c’est des bouches où le réglage du volume autoréglable se fait via un régulateur de débit « spécial » qui se met dans la gaine (1). In fine c’est exactement le même principe que la bouche autoréglable d’extraction !

(1) malheureusement les gaines doivent être au minimum en ∅80 interne … c’est fait avant tout pour les gaines souples en PVC ou aluminium isolé 😡

Pourquoi suis-je contre les bouches autoréglables ?

La pression doit être entre 50 à 160 Pa pour assurer le « bon volume » … d’où la pression constante ! En dessous de 50 Pa et au-dessus de 160 Pa le volume ne serait pas respecté selon la norme. Mais une double flux sait gérer le bon débit en-dessous de 50 Pa en vitesse nominale (jour) !!

Être obligé de gonfler artificiellement la pression … c’est une connerie !

Autres aberrations sur 2 cas simples pour illustrer :

  1. Dans une grande SdB avec séchage du linge on préférera avoir un volume Boost de 50 m³/h et pas de 30 m³/h.
  2. En cuisine selon la hotte cuisine (extraction ou recyclage) on préférera avoir un volume de ventilation adapté !

Absurdité quand tu nous tiens ! La bouche autoréglable cuisine a un double volume (exemple 45/135 m³/h). Avec une VMC-DF standard (sans pression constante) que se passe-t-il ? Le volume de 135 m³/h ne sera pas atteint si la pression est trop faible … il faut donc activer le Boost de la double flux et le volume 135 m³/h à la bouche cuisine 👿

98% des doubles flux en Europe ne sont pas à pression constante !

Les bouches autoréglables (extraction et insufflation) sont à éviter en DF

Conseil, les volumes d’extraction réglementaires en France avec une double flux sans pression constante sont plus rationnels et simples avec des bouches réglables ou un régulateur de débit tels que ceux présentés dans le chapitre Équilibrage des volumes ci-dessous.

Nb) comme toujours je suis disponible pour en discuter … avec un vrai spécialiste :mrgreen:


Les bouches d’insufflation

Les fondamentaux

Au volume nominal (jour) la vitesse de l’air à 2 m/s en sortie de bouche suffit pour aérer une pièce jusqu’à 15 m² si la bouche à effet Coanda est placée au centre de la pièce. Dans tous les autres cas (bouche placée sur un côté du plafond ou sur un mur), il est préférable d’avoir environ 3 m/s en sortie de bouche.

Il y a toutes les bouches d’insufflation que vous voulez selon l’emplacement de la bouche dans chaque pièce … mais rappel des priorités :

  1. privilégier en insufflation les bouches effet Coanda placées au plafond au centre de l’espace à ventiler,
  2. simplifier l’installation en mettant une bouche au plafond contre un mur,
  3. simplifier l’installation en mettant une bouche au-dessus d’une porte (mur ou plafond),
  4. réduire la longueur des gaines.

Plusieurs formes de bouches … dans l’ordre des préférences :

  1. Bouche plafond ronde réglable et à effet Coanda, à mettre au centre de la pièce.
  2. Bouche plafond carrée à effet Coanda avec 2, 3 ou 4 ouvertures de soufflage (mur ou centre de la pièce).
  3. Bouche murale à poser à 20 cm du plafond (effet Coanda).
  4. Bouche murale à ailettes réglables, à poser à 20 cm du plafond (effet Coanda).
  5. Bouche plafond ronde à soufflage avec un angle à 45°, à poser où vous voulez.
  6. Bouche au sol … là c’est clair je suis contre sinon bonjour la poussière 🙁

La perte de charge d’une bouche sera d’autant plus grande si l’ouverture de la bouche est trop réduite !

Le bruit : l’association vitesse + trop grande réduction d’ouverture entrainera forcément une augmentation du bruit qui se traduit par un effet de souffle ou de sifflement.

L’effet Coanda

Effet Coanda

L’effet Coanda, l’air reste « scotché » au plafond par dépression avant de redescendre en douceur quand la vitesse diminue. La vitesse en sortie de bouche doit être d’environ 2m/s. L’effet Coanda se meurt à une vitesse de 0,25m/s.

L’effet Coanda n’est possible qu’avec des bouches installées soit :

  • au plafond quasi au centre de la pièce … le top !
  • au plafond en bordure du mur, à équidistance droite-gauche,
  • sur un mur avec l’axe de la bouche à maxi 30 cm du plafond.

L’effet Coanda permet aussi la dé-stratification de l’air donc le mélange air chaud au plafond et l’air plus frais venant de la double flux.

Bouche ronde à effet Coanda

Cette bouche réglable en volume est la meilleure si vous l’installez au centre du volume à aérer 🙂

Nb) je dis au centre mais nous ne sommes pas à 20 cm près … préférez un petit décalage de la bouche côté opposé à la porte … comme ça le centre de la pièce sera réservé à la lumière 🙂

Clic pour agrandir

Psychologie : le meilleur emplacement d’une bouche à effet Coanda c’est au centre de la pièce, même au-dessus du lit … mais psychologiquement il faut l’accepter 🙂

Nb) ne réduisez pas trop l’ouverture de ces bouches pour un réglage du débit « aux petits oignons » … de toute façon c’est impossible !

Conseil : choisissez des bouches qui se clipsent dans le plénum. Une bouche clipsable accepte des ∅ interne du plénum variables avec une marge maxi de 8 mm 🙂

J’ai trouvé pour illustrer les bouches Helios MTVZ en ∅80, 100 ou 125.

Nb) dans un tube PVC 100 mâle la bouche ∅100 rentre mais ça force un peu ! Je déconseille les KTVZ dont l’effet Coanda est un peu moins bon.

Du pas cher, il existe des bouches clipsables dans d’autres marques, dont des prix réduits … allez jeter un œil sur le site www.selfio.de mais c’est des bouches en ∅125.

Conseil en Belgique : pour les volumes PEB je vous conseille des plénums et des bouches réglables en ∅ 125 afin d’éviter les régulateurs de débit tout en respectant la vitesse maximum autorisée 🙂

Bouche carrée à effet Coanda

Bouche Unelvent

Bouche BDO

C’est le même principe que la bouche ronde à soufflage à plat sauf que ces bouches peuvent être posées ailleurs qu’au centre de la pièce puisqu’elles ont au choix à la pose soit 4 sorties (centre de pièce), soit 3 sorties (proche d’un mur) en fermant une sortie 🙂

Conseil : évitez la pose de ces bouches en angle de murs avec uniquement 2 ouvertures, il est préférable d’avoir une bouche ronde à 45° de soufflage pour éviter trop de perte de charge.

J’ai trouvé pour illustrer les bouches BDO Unelvent. Elles n’existent qu’en 125 ou 80 … mais avec une manchette (plénum) dans un diamètre Unelvent 🙁

Précision, la bouche BDO ne permet pas un réglage de volume « aux petits oignons ».

Attention souffler contre un mur, risque de salir le mur !

Bouche murale ou plafond à soufflage 45°

Bouche orientable Hybalans

Bouche Hybalans Turn

Ces bouches sont bien pour une installation sur un mur (au-dessus d’une porte ou dans un angle). Les ailettes permettent d’orienter le flux d’air en tournant la bouche.

Ces bouches à ailettes peuvent aussi être installées au plafond mais sans effet Coanda …

Une bouche insufflation ne doit pas souffler en direction d’un lit, d’un canapé, d’un bureau ou d’une table … même en été c’est désagréable !

Nb) quand je dis au-dessus de la porte, la bouche peut-être décalée par rapport à la porte … on n’est pas à 20 cm près 🙂

Nicoll GET10B

J’ai trouvé pour illustrer les bouches:

  • Nicoll GET10B et GET12B (sans moustiquaire) à ailettes inclinées et fixes.
  • Aldes Bio avec ses 2 volets mobiles du choix de l’angle de soufflage (∅80 et/ou 125) mais non clipsables.

Les bouches Nicoll sont d’extérieur mais voilà elles se clipsent super dans le PVC 100 ou 125 et elles vont très bien pour un prix correct. Si une moustiquaire existe (série GETM) il faut l’enlever.

Souvent aucun réglage de volume possible sur ces bouches. De plus les bouches à ailettes fixes ont une perte de charge plus importante !

Bouche Aldes Bio

Conseils : prendre des bouches à ailettes (soufflage 45°) de ∅100 pour des gaines DN75 et prendre des bouches de ∅125 pour des gaines DN90.

Précision : réduire la longueur des gaines n’impose absolument pas des bouches à soufflage 45°, il est possible d’utiliser des bouches carrées à effet Coanda et les installer en bordure de murs à équidistance des murs adjacents … CQFD.

Il y a aussi la bouche Hybalans non clipsable avec son diamètre particulier en 114, donc utilisation de la manchette Hybalans (plénum) quasi obligatoire … mais à vérifier, je ne l’ai pas fait 🙁

Bouche murale

Bouche murale

Bouche Borea

Ces bouches ont la forme que vous voulez, la bouche s’installe à 20 cm sous le plafond. Selon la bouche, l’air ira de préférence en face ou au plafond pour l’effet Coanda dans les 2 cas.

La bouche Aldes Bio convient aussi, mais il ne faut pas orienter l’air vers le sol.

Nb) les bouches murales sont généralement non réglables.

Attention : ne pas mettre de filtre sur ces bouches même si vous choisissez des bouches avec un filtre possible !

Mes bouches d’insufflation

Bouche ELGE de 35 ans

Bouche ELGE

Je n’ai pas choisi puisque j’ai réutilisé en 2011 les bouches ELGE déjà en place au plafond depuis 30 ans mais toujours d’attaque ! Elles sont en ∅80 avec un angle de soufflage à 45°.

Bon, il faut le dire ce n’est pas terrible comme bouche 😡

J’en ai un peu bavé pour les bouches que j’ai changées de place. J’ai dû poncer légèrement mon plénum en PVC DN80 pour les faire rentrer … ah ben oui c’est du non clipsable 🙁

Bouche d’insufflation au-dessus de la porte ?

Si l’installation est simplifiée, ne pas hésiter à mettre en insufflation des bouches au plafond ou contre le mur au-dessus des portes.

L’emplacement d’une bouche est aussi fonction de la simplicité d’installation

Conseil : une bouche d’air au-dessus d’une porte OK. Si bouches à soufflage 45° c’est mieux si on peut orienter l’air en direction de la source de chauffage de la pièce. En effet, l’air insufflé plus froid en hiver (même avec l’échangeur) descend naturellement mais si cet air est dirigé vers la source de chaleur il remontera pour mieux circuler 🙂

Bouches sur plafond rampant

Si vous avez un plafond rampant dans le séjour par exemple, je vous conseille vivement de mettre en haut du rampant 1 ou 2 bouches réparties sur la longueur du rampant.

Une insufflation en haut d’un rampant permet de dé-stratifier (mélanger) l’air

Bouches sur plafond rampant

Double rampant, je conseille des bouches carrées BDO (voir ci-dessus) avec 2 sorties sur les 4.

Un seul rampant, je conseille de mettre une bouche carrée BDO contre le rampant … donc avec 3 sortie sur les 4.

Nb) en haut d’un rampant ou d’un plafond cathédrale certains seront tentés de faire une extraction plutôt qu’une insufflation, je vous déconseille complètement cette fausse bonne idée.

Une VMC-DF n’est pas un chauffage, ne rêvez pas !

Faut-il rajouter une bouche murale à mi-hauteur ? Je vous laisse seul juge selon votre configuration.

Bouches sur plafond cathédrale

Bouches sur plafond cathédrale

Je fais une proposition mais il vous appartient d’adapter l’idée à votre cas notamment pour la meilleure répartition possible de l’air (position des bouches) suivant votre pièce et la forme de votre plafond cathédrale.

Pour une pièce jusqu’à 30 m², j’opte pour 2 bouches à ailettes orientables. Il faut mettre les bouches à 1 ou 1,5 m du sommet en positionnant les bouches dans l’axe de la toiture (même pente) et si possible pas face à face !

Une bouche au sommet ? Oui mais dans ce cas je conseille une bouche d’extraction en ∅125 et gaines 2xDN90 … bouche que vous utiliserez en insufflation bien sûr !

Nb) un mixte des 2 solutions est possible.

Combien de bouches d’insufflation par pièce ?

L’essentiel de l’essentiel, c’est le nb de personnes dans la pièce en régime de croisière !

Je ne prétends pas avoir la science en la matière, je reste juste pragmatique et cartésien avec mon expérience de plus de 35 ans … ben oui ça passe vite 🙁

Nb) bien évidement mes propositions sont à adapter suivant le volume d’air en choisissant des plénum-bouches de ∅80, 100 ou 125.

Une seule bouche jusqu’à 20 m² (plafond à 2,60 m, mais s’il était à 3 mètres ça serait idem). Je trouve ça suffisant pour aérer correctement.

2 bouches d’air entre 20 et 40 m² (salon-séjour). Le cas échéant répartir les 2 bouches de part et d’autre de la pièce. Vous pouvez choisir de mettre 3 bouches au-dessus de 35 m² !

Exemple perso dans la chambre parents : 12 m² situé au nord-ouest avec une porte fenêtre, il n’y a jamais eu la moindre trace d’humidité avec une seule gaine DN75 de 10 mètres et une bouche de ∅80. Avec ce dispositif un volume maxi jusqu’à 30 m²/h est possible. Mon volume les nuits à partir de – 7°C en hiver est plutôt faible (15 m³/h) … je ne suis pas forcément un exemple à suivre mais sachez que nous n’avons jamais manqué d’air croyez moi.

Nb) les soirées de grands jeux, je passe en volume jour 🙂 🙂

Chambre de 2 personnes : c’est mieux avec une gaine DN90 et une bouche de ∅100 🙂

Cas particulier en Belgique

Le nb de gaines DN90 par pièce sera fonction du volume réglementaire PEB de chaque pièce. Amis Belges, ne vous laissez pas avoir car la vitesse de 2 m/s à respecter c’est dans le plénum et en sortie de bouche … pas dans les gaines.

Donc en Belgique une seule gaine DN90 est suffisante dans une chambre jusqu’à 15 m² … mais il faudra obligatoirement une bouche et un plénum en ∅125 🙂


Les bouches d’extraction

Clic pour agrandir

Il est évident que les bouches rondes ou carrées (effet Coanda) présentées pour l’insufflation peuvent convenir en extraction, par contre il sera préférable d’opter pour le ∅125 !

Conseil, évitez de mettre une bouche d’extraction au-dessus du chauffage (radiateur).

Les bouches rondes d’extraction (photo) avec volume réglable sont idéales au plafond ou sur le haut d’un mur. Plusieurs dimensions existent, je vous conseille :

  • ∅80 ou Ø100 : WC et buanderie peu humide.
  • Ø100 ou ∅125 : salle-de-bains, salle-de-douches et buanderie humide.
  • Ø125 en cuisine.

SdB + WC : voir ci-dessous.

Attention au plénum « maison » en PVC EU (1 gaine/1 bouche), le ∅ de la bouche (clipsable ou pas) impose d’avoir le bon diamètre au plénum donc un manchon adaptateur de ∅ peut-être nécessaire !

Je conseille la bouche type MTVA Helios (pas la KTVA avec plus de perte de charge). Les boucles clipsables sont bien mieux avec leur entraxe variable (B sur la photo). Il y d’autres marques en bouches d’extraction clipsables 🙂

Rappel : en pièces humides, toujours mettre la bouche à l’opposée de la porte et au-dessus ou juste devant la douche ou la baignoire. Pour un WC on n’hésite pas la bouche se met au-dessus du trône 🙂

Attention : il y a plusieurs sortes de bouches rondes réglables, elles se ressemblent mais certaines ont une sacrée perte de charge à volume identique, donc regardez bien le truc !

Bouches d’extraction avec filtre

Bouche murale avec filtreAttention : ces bouches ne sont généralement pas réglables.

La bouche murale carrée avec média G3 intégré, comme celles de chez Paul avec le manchon DN125 pour un cadre de 220×220 (filtre un peu plus petit) sont bien en cuisine pour ne pas graisser l’échangeur et en SdB et WC pour ne pas encrasser les gaines d’extraction.

Inconvénient : devoir nettoyer ou changer les filtres très régulièrement soit au minimum tous les 2 mois … sinon attention à la perte de charge !

Un filtre dans une bouche de SdB peut vite devenir une catastrophe !

Bouche FFE10

Il y a mieux en cuisine avec la bouche FFE10 de chez Maico, c’est un caisson 190 x 185 x 50 avec un filtre à graisse métallique, facilement démontable et nettoyable au lave-vaisselle. Cette bouche avec filtre à graisse peut-être murale ou de plafond.

Attention, les bouches FFE 10 ne peuvent en aucun cas remplacer une hotte cuisine posée au-dessus de la plaque de cuisson !

Cette bouche sans manchon se fixe au mur ou au plafond, elle est utilisable pour un plénum DN100 ou 125 avec au moins une gaine DN90 ou 2 gaines DN75.

Conseil : la bouche FFE10 est prévue pour avoir à l’intérieur une bouche ronde réglable, je déconseille le truc puisqu’une bouche cuisine n’a normalement jamais de réducteur de volume … le Boost est surtout fait pour les prépa repas 🙂

Astuce : sans bouche à l’intérieur, prévoyez un joint entre bouche et plafond … histoire de ne pas salir le plafond.

La bouche Maico FFE10 au prix d’environ 82 €ttc est 4 fois moins contraignante que la bouche Paul avec filtre synthétique G3 … elle est chère mais plus simple d’utilisation 🙂

Combien de gaines PEHD par bouche d’extraction ?

Si vous préférez mettre 2 bouches plutôt qu’une bouche avec 2 gaines … pas de souci.

Cuisine

  • Cuisine fermée et hotte à extraction externe : 1 gaine DN90 ou 2 DN75 et une bouche ∅100 ou 125.
  • Cuisine fermée et hotte à recyclage : 2 gaines DN90 ou 3 DN75 et une bouche ∅125.
  • Cuisine ouverte sur séjour : au minimum de 2 gaines DN90 ou 3 DN75 et une bouche ∅125.
  • Cuisine avec hotte passive raccordée à la VMC-DF : il est impératif d’avoir une seule gaine de Ø125 ou 150 branchée sur une vraie hotte passive … surtout pas de multi-gaines !

Rappel : il est interdit de raccorder une hotte motorisée à une VMC-DF !

Conseil : la bouche cuisine ne doit pas être placée entre une fenêtre et la hotte cuisine à évac externe. La raison est simple si vous ouvrez la fenêtre pour faire fonctionner votre hotte, l’air entrant (froid en hiver et chaud en été) doit être que pour la hotte … ou presque !

Ne vous préoccupez pas trop de la distance entre la hotte et la bouche … ce qui compte c’est l’emplacement de la bouche VMC par rapport aux arrivées d’air sous la porte ou depuis le séjour en cuisine ouverte. Une bouche cuisine doit toujours être à l’opposé de l’arrivée d’air.

Cuisine ouverte sur séjour : toujours mettre la bouche cuisine à l’opposé du séjour

Salle-de-bains

A vous de voir si vous optez pour 2 gaines DN75 ou 1 gaine DN90 … mais je vous conseille dans les 2 cas de mettre une bouche de Ø100 au minimum.

Nb) baignoire ou douche, c’est pareil 🙂

Conseil, pour une grande SdB avec douche, baignoire et séchage du linge, alors ne pas hésitez à mettre 2 DN90 ou 3 DN75 avec une bouche de 125 🙂

SdB + WC : le must, mettre 2 bouches DN75, une au-dessus du trône et une au-dessus de la douche ou baignoire.

WC

La bouche doit être au-dessus du trône … c’est sans commentaire. Une seule gaine DN75 compte tenu du volume du WC et y compris pour un gros caca … le volume Boost est aussi fait pour un caca puant :mrgreen:

Buanderie

Ça sera en fonction de l’humidité dans cette pièce, à vous de choisir 🙂

Faut-il ventiler cellier et dressing ?

Cellier : il n’est pas utile de ventiler un cellier, les mouvements de la porte et des personnes sont suffisants ! Je rappelle que dans un cellier il n’y a ni LL ni SL ni étendage, ni évier … sinon c’est une buanderie 🙂

Nb) il faut relativiser, si vous avez un cellier de 6 m² ou plus, il faudra peut-être ventiler !

Dressing : à vous de voir en fonction de l’emplacement du dressing et de son utilisation. Si c’est un lieu de stockage des vêtements secs où on ne fait que se déshabiller ou s’habiller alors pas obligatoire de ventiler. Si on y fait sécher du linge alors il faut ventiler par une extraction.

Nb) je ne résiste pas, si le dressing est régulièrement une salle de jeux … je vous conseille une insufflation avec bouche à 45° pour un petit souffle d’air toujours agréable sur les fesses 🙂 🙂


Conseils d’installation

Exemple d’un plan d’installation

Faire clic pour agrandir

Je mets ici le plan d’une maison de 3 chambres, 1 salle-de-bains, 1 WC et 1 buanderie. Juste pour vous montrer où je mets les bouches au plafond et combien de gaine(s) par bouche.

En insufflation, je propose deux solutions :

  1. Le TOP effet Coanda au centre de la pièce : bouches vertes.
  2. Contre un mur : bouches carrées oranges avec effet Coanda.
  3. Au-dessus d’une porte : bouches rondes oranges soufflage à 45°.

Nb) bien évidemment vous pouvez mixer les solutions !

En extraction (bouches rouges) il n’y a qu’une solution type car l’emplacement est quasi sans discussion 🙂

Le dressing sera ici largement aéré par l’air des chambres qui ressort en passant par le dressing … CQFD

Le test du boucomètre

Je suis l’inventeur de ce test permettant de savoir si les chambres sont bien aérées :

  1. Vous vous levez à 6 heures et vous prenez votre petit-déjeuner.
  2. Vous êtes fumeur une petite clope … non là je déconne :mrgreen:
  3. Vous allez dehors respirer 2 minutes l’air pur du matin.
  4. Vous allez entre-ouvrir la porte de chaque chambre occupée et vous y mettez le nez.
  5. Ça sent le bouc, vous n’aérez pas assez la nuit 🙁
  6. Ça ne sent pas le bouc, vous aérez peut-être trop 🙂

Vous ne connaissez pas l’odeur du bouc, pas de souci, j’ai la solution :

Vous n’aérez pas votre chambre pendant 2 jours, chaque soir vous ne faites qu’un avec votre moitié pendant une bonne heure et vous faites dodo normalement. Au petit matin de la 2ème nuit vous faites le test du boucomètre 🙄

Si vous ne sentez rien deux hypothèses :

  1. Soit votre maison est une passoire et vous n’avez pas besoin de double flux 🙁
  2. Soit vous avez un problème olfactif et il faut vite consulter un ORL :mrgreen:

L’aération en cascade ?

Je rapporte cette possibilité donnée par Minergie Suisse, il s’agit de l’aération en cascade. Le séjour peut se passer d’aération si l’air allant des chambres à coucher traverse le séjour avant d’être aspiré dans la cuisine et/ou les autres pièces humides.

Nb) un conseil similaire est donné en Belgique par le CSTC à une différence prêt, l’air provenant des chambres via le couloir doit être insufflé de force dans le salon-séjour par un ventilateur spécifique 🙁

Pas bête, en effet les chambres sont occupées la nuit et le séjour le jour 🙂

Mon conseil, évitez l’aération en cascade … sauf si vous ne pouvez pas faire autrement et si la disposition des pièces s’y prête.

Je suis sceptique sur certains conseils de Minergie Suisse qui au niveau des gaines raconte n’importe quoi pour économiser 4 sous … en effet les gaines électriques annelées simple-peau ne sont pas à conseiller !

Pour mémoire, Minergie Suisse a normé il y a quelques années : les Maisons Passives doivent avoir des fenêtres sans ouverture ! Ils ont vite vu la connerie et marche arrière toute … mais il y eu quelques maisons faites comme ça en Suisse 👿

NB) Minergie reste au TOP des normes thermiques et de la ventilation … pas de méprise 🙂

Pièce en L

il est possible dans une pièce en L de mettre une seule bouche à condition de la placer à l’opposé de l’angle afin de répartir l’air entre les 2 parties de la pièce.

Conseil : en générale une pièce en L est souvent grande, mettez donc 2 bouches ça sera plus sûr 🙂

Conclusions sur les bouches

En insufflation privilégier l’effet Coanda

On choisit des bouches en priorité pour l’efficacité et simplifier le montage

On ne choisit pas des bouches uniquement pour leur beauté !

Je suis résolument contre les bouches hygroréglables et autoréglables en double flux

Conseil : jamais de bouches hygroréglables avec une double flux … déjà que ça fonctionne très mal avec une simple flux à pression constante, alors avec une VMC-DF standard :mrgreen:

Retour au sommaire

Les plénums de bouche

On trouve le nom de manchette à la place de plénum chez certaines marques !

Plénum Fränkische

Le plénum de bouche c’est la liaison entre la gaine et la bouche. C’est le truc chiant qui doit :

  • avoir les bons diamètres pour la gaine d’un côté et la bouche de l’autre,
  • traverser le plafond, faux-plafond, mur ou cloison et pouvoir être recoupé à la bonne longueur,
  • Prendre en compte 1 ou 2 et même 3 gaines pour une même bouche !

Le plénum de bouche est très souvent coudé à 90° … c’est normal dans plus de 90% des cas.

Si vous optez pour des plénums constructeurs comme le Plénum Fränkische, c’est moins de soucis mais c’est plus cher !

Dans ce chapitre je vais surtout vous présenter le système D pour fabriquer des plénums de bouche pas chers chaque fois que c’est possible soit dans au moins 80% des cas 🙂

Plénum multi-gaines (2 ou 3 gaines par bouche)

Manchette Brink

Je parle ici du plénum de bouche multi-gaines ! Ça veut dire que pour une bouche il y aura 2 ou 3 gaines … c’est par exemple le cas pour la cuisine et de la salle-de-bains où généralement chaque bouche a souvent 2 et même 3 gaines pour assurer le bon volume d’extraction.

Le plus simple pour un plenum multi-gaines, c’est la solution constructeur avec des plénums de bouche bien adaptés … ne cherchez rien d’autre.

Plénum pour multi-gaine rondes DN75 ou DN90

On trouve toutes les formes selon l’utilisation (dalle, mur, faux-plafond ou cloison). Les dimensions et caractéristiques sont généralement :

Zehnder TVA en ABS

  • ∅75 ou ∅90 côté gaines et ∅125 côté bouche.
  • La longueur (hauteur) varie selon la destination du plénum (dalle, faux plafond, cloison).
  • L’épaisseur (profondeur) du plénum est également variable (surtout pour les cloisons).
  • les plénums double ou triple sont en plastique ou en métal. Le plastique me semble plus simple à mettre à la bonne longueur 🙂

Attention, les plénums double ou triple gaines sont toujours pour des bouches de ∅125 ! Toutefois je vous conseille des bouches clipsables 🙂

Il existe beaucoup d’offres pour les plénums doubles, beaucoup moins pour les triples ! Les spécificités des principaux plénums doubles :

  • Les Zehnder sont livrés avec les blocages de gaine, le TVA en ABS a 3 bouchons amovibles rouge.
  • Le Profi-air Fränkische (Optiflex Aldes) a un bouchon qu’il faut couper pour mettre la 2ème gaine.
  • Le Brink (Ubbink) « Manchette Air Excellent » en plastique vert a un bouchon qu’il faut enlever.

Plénum de cloison

Pour tous les plénums il faudra les couper à la bonne longueur avant de mettre la bouche.

Conseil : laisser en place les bouchons pendant le chantier. Les plénums se mettent à la bonne longueur généralement en fin de chantier juste avant de mettre la bouche !

Astuce mais attention : un plénum métallique pour gaines DN75 peut-être utilisé en mâle pour des gaines PEHD DN90 si le ∅ intérieur de la gaine est au moins de 76 mm et le ∅ du plénum de 75 mm, il suffit d’enfiler la gaine sur le piquage DN75 du plénum et mettre un collier de serrage. Attention ça peut forcer grave, un petit recours à l’eau bouillante devrait aider 🙂

Nb) je ne sais pas si on trouve toujours en vente le plénum de cloison en photo 🙁

Le plénum double et droit

Plénum double et droit

Ce cas est très rare mais avec une installation en faux plafond dans un couloir avec des bouches murales sur les pièces desservies … un plénum double et droit peut-être utile. Il y a d’autres cas où le plénum double et droit peut-être intéressant.

Le cas échéant, pas simple de trouver des plénums doubles et sans coude … je n’en citerais qu’un c’est celui de Hybalans+ raccord de bouche droit – 2x75mm … mais c’est du ∅75 !

Vous le trouverez par exemple chez my-electro.be.

Plénum triple pour gaine ronde DN75

Ces plénums sont rares, je vous en présente deux :

  • en plastique (fabricant ?) chez Geco,
  • en métal (fabricant Swentibold) cher Selfio.

Il faut le savoir, un plénum double en gaines DN90 correspond à un plénum triple en gaines DN75.

Plénum double ou triple pour mur ou cloison

Plénum triple et mural

Ces plénums doubles ou triples existent pour être posés dans un mur ou une cloison.

Je vous montre l’exemple d’un plénum triple en DN63 posé dans une isolation paille avant la pose du parement interne.

La bouche est ici murale. Ce cas est exemplaire quant-à la qualité de pose, en effet le nettoyage des gaines sera possible en enlevant la bouche plate clipsée sur le plénum 🙂

Références et prix de plénums multi-gaines

  • Zehnder TVA plastique 128 x 2DN75 H 385 = 31€ttc (Fiabishop), existe en DN90.
  • Gecoflex Té triple plastique 125 x 3DN75 H 314 = 52 €ttc (Fiabishop).
  • Brink (Ubbink) AE48C plastique vert 125 x 2DN90 H 411 = 30€ttc (my-electro.be).
  • Profi-air Fränkische plastique 125 x 2DN90 H 474 = 38 €ttc (wolf-online-shop).
  • Zehnder TVA Cu métal 127 x 2DN90 H 272 = 134 €ttc (Fiabishop).
  • Plénum bleu Selfio

    Swentibold plastique bleu 125 x 2DN75 H 200 = 25 €ttc (selfio.de).

  • Swentibold métal 123 x 2DN75 H 383 = 30 €ttc (selfio.de).
  • Swentibold métal 123 x 3DN75 H 333 = 52 €ttc (selfio.de).

Nb) je n’ai pas fait de recherche pour les plénums de cloison et les plénums pour gaines oblongues 🙁

Plénum cuisine en métal ou en plastique ?

Je ne m’étais jamais poser la question n’ayant pas ça chez moi ! Sinon dans le doute je prendrai un métallique à cause de la graisse en cuisine.

Est-ce que le métal se nettoie mieux ? Je ne sais pas trop, dans le doute disons oui 🙂

Autres types de plénums multi-gaines

Plénums pour gaines oblongues

Pas de système D avec l’oblongue, il faudra passer obligatoirement par les plénums de la marque des gaines oblongues que vous aurez choisies … chaque marque a ces dimensions merdiques 🙁

Même avec 1 plénum pour 1 gaine il faut des plénums spécifiques, ne comptez pas les fabriquer 🙁

Avertissement : avec des gaines oblongues de marque X, vous serez obligé d’utiliser les plénums de la marque X … faites bien vos comptes avant de partir sur de l’oblongue 🙁

Plénums pour gaines rondes DN63

Le DN63 est très prisés en Allemagne dès lors que les gaines et les plénums sont enfouis en dalle. Ces plénums « plat » peuvent avoir jusqu’à 5 gaines pour une bouche de ∅125 !

Inutile de vous dire que je suis complètement contre cette solution de tout enfouir 🙁


Plénum simple (1 gaine par bouche)

Standard fabricant il existe des plénums simples de forme identique au multi-gaines mais avec une seule gaine possible (Zehnder en propose). Sinon on utilise un plénum double-gaines et on laissera bouché un des piquages de gaine.

Système D, il est tout à fait possible de réduire sérieusement les coûts en fabricant à partir de PVC sanitaire les plénums de bouche simple avec 1 gaine par bouche. Les chapitres suivants vous montre comment faire.

Beaucoup d’entre vous font le choix des gaines rondes PEHD en DN75 ou DN90 et sont confrontés aux problèmes du choix des bouches et surtout comment faire le lien entre la gaine et la bouche via un plénum ?

Nb) la photo montre une installation à coûts réduits en faux plafonds avec des gaines jaunes TPC en DN75 et des plénums 87,30° en PVC sanitaire DN80 M-F. Une fois le BA13 posé, le plénum arrivera juste au bord 🙂

Il faut dire qu’il est difficile de s’y retrouver dans les diamètres sachant que les fabricants de VMC-DF font tout pour avoir des systèmes de raccord particulier … normal c’est sur les accessoires qu’ils font tourner la baratte pour faire leur beurre :mrgreen:

Je donne ici des conseils pour limiter les coûts sachant qu’il vous appartient de vérifier avant de ‘plonger’ dans une solution hors accessoires VMC-DF.

Les accessoires en ventilation sont trop chers en général … il ne faut pas exagérer

Le système « Démerde » bien pensé permet de belles économies 🙂

Généralités du système « D » à prix réduit

Ma solution repose, outre les gaines TPC, sur des tubes et coudes PVC EU et des bouches clipsables, j’ai bien dit clipsables c’est à dire des bouches avec 3 pattes de fixation ce qui permet d’avoir un diamètre interne de plénum variable !

Le diamètre du PVC sanitaire EU (DN80, 100 ou 125) c’est toujours le diamètre externe en mâle et interne en femelle !

Le diamètre des bouches clipsables c’est ∅80, 100 ou 125 avec une marge de 6 mm environ.

Les diamètres internes du PVC sanitaire

Le diamètre interne du PVC EU n’est pas normalisé sachant que l’épaisseur du tube est d’environ 3 mm en ∅80 et 100 et 3,2 mm en ∅125 (source Nicoll) :

  • DN80 : Ø75 mm interne tout juste donc bien vérifier (1)
  • DN100 : Ø94 mm interne au moins, si vous pouvez trouvez du ∅93 mm c’est encore mieux !
  • DN125 : Ø119 mm interne … au mieux.

(1) allez acheter vos tubes PVC (droit ou coudes) en DN80 avec un bout de gaine DN75 pour voir si ça passe 🙂

Pour la bouche, il faut terminer le plénum avec un manchon à coulisse F-F et le tour est joué:) 🙂

Pour la gaine, voir conseils ci-dessous.

Nb) Vous ne devriez normalement pas à avoir à utiliser le PVC EU DN125 … ∅ réservé au plénum double ou triple.

Le diamètre variable des bouches clipsables

Bouches Helios d’extraction et d’insufflation

Je prends l’exemple des bouches clipsables Helios, vérifier pour les autres marques mais en bouches clipsables c’est souvent la même chose dans les autres marques (Orcon EFF et TFF, etc.).

Une bouche clipsable dans un plénum fait maison en PVC EU mâle (80, 100 ou 125 ) + manchon à coulisse F-F côté bouche simplifie le montage et ne pose aucun problème.

Rappel : la gaine DN75 avec le joint torique rentre tout juste dans le PVC mâle … bien vérifier avant et mettre un peu de salive pour que ça rentre 🙂

Le manchon à coulisse

C’est un raccord PVC F-F destiné aux réparations donc sans butée d’arrêt à l’intérieur.

Le manchon à coulisse est idéal pour avoir le bon format pour les bouches clipsables … vous pouvez y allez les yeux fermés. Il se colle sur le tube PVC Mâle.

Vous aurez donc dans l’ordre : la gaine PEHD, le coude PVC M-F, le tube PVC mâle de traversé de dalle ou mur, le manchon à coulisse et enfin la bouche.

Attention, seuls seront collés entre eux les 3 PCV (coude, tube droit et manchon à coulisse).

Spécificité avec gaine DN90

PVC+gaine+joint torique

Attention, la gaine PEHD DN90 flotte un peu dans le PVC mâle ∅100, la solution simple et robuste c’est dans ce cas d’utiliser des joints toriques ronds dont la référence est:

Joint torique OR-84X6-NBR70 84x96x6 mm par exemple chez www.123roulement.com.

Avec ce joint ça rentre tout juste … mettre de la graisse silicone pour faciliter 🙂

Autre solution, mettre 2 joints toriques standard DN90 pour une meilleure étanchéité. Dans les 2 cas penser aux 2 tours de ruban collant de qualité pour assurer l’étanchéité totale.

Conseils particuliers

Bouche et plénum PVC en ∅125 et une gaine en DN90 : je déconseille cette solution sinon bonjour les raccords entre la gaine et la bouche ! Je conseille avec une gaine DN90 pour une bouche un plénum PVC et une bouche en ∅100 … c’est bien plus simple !

Bouche à ailettes, si vous faites ce choix, mettre au minimum une bouche de ∅100 donc un plénum de ∅100 … que vous utilisiez une gaine DN75 ou DN90.

Plénum PVC en attente de gaine PEHD

PVC Mâle et bouche en 80

Plénum PVC en faux-plafond

Remarque sur la photo Plénum Mâle et bouche en ∅80, la bouche rentre tout juste côté PVC mâle, il faut « tordre » les pattes … pas terrible. Il est donc bien plus simple de terminer par un manchon à coulisse F-F de 80 ou en faux plafond avec un coude 87,30° M-F de 80 en réservant le 80F pour la bouche.


Fabrication d’un plénum en PVC

Mon approche pour les gaines DN90 est valable pour les DN75 en adaptant la taille entre les accessoires.

Attention, le manchon à coulisse FF … n’est pas indispensable si votre plénum complet se résume à un coude 87,30° M-F (femelle côté bouche du plénum) !

Plénum en PVC schéma

Les opérations de fabrication d’un plénum de traversé dalle ou mur sont les suivantes :

  1. faire un trou (dalle, mur, etc.) au moins au diamètre du PVC femelle de votre plénum,
  2. coller le coude PVC 87,30° Femelle sur un tube droit PCV Mâle,
  3. couper le tube droit pour que le plénum à sa place arrive en retrait de 5 cm de la dalle ou du mur pour mettre la bouche … en ayant soin de vérifier que vous pourrez bien mettre la gaines dans la partie mâle du coude … donc attention avant de couper 🙂
  4. coller le manchon à coulisse F-F sur le tube PCV EU Mâle en ayant soin d’arriver au raz de la dalle ou du mur … donc le manchon à coulisse doit dépasser le tube PVC Mâle de 5 cm !
  5. Positionner le plénum et le bloquer dans la dalle ou le mur avec par exemple de la mousse expansive. Boucher le plénum pendant les travaux.
  6. Mettre la gaine et son joint torique positionné à la 2ème cannelure … sachant qu’il faudra dans tous les cas mettre 2 tours de ruban collant de qualité pour assurer l’étanchéité complète (absent sur la photo).
  7. Poser la bouche quand le parement plafond ou mur sera terminé.

Nb) normalement le manchon à coulisse n’est pas à recouper … si vous avez bien fait le job !

Plénums en fabrication

La photo plénums en fabrication montre la situation à la fin de l’étape 3 avec des coudes PCV de 67°, des plénums longs puisqu’ils devront traverser la dalle et l’isolation des combles.

C’est ce simple montage qui devient un plénum de bouche avec 1 gaine pour 1 bouche 🙂

Nb) la bouche clipsable rentrera dans le plénum sans aucun problème 🙂

La photo plus haut Plénum PVC en attente de gaine PEHD montre l’installation du plénum avant la pose de la gaine et de l’isolant final.

Surtout ne pas coller la gaine dans le tube PVC !

Nettoyage futur : il ne faut pas désolidariser la gaine du plénum, par contre il faut enlever la bouche. L’accès au plénum d’un côté et au collecteur de l’autre est suffisant. Toutefois pour simplifier le nettoyage vous pouvez désolidariser la gaine du collecteur 🙂

Plénum pour cloison ou faux-plafond en BA13

Plénum de cloison

Un seul coude 87,30° PVC M-F devrait suffire dans bien des cas pour faire le plénum complet. L’essentiel étant que le PVC arrive au raz du BA13 (ou autre) pour clipser la bouche, mais …

Attention avant de recouper le plénum, il faut s’assurer que la bouche clipsable pourra bien rentrer, sinon il faudra reculer le plénum du bord de la cloison ou le rehausser dans le faux plafond BA13 !

Coude PCV court

Nb) je crois qu’il existe des coudes PVC de gouttière plus courts en 87,30° M-F par exemple chez Nicoll réf NIGC8780 en ∅80 ou réf NIGC87100 en ∅100.

Astuce sur cloison : une simple bouche plate visée sur la cloison peut faire l’affaire … mais pensez à mettre un joint d’étanchéité pour ne pas salir le mur à la longue 🙂

Conseil : pensez à assurer le bon maintient du plénum en faux plafond. Voir photos ci-dessous comme exemples mais il y a d’autres « combines ».

Il faut absolument bloquer le plénum. En effet lorsque vous allez clipser ou enlever la bouche … il est impératif que le plénum et la gaine tiennent bien. Deux solutions s’offrent à vous :

  1. Vous avez accès par dessus après pose du faux-plafond : c’est la solution simple pour bloquer le plénum via du fil électrique fixé sur le BA13 et entourant le plénum. Autre solution mettre un gros tacon de plâtre PF3. Dans tous les cas assurez-vous bien que ça tienne !
  2. Vous n’avez plus accès par dessus avant la pose du BA13 : là il va falloir être inventif ! Par exemple attacher le plénum sur le support métallique du BA13 … quitte à déplacer la bouche de 30 cm ! Ou encore fixer le plénum avec du fil électrique au plafond. Ou comme sur la photo une solution « maison » en visant par dessous les 3 armatures qui enserrent le plénum.

Astuce de sioux : si vous pouvez, faites un encoche à 1 cm du bord du plénum de sorte que le fil électrique rentre dans l’encoche tout en bloquant la gaine … mais pour ça il faut avant avoir mis la gaine dans le plénum 🙂

Conclusion sur les plénums de bouche

Plénum multi-gaines pour une seule bouche, prendre les spécifiques constructeurs.

Plénum mono-gaine, les fabriquer en PVC sanitaire, c’est bien moins cher 🙂

Avec des bouches non clipsables … attention aux diamètres !

Retour au sommaire

Les silencieux et le bruit

Les bruits sont très personnels … un peu comme les goûts et les couleurs ! En résumé quel bruit est acceptable dans les chambres ? Tout le reste n’est que théorie ou business 😡

Je suis personnellement très sensible aux bruits dans une chambre … qu’il s’agisse d’un bruit de souffle, de résonance ou autres … je ne supporte aucun bruit la  nuit ! Une CLIM dans une chambre d’hôtel contiguë à la mienne voire 2 chambres à côté … je pète les plombs si j’entends le ronron moteur ou une résonance dans les murs !

Je suis très sensible aux bruits la nuit … pour autant je ne trouve rien sur le net pour expliquer clairement et simplement les choses … donc pour moi le problème bruit est simple … soit il y est acceptable, soit il faut régler le problème.

Je vous laisse aller voir sur le Net les explications sur l’acoustique et les dB(A) … bon courage les amis 🙂

Un silencieux sur une DF : c’est tout bêtement un gros tube de 600 mm à 1 mètre de longueur dans lequel on trouve un tube perforé entouré d’une laine minérale ou d’une mousse spéciale pour atténuer le bruit.

Origines des bruits en double flux

Vibration de la double flux : les bruits se répercutent  par les murs ou la dalle. Ces bruits sont les plus chiants quand ils sont là … mais quand ils sont là c’est souvent sur une DF de faible qualité. Il faut des bons silentblocs pour la pose au sol ou surtout pour l’ancrage du caisson contre un mur.

Bruit des ventilos :   il faut les silencieux qui vont bien, aucune autre solution !

Bruit rayonné par la double-flux : ce bruit est externe au caisson, s’il est trop fort ça implique que la double flux ne devra pas être posée dans une pièce à côté d’une chambre !

Bruit de téléphonie : il s’agit des bruits (voix, cris, etc.) se répercutant d’une pièce à l’autre via la gaine de distribution d’air. Ces bruits sont spécifiques au réseau linéaire.

Bruit de souffle à la bouche : il faut réduire le volume ou ouvrir un peu plus la bouche, soit mettre un régulateur de volume placé au bon endroit !

En réseau pieuvre les gaines PPE et PEHD et les collecteurs atténuent beaucoup le bruit !

Nb) je traite ici les bruits « ventilateurs » et « téléphonie », les autres cas étant spécifiques.

Quand et où installer des silencieux ?

Silencieux flexible

Quand installer des silencieux ?

  • Contre le bruit des ventilateurs se répercutant dans les gaines jusqu’aux pièces (surtout les chambres).
  • Contre le bruit de téléphonie des bruits se répercutant d’une pièce à l’autre. Je déconseille les atténuateurs de bruit avec de la mousse de polyuréthanne.

Où installer les silencieux ?

  • Bruit des ventilateurs : installer le silencieux 30 cm à 1 mètre après les piquages DF d’insufflation et d’extraction … à 2 mètres ça marche aussi 🧐
  • Bruit de téléphonie : entre les 2 pièces concernées dans le réseau linéaire.

Constat cartésien :

  • En réseau linéaire : les silencieux « ventilateurs » et « téléphonie »sont obligatoires.
  • En réseau pieuvre : pas de bruit  de téléphonie, les silencieux « ventilateurs » sont à voir au cas par cas … sachant que dans 80% des cas ils sont inutiles !

Quel silencieux poser ?

Je conseille des silencieux sérieux, donc au minimum de 60 cm de long  et 5 cm d’épaisseur de laine minérale. L’atténuation moyenne du bruit d’un silencieux de qualité de 60 cm en piquage ∅160 est d’environ 20 dB(A).

A partir des exemples en photos, je vous laisse aller voir votre bonheur sur le Net.

Conclusion sur les silencieux

Réseau pieuvre : prévoir la place en extraction et en insufflation pour installer des silencieux si nécessaire … inutile d’acheter immédiatement les silencieux … le wait and see est de rigueur 🙂

Réseau linéaire : les silencieux en extraction et en insufflation sont obligatoires, idem en téléphonie !

Mes références en réseau pieuvre : je ne regarde que les certifications PHI pour comparer et déterminer le bruit potentiel et les mesures à prendre.

Exemple d’une certification PHI sur le bruit de la DF Maico WS320

La certification PHI sur l’acoustique est faite à la pression de 100 Pa au volume de 70% de la puissance maxi de la double flux soit 246 m³/h dans cet exemple. Le volume nominal (jour) doit être inférieur à ce volume !

Nb) les dB(A) PHI sont une moyenne acoustique sur les fréquences de 125 Hz à 4000 Hz.

Diminution du bruit des ventilateurs en réseau pieuvre : j’en tiens compte puisque le bruit diminue via les liaisons DF-collecteurs souvent en PPE, les collecteurs eux-mêmes et les réseaux de gaine PEHD.

En réseau pieuvre mes bases « approximatives » sont les suivantes sur la base des certif PHI  :

  • bruit > 60 dB(A) en insufflation (Supply air) et/ou en extraction (Extract air) = silencieux  à prévoir.
  • bruit > 50 dB(A) sur le bruit rayonné par le caisson (Device) = la VMC-DF ne doit pas être installée à côté d’une chambre. 

Nb) le bruit entrée d’air neuf (Outdoor) et sortie d’air vicié (Exhaust air) est moins important … il n’y a jamais de silencieux sur ces 2 piquages du caisson DF.

Retour au sommaire

Perte de charge globale

La perte de charge se mesure en Pascal (Pa), c’est la résistance (frottement) à l’écoulement de l’air dans un réseau aéraulique comme des gaines de ventilation ou en sortie de bouche. Bien évidemment il faut aussi tenir compte des spécificités « singulières » qui freinent l’air comme les courbes à 90°, l’arrivée d’air neuf et la sortie d’air vicié, les collecteurs, le préchauffage, etc.

Nb) on parle aussi de pression de fonctionnement totale.

La fameuse « perte de charge » … dont on peut trouver sur les forums des palabres à n’en plus finir … sachant que les calculs précis de la perte de charge ne sont pas simples et surtout jamais très précis 🙁

Il est préférable de connaitre la perte de charge globale avant l’installation … pour améliorer !

Il y a 2 pertes de charge distinctes en double flux, celle du réseau d’insufflation et celle du réseau d’extraction. On retiendra la plus importante des 2 pour le choix de la VMC-DF !

Le calcul de la perte de charge est utile pour :

  • Le choix du ∅ des gaines DN75 ou DN90.
  • Le nombre de gaines nécessaire sur une même bouche si volume important ou longueur importante.
  • Vérifier si le volume maxi de la VMC-DF choisie convient.

Nb) je ne traite pas le réseau linéaire, les bases de calculs « pertes de charges » sont les mêmes, mais il faut penser à faire le calcul par longueur de gaine de même diamètre … bref du linéaire 🙁

L’illustration du tuyau d’arrosage

Soufflez à pleins poumons pendant 3 secondes dans un petit tuyau d’arrosage, que se passe-t-il :

  • Tuyau de 5 mètres : une petite résistance est perceptible.
  • Tuyau de 10 mètres : il faut souffler plus fort pour vider les poumons.
  • Tuyau de 20 mètres : même en soufflant au maximum, impossible en 3 secondes 🙁

C’est la même chose pour une VMC-DF où un ventilateur forcera proportionnellement à la perte de charge globale dont les facteurs les plus importants en réseau pieuvre sont :

  1. Le volume d’air à chaque bouche, surtout en volume Boost.
  2. Des filtres encrassés … il faut bien le savoir !
  3. La longueur des gaines et leurs courbes.
  4. L’entrée d’air et la sortie d’air.
  5. Un puits canadien air couplé à la double flux.
  6. Un échangeur air-eau d’un puits canadien eau ou d’un postchauffeur eau.

Nb) le tableau dédit/pression d’une double flux intègre l’échangeur de chaleur 🙂

Des règles basiques en réseau pieuvre

  1. Chaque bouche identiques (1) d’un réseau pieuvre aura un volume d’air différent selon la longueur de gaine. La bouche avec une longue gaine aura un peu moins d’air que la même bouche avec une gaine plus courte … mais la différence de volume n’est pas énorme.
  2. La pression maximum demandée à un ventilateur sera celle de la gaine ayant la plus grande perte de charge !
  3. Plus la pression demandée à un ventilateur est grande plus la consommation sera élevée !
  4. Une double flux a 2 ventilateurs (insufflation et extraction) … il ne faut pas que les pertes de charge globales entre les 2 réseaux aient trop de différence … sinon un ventilateur forcera beaucoup plus que l’autre … CQFD

Important : les ventilateurs d’une DF ne doivent pas être sollicités en volume nominal (vitesse jour) au delà de 65% de leur puissance maximum soit une tension de 6,5v, c’est le meilleur compromis puissance/consommation (2)

(1) même ouverture et sans réducteur de débit … voir plus loin !!!!

(2) la consommation d’un ventilateur EC a une courbe un peu exponentielle plus la perte de charge augmente !

Le cas chiant : une bouche avec une grande longueur de gaine (disons 25 mètres) pour une chambre où vous voulez un volume ad-hoc la nuit. Il faut prévoir de doubler la gaine DN75 ou mettre une DN90 … pour ne pas pénaliser le reste de l’installation avec des réducteurs de volume pour avoir le bon volume aux autres bouches !!!

La vitesse diminue en passant d’une gaine DN75 (∅61 mm interne) à un plénum de bouche de ∅80 ou ∅100 et encore plus dans un plénum de ∅125 mm . Donc il faudra trouver le bon compromis entre :

  • garder assez de vitesse à la bouche pour l’effet Coanda.
  • diminuer la vitesse ou agrandir l’ouverture de la bouche pour ne pas avoir de bruit de souffle.

Nb) le raisonnement est le même avec une gaine DN90 et un plénum de bouche de ∅100 ou ∅125.

Et bien voilà vous savez tout ou presque … je plaisante qu’à peine 🙂

Et les filtres dans cette histoire ?

La propreté des filtres dans la VMC-DF est primordiale pour la perte de charge, et là ça peut aller jusqu’à la catastrophe … c’est à dire presque plus d’air 🙁

Pas d’affolement, il suffit de nettoyer ou de changer les filtres plus ou moins régulièrement

Les pros calculent la perte de charge globale sans tenir compte des filtres crasseux !

Un logiciel ou calculs manuels de la perte de charge ?

Je vous propose 2 solutions : passer par un logiciel assez simple ou vous faites tous les calculs à partir d’abaques.

Avertissement !  mes abaques sont un peu forts … j’ai fait ce choix pour vous éviter des déboires 🙂


Perte de charge : via le logiciel HB+

En réseau pieuvre je vous conseille d’utiliser le logiciel Burgerhout HB+ dont la dernière version est ICI

Ce logiciel spécialisé dans les réseaux pieuvres en gaines PEHD DN90 et/ou DN75 a 2 fonctions principales :

  • calculer la perte de charge globale des réseaux d’insufflation et d’extraction,
  • calculer automatiquement les limitateurs de débit pour avoir le bon volume à chaque bouche.

Précisions d’utilisation du logiciel HB+

Ce logiciel est assez intuitif, enregistrez le logiciel sur votre PC et exécutez le. Lors de la première utilisation, passez en langue françaises (choix drapeau en bas à droite). Il ne vous reste plus qu’à vous familiariser 30 mn et c’est parti.

Nb) bien évidement l’outil est fait pour le matériel Hybalans, donc choisir le matériel par analogie avec votre future installation ! Il n’y a aucune raison d’avoir peur d’un calcul de perte de charge globale faux si le matériel n’est pas Hybalans … Il suffit de respectez les longueurs de gaine et la forme des collecteurs, plénums et bouches.

Le logiciel traite dans l’ordre le réseau d’insufflation puis celui d’extraction.

Nb) plénum HB+ = collecteur dans le blog ! Connecteur HB+ = plénum de bouche dans le blog !

Type de plénum : le choisir en fonction de la forme de votre collecteur. Prendre le 12 piquages même si vous en avez moins sur votre collecteur. Vos piquages gaines sont en face du piquage principal, pas grave mais ne choisissez pas celui à angle droit !

Composant de conduit entre le plénum et le caisson échangeur : procédez par analogie avec votre installation, il y a des photos pour les choix, donc aucune raison de se planter. Surtout choisir le bon diamètre ! Vos gaines d’entrée-sortie d’air et liaisons VMC-collecteurs ne sont pas en EPP (PPE), pas grave c’est le ∅ interne qui compte 🙂

Perte de charge additionnelle : voir ci-dessous les explications.

Pièces pour la distribution ou l’extraction (les plénums et leur bouche) :

Connecteur : le choisir pour chaque bouche en fonction de la forme de votre plénum et du type de bouche … si plénum coudé (95% des cas) choisir « Connecteur coudé 90° » sinon choisir « Connecteur droit« . Les connecteurs HB+ sont prévus pour 2 gaines mais vous pouvez mettre une seule gaine sachant qu’un piquage est bouché donc à ouvrir à l’installation s’il y a 2 gaines 🙂

Deux gaines pour une bouche : c’est un peut différent entre DN75 et DN90, en effet Hybalans ne connait pas le plénum standard avec 2 gaines en DN90 🙁

  • En DN75 cocher « Double montage jonction » et choisir votre plénum 🙂
  • En DN90 choisir une bouche « Hybalans+ Plen de mur Fourniture/Extrait 92 #2 » … c’est la seule solution peut-importe votre plénum-bouche, la différence ne sera pas énorme.

Bouche d’insufflation : la bouche Disc pour effet Coanda ou choisir la bouche la plus ressemblante à la votre.

Bouche d’extraction : la bouche Conus et si 2 gaines DN90 pour une bouche alors la Plen de mur.

Nb) en extraction la bouche Kwadrant a moins de perte de charge.

Autres précisions

Les plénums HB+ sont en ∅125 ! Avec des plénums de bouche « fait maison » et plus petits il faut ruser :

  • Plénums de ∅100 rajouter 5 Pa à la Perte de charge additionnelle,
  • Plénums ∅80 (en DN75 exclusivement) rajouter 15 Pa. Si mixte plénums ∅100 et ∅80, rajouter 10 Pa.

Le plénum à 3 gaines n’est pas géré par HB+, pas grave vous prenez une bouche avec 2 gaines et une bouche avec une gaine … la différence est ridicule. Mais le volume d’air réel sera à répartir 1/3 et 2/3.

Volumes en insufflation, soit vous précisez votre volume pour chaque bouche, soit vous adaptez le volume pour ne pas avoir de limitateur de débit … c’est à vous de choisir mais il faudra en « baver » à un moment ou à un autre :

Choix avec limitateur de débit (volume précis), il faudra à l’installation ajuster le volume à la bouche réglable ou poser un régulateur de débit … ça ne va pas se faire tout seul 🙁

Choix sans régulateur (mon conseil) il faut alors adapter le volume pour avoir comme limitateur de débit 55 ou 63 ou Aucun. L’avantage, plus rien à faire à l’installation sauf laisser la bonne ouverture à la bouche pour que ça ne fasse pas de bruit 🙂

Le choix sans limitateur de débit est un peu chiant, il faut procéder en 2 temps :

  1. vous mettez vos volumes pour toutes les gaines,
  2. vous ajustez les volumes pour supprimer les limitateurs de débit donc avoir 55 ou 63 ou Aucun.

Précision : sans le mixage DN75 et DN90 c’est quasiment mission impossible !

Volumes en extraction, là vous précisez vos volumes pour chaque bouche et vous réglerez les volumes via des bouches réglables ou des régulateurs de débit.

Limitateur de débit : le logiciel HB+ le calcule automatiquement. Si vous avez aucun ou 63 ou 55 , ça veut dire sans régulateur, je ne suis pas à 1 m³/h près. Sinon à l’installation il faudra faire le nécessaire c.à.d les réglages de débit via les régulateurs de débit ou le réglage de l’ouverture des bouches !!!

Nb) Les différents régulateurs de débit sont expliqués plus loin dans le chapitre Équilibrage des volumes.

Perte de charge additionnelle : il s’agit des éléments annexes (préchauffeur, puits canadien, caisson préfiltre, etc.). Je vous conseille de calculer séparément la perte de charge de chaque élément annexe et rajouter le total dans HB+ dans la perte de charge additionnelle. La zone est dans : Les composants de conduit entre le plénum (collecteur) et le caisson échangeur (la VMC-DF).

Je vous conseille de voir les abaques des éléments annexes ci-dessous Chap. Perte de charge : la calculer, § La perte de charge des éléments annexes.

Extra componenten : c’est la liste des petits matos d’installation … à vous de voir l’utilité dans votre cas.

Liste des composants : c’est la liste in fine de tout les matos Hybalans 🙂

Liste d’installation : très important, c’est le résultat final que vous pouvez éditer, vous y trouverez :

  • La Pression de fonctionnement totale du système et le débit total calculé en insufflation et en extraction, sachant que les volumes doivent être très proches; inutile d’avoir les mêmes volumes au m³/h près.
  • Pour chaque bouche le volume et le limitateur de débit soit à installer soit le réglage à faire à la bouche 🙂

Les filtres dégueulasses ! Je vous conseille juste pour voir de rajouter 30 Pa à la perte de charge additionnelle pour prévenir les filtres très sales, histoire de vérifier la conso des ventilos à cette perte de charge globale :mrgreen:

Nb) vous trouverez un exemple du résultat de HB+ dans le chap. Le bon volume pour chaque pièce ci-dessous.


Perte de charge : la calculer

Abaque visuel pour gaines PEHD

Cette abaque est fiable, vous pouvez le prendre comme référence 🙂

(*) Chaque perte de charge comprend la gaine avec sa longueur, 1 coude 90°, 1 plénum coudé ∅125 + bouche ∅125 et le collecteur ! Dans le plénum double en photo une arrivée est bouchée (à déboucher  si 2 gaines).

Plénum coudé ∅125 + bouche Disc

PEHD 75 (61 mm interne) :

  • 30 m³/h jusqu’à 12 m maxi de longueur. Soit les 12 m = 50 Pa (*)
  • 20 m³/h jusqu’à 30 m maxi de longueur. Soit les 30 m = 40 Pa (*)
  • 20 m³/h à 20 m de longueur = 33 Pa (*)
  • 20 m³/h à 10 m de longueur = 25 Pa (*)

Si bouche-plénum de ∅100 rajouter 3 Pa, si bouche-plénum de ∅80 rajouter 6 Pa.

PEHD 90 (75 mm interne) :

  • 50 m³/h jusqu’à 8 m maxi de longueur. Soit les 8 m = 61 Pa (*)
  • 40 m³/h jusqu’à 20 m maxi de longueur. Soit les 20 m = 61 Pa (*)
  • 30 m³/h jusqu’à 30 m maxi de longueur. Soit les 30 m = 47 Pa (*)

Si bouche-plénum de ∅100 rajouter 3 Pa.

La perte de charge dépend surtout du volume et moins de la longueur des gaines !

Abaque pour les gaines PEHD seules

Attention : il s’agit de la perte de charge de la gaine seule sans autre élément pris en compte !

Comment calculer la perte de charge de la gaine ?

C’est simple, prendre la perte de charge du volume x par la longueur en mètres de la gaine.

Avec 2 gaines sur une même bouche, le volume de chaque gaine = volume à la bouche / 2 🙂

Attention, dans cet abaque les coude 90°, plénum, bouche et collecteur ne sont comptés ! Voir abaques ci-dessous.

Remarques générales

Pour réduire les trop grandes différences vous avez le choix :

  • Soit mixer DN75 et DN90 sur le même collecteur.
  • Soit doubler les grandes longueurs de gaine (2 gaines DN75 sur une même bouche).

Rassurez vous : une différence ≤ 3 m³/h en vitesse nominale (jour) entre 2 gaines (une de 5 m et l’autre de 10 m) n’a aucune incidence sur la ventilation des pièces ou sur la ventilation globale d’une maison.

Nb) en France, un équilibrage « aux petits oignons » entre les gaines d’insufflation est une stupidité sans nom contre laquelle je lutte depuis des années. Il y a environ 1/3 de « tordus » qui équilibrent « aux petits oignons » … sans jamais s’apercevoir que l’équilibrage au m³/h près est impossible … même celui réalisé par un PRO avec du matos de PRO 🙂

Astuce : branchez au centre du collecteur les gaines les plus longues et les plus courtes sur les côtés 💡

Abaque pour les gaines ∅125 et +

Clic pour agrandir

Là aussi, il s’agit de la perte de charge par mètre linéaire de gaine 🙂

Cet abaque est valable pour les tous réseaux d’un ∅ interne ≥ 125, dont :

  • l’entrée d’air neuf et la sortie d’air vicié,
  • les liaisons entre piquages VMC-DF et collecteurs.

Vous pouvez utiliser cet abaque pour des gaines métalliques rigides ou semi-rigides, en PVC EU, en PE ou en PEHD … les différence sont ridicules.

Nb) pour les coudes à 90°, l’entrée et la sortie d’air voir les abaques ci-dessous.

Rappel : le diamètre interne des gaines (entrée d’air neuf, sortie d’air vicié et liaisons VMC-collecteurs) doit être au minimum celui des piquages de la VMC-DF !

Introduction au calcul de la perte de charge

Je vous laisse aller voir sur internet les formules précises … bon courage ! Les abaques vous simplifieront la vie pour des calculs faciles et réalisables simplement.

Quelle volume maxi pour ma VMC-DF ? Tout est expliqué dans l’article VMC-DF à cœur ouvert.

La perte de charge globale se calcule au volume Boost en 4 étapes :

  1. Perte de charge linéaire pour chaque longueur de gaine (DN75 ou DN90).
  2. Pertes de charge singulières par gaine (collecteur, coudes à 90°, plénum-bouche).
  3. Perte de charge entrée d’air neuf ou sortie d’air vicié dont les liaisons entre collecteurs et VMC-DF.
  4. Perte de charge des éléments annexes (préchauffeur, caisson préfiltration, etc.).

Conseil pour les calculs : le volume global d’extraction = volume global d’insufflation !

Le volume par gaine d’insufflation, il faudra choisir entre :

  • Le volume décidé pour chaque bouche … mais il faudra réguler le volume de chaque bouche !
  • Répartir le volume global d’insufflation entre les gaines … c’est plus simple 🙂
  • Si mixte DN75 et DN90 alors faite avec le volume choisi à chaque bouche.

Le volume par gaine d’extraction, là il faudra par bouche avoir le bon volume car il y a de grosses différences en cuisine, SdB et WC.

Perte de charge gaine du collecteur à la bouche

Perte de charge linéaire d’une longueur de gaine

Perte de charge linéaire = Pa abaque DN75 ou DN90 * longueur de la gaine (1)

(1) longueur totale de la gaine (coudes et cintrages déroulées, plénum compris) entre collecteur et bouche.

Précision : en réseau pieuvre on n’additionne jamais la perte de charge linéaire de toutes les gaines !

Pertes de charge singulières d’une longueur de gaine

Raccord à 90°

Il s’agit de pertes de charge moyennes engendrées par les cintrages, coudes, bouches, collecteur … aux volumes de :

  • 30 m³/h pour les gaine PEHD DN75.
  • 50 m³/h pour les gaine PEHD DN90.

Nb) on ne tient pas compte ici des futurs régulateurs de volume !!!

Votre volume est à 75% des volumes ci-dessus ⇒ diviser par 2 les abaques ci-dessous :

  • 3 Pa par raccord à 90° … j’ai bien dit raccord et pas cintrage !
  • 4 Pa par cintrage à 90° si R = 1D soit un rayon de 15 cm pour une gaine DN75.

Rayon de cintrage

  • 2 Pa par cintrage à 90° si R = 2D.
  • 1 Pa par cintrage à 90° si R = 3D.
  • 12 Pa pour plénum + bouche ∅80 en DN75 (1)
  • 8 Pa pour plénum + bouche ∅100 en DN75 (1)
  • 8 Pa pour plénum + bouche ∅100 en DN90 (1)
  • 4 Pa pour plénum + bouche ∅125 en DN90 (1)
  • 10 Pa pour filtre sur bouche d’extraction moyennement encrassé (2)
  • 5 Pa pour le collecteur (insufflation ou extraction).

(1) sans filtre et sans régulateur de débit.

(2) valable pour du filtre G3 et pas plus fin !

Nb) le volume choisi se fera à l’installation soit par un régulateur de débit type anneau régulateur soit par le réglage de l’ouverture de la bouche réglable via sa vis de réglage (voir ci-dessous Les régulateurs de débit).

Une bouche avec 2 ou 3 gaines : il y a un calcul à faire pour chaque longueur de gaines … mais le volume à la bouche est à répartir ! Chaque gaine aura le même bouche-plénum … mais ne vous inquiétez pas, les 3 gaines auront la même perte de charge donc aucune erreur sur la perte de charge globale !

Perte de charge totale d’une longueur de gaine

Perte de charge totale d’une gaine du collecteur à la bouche = Pa linéaire + Pa singulières.

Rappel : la plus grande longueur de gaine n’a pas forcément la plus grande perte de charge … ça dépend du volume !

Perte de charge entrée air neuf et sortie air vicié

Volume global indispensable : la perte de charge de l’entrée et de la sortie d’air dépendra de votre volume Boost … à ce stade vous devez le connaitre 🙂

Attention : la longueur de gaine ici c’est en insufflation de l’entrée d’air jusqu’à la VMC-DF + de la VMC-DF au collecteur. Idem en extraction pour la sortie d’air.

Perte de charge linéaire entrée ou sortie d’air

La perte de charge linéaire = Pa abaque gaines ∅125 et + * longueur de la gaine déroulée.

Rappel : longueur de l’entrée ou sortie d’air jusqu’à la VMC-DF + de la VMC-DF au collecteur insuf ou extract :

  • En insufflation : de la bouche d’entrée d’air neuf (façade ou toiture).
  • En extraction : jusqu’à la sortie toiture.

Pertes de charge singulières entrée ou sortie d’air

L’abaque pour un volume de 300 m³/h avec une gaine de ∅160 est le suivant :

  • 2 Pa par coude de 45°.
  • 5 Pa par coude de 90°.
  • 10 Pa pour une entrée d’air façade avec bouche grille anti-volatiles (1)
  • 15 Pa pour une sortie d’air de toit type chapeau de toiture.
  • 15 Pa filtre G4 moyennement encrassé … celui dans le caisson VMC-DF.
  • 30 Pa filtre F7 moyennement encrassé … celui dans le caisson VMC-DF.

(1) avec une entrée d’air à ailettes, la perte de charge est à doubler !!!

Pour un volume à 75% (225 m³/h) : vous divisez par 2 les chiffres ci-dessus !

Pour des gaines en ∅180 et un volume de 300 m³/h : vous divisez par 2 les chiffres ci-dessus sauf les filtres !

Pour des gaines en ∅200 et un volume de 500 m³/h : vous prenez les pertes de charge ci-dessus !

Perte de charge totale entrée et sortie d’air

Perte de charge totale entrée d’air neuf = Pa linéaire entrée d’air + Pa singulières entrée d’air.

Perte de charge totale sortie d’air vicié = Pa linéaire sortie d’air + Pa singulières sortie d’air.

La perte de charge des éléments annexes

La perte de charge de chaque élément annexe est à estimer au cas par cas soit par calcul, soit en reprenant le chiffre donné dans la documentation. Les éléments annexes sont les filtres dans la VMC-DF et suivant votre installation :

  • Insufflation : préchauffage électrique, préfiltration, puits canadien air, échangeur air-eau, postchauffage.
  • Extraction : caisson de préfiltration, caisson filtration des graisses cuisine si hotte passive.

Cet abaque donne des pertes de charge moyennes au volume de 300 m³/h :

  • 5 Pa : caisson préfiltration 490×490 avec filtre G4.
  • 10 Pa : préchauffage électrique de gaine (antigel).
  • 20 Pa : postchauffeur électrique de gaine.
  • 5 Pa :  hotte passive à filtres métalliques, 10 Pa avec filtre à graisse (caisson spécial ou dans le hotte).
  • 30 Pa : échangeur air/eau (PC eau ou postchauffage eau), ∅ = piquage VMC-DF.
  • 40 Pa : puits canadien air  avec 2 gaines de 25 m en ∅176 interne et filtre G2 sur l’entrée d’air (1)

(1) dont 5 mètres de gaine entrée + sortie du PC. Cette perte de charge est un max !

Info : au volume nominal (jour) les pertes de charge ci-dessus sont en moyenne à diviser par 2 🙂

La perte de charge globale en réseau pieuvre

A faire pour chaque longueur de gaine en insufflation et en extraction :

  • Pa globale gaine N°1 = Pa de la gaine 1 + Pa entrée ou sortie d’air + Pa éléments annexes.
  • Pa globale gaine N°2 = Pa de la gaine 2 + Pa entrée ou sortie d’air + Pa éléments annexes.
  • Pa globale gaine N°n = Pa de la gaine n + Pa entrée d’air ou sortie d’air + Pa éléments annexes.

Perte de charge globale à retenir pour votre installation

C’est la plus grande perte de charge globale trouvée entre l’insufflation et l’extraction.

Essayez de ne pas avoir une perte de charge globale > 100 Pa !

Oups là ce n’est pas totalement fini !

A partir de vos calculs manuels ou ceux du logiciel Burgerhout HB+, il faut essayer d’optimiser la perte de charge globale, ainsi vous ferez des économies de consommation … quelques orientations :

  • Mettre la VMC-DF plus au centre de la maison.
  • Mettre 2 gaines sur les longueurs qui posent problèmes.
  • Mixer DN75 et DN90 sur le même collecteur.

Trop grande vitesse = bruit de souffle, trop petite vitesse = mauvaise diffusion de l’air !

Retour au sommaire

Équilibrage des volumes

Ce chapitre pour les réseaux pieuvres est assez pointu mais c’est la fin de l’installation … qui doit-être au TOP 😀

A ce stade, vous connaissez vos volumes par bouche et la perte de charge globale en insufflation et en extraction … il ne vous reste plus qu’à répartir le volume global entre les bouches … travail à faire en insufflation et en extraction.

Précision pour les lecteurs assidus : depuis 2019 j’ai évolué pour les régulateurs de débit posés dans le collecteur. J’étais contre (dépense inutile, etc.) … mais finalement les limitateurs de débit présentent l’avantage suprême de limiter le bruit de souffle aux bouches, voir explications ci-dessous.

Le bon volume d’air pour chaque pièce

Le bon volume de renouvellement d’air d’une pièce consiste à avoir le volume … selon la réglementation en vigueur ou selon le volume que vous aurez choisi en fonction de la pièce :

  • pièce humide (cuisine, SdB, WC, buanderie), suivant son utilisation pour évacuer humidité et odeurs,
  • pièce sèche (chambres, séjour, bureau), suivant le Nb de personnes en régime de croisière.

Toujours avoir en mémoire : in fine ∑ volumes extraits = ∑ volumes insufflés

Remarques personnelles sur les volumes

Avertissement, je suis peut-être le seul à écrire ça … vous comprenez bien qu’avoir le volume d’air neuf réglementaire pour chaque pièce, c’est surtout primordial pour le business dont la mise en service :mrgreen:

En vérité 15 % de différence en volume entre 2 chambres d’une personne n’est pas primordial

L’essentiel en insufflation c’est le volume nominal suivant le Nb de personnes dans la pièce

On ne va pas se raconter d’histoire à la con, le volume nuit est un faux ami … en effet la nuit dans les chambres il faut le bon volume soit minimum 15 m³/h/personne ! Le volume idéal est de 20 m³/h/personne.

Idée reçue : en insufflation ventiler proportionnellement à la surface ou au volume de la pièce est une grosse connerie … c’est même l’inverse qu’il faudrait faire … croyez moi sur parole 🙂

Fiestas avec 10 personnes dans le salon il faudrait au minimum 150 m³/h … donc tu mets le Boost à environ 60m³/h dans le salon-séjour comme prévu à l’installation et si besoin tu entrouvres une fenêtre 💡

Petite famille et grande maison, il faut le bon compromis entre l’évacuation de l’humidité et le renouvellement d’air neuf.

Équilibrage naturel des volumes d’insufflation, aujourd’hui en réseau pieuvre, vous avez la bonne solution de mixer sur le même collecteur les gaines DN75 et DN90 :

  • Mettre du DN90 pour la chambre parent et du DN75 pour une chambre ou un bureau d’une personne.
  • Mettre du DN75 dans un WC et du DN90 dans une salle-de-bains.
  • Une pièce spécifique comme la cuisine, mettre une bouche ∅125 et 2 gaines DN90.
  • Attention aux longueurs de gaines, suivant vos longueurs je vos conseille au minimum :
    • longueur > 12 et < 20 m et volume > 25 et < 36 m³/h = DN90,
    • longueur > 20 et < 30 m et volume < 40 m³/h = 2xDN75,
    • longueur > 20 et < 30 m et volume > 40 m³/h et < 60 m³/h  = 2xDN90.

Une règle d’or pour les gaines : dans le doute il faut passer à la dimension supérieure

Nb) si partout du DN75 … il faudra selon les longueurs/volumes, doubler ou tripler la gaine par bouche. 

Ne le répétez pas, je trouve absurde ceux qui veulent à tout prix des volumes « aux petits oignons » en étant certains d’y parvenir … cupidité quand tu nous tiens :mrgreen:

N’essayez pas d’être au m³/h près dans une pièce … c’est tout simplement impossible

Ne compliquez pas votre installation inutilement sinon il faudra assumer, dont l’entretien

Faites une répartition logique entre les pièces sèches et entre les pièces humides

Les volumes en insufflation

Le volume nominal (jour) : la règle de base en Europe c’est 20 m³/h/personne, d’autres comme moi propose 15 m³/h/personne. En vérité ça dépend de vos envies et du  mode de vie mais je conseille de pas descendre en dessous de 15 m³/h/personne … de jour comme de nuit dès lors que la pièce est occupée !

Il n’est pas très utile d’équilibrer « aux petits oignons » les volumes d’insufflation entre les  pièces … sauf cas extrêmes à traiter par équilibrage naturel avant d’avoir recours à la régulation du débit (voir § suivant).

Faut-il équilibrer les volumes entre 2 pièces identiques ? Une comparaison toute bête, pourquoi une balance scientifique au 1000ème de gramme pour faire un gâteau ? Et bien pour l’équilibrage des volumes entre les pièces c’est un peu pareil :mrgreen:

Oui mais j’ai un cas tordus, mes gaines sont entre 5 et 10 mètres sauf une à 20 mètres, que faire ? Voir ci-dessus Équilibrage naturel des volumes d’insufflation 🙂

En France si vous voulez les volumes précis préconisés par la réglementation … alors il faudra passer par une régulation du débit de chaque bouche … CQFD

En Belgique la régulation des débits est une obligation de part la réglementation PEB, voir article Annexes.

L’essentiel de l’essentiel en insufflation, c’est le Nb de personnes dans la pièce en régime de croisière

La ventilation en 2 zones

La ventilation d’air neuf en 2 zones, la zone jour (salon, séjour, bureau) et la zone nuit (les chambres) … c’est le top du top en ventilation centralisée.

Le système est simple à comprendre, il y a un répartiteur 2 voies géré par la double flux selon par exemple vos critères horaires.  Bien évidement en cas d’inoccupation il y a toujours un minimum d’air ventilé.

Ce système qui n’existe que sur certaines double flux, permet de ne pas sur-ventiler une zone inoccupée. Le problème c’est que le « 2 zones » est une option qui n’est pas donnée. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ?  Oui si vous êtes perfectionniste, non si vous êtes comptable 🙂

Nb) en effet en réseau pieuvre par exemple il faudra prévoir 2 collecteurs d’insufflation, un pour chaque zone 🙁

Les volumes en extraction

Vous devez décider du volume d’extraction de chaque pièce, en effet il est préférable d’extraire plus dans la salle-de-bains humide que dans un WC sans humidité … même avec les odeurs 🙂

Cet équilibrage en extraction se fait simplement avec des bouches réglables ou des régulateurs de volume. Les bouches se règlent suivant l’abaque normalement fournis par le fabricant de bouches pour savoir quelle ouverture faire suivant le volume souhaité 🙂

Nb) sans abaque précis, utilisé celui du blog, voir chap. Les bouches d’aération ci-dessus

Personnellement je règle mes volumes d’extraction avec des bouches réglables. Je fais ça à l’estime à partir des abaques … aucun souci ça marche super puisque je ne fais que répartir le volume global d’extraction entre les bouches d’extraction !  Mais j’ai une DF à volume constant (ventilateurs à action) 🙂

Précision : normalement la bouche cuisine ne devrait pas avoir de régulateur de débit ! En résumé, si vous régulez toutes vos bouches d’extraction dont celle de la cuisine, c’est qu’il y a une erreur quelque part 🙁

Quel est le bruit de souffle acceptable aux bouches ?

  • Vitesses jour et nuit : aucun bruit perceptible à 1,50 mètre de la bouche … c’est clair et net.
  • Vitesse Boost : un petit bruit de souffle est acceptable en journée comme à la bouche WC. En plus vous devinez au bruit que vous avez le Boost … peut-être oublié 🙂

Nb) les autres bruits comme celui des ventilateurs sont gérés via des silencieux … sachant que le recours aux silencieux en réseau pieuvre (gaines PEHD + collecteurs) devrait être exceptionnel.

Quelle est la vitesse d’air en sortie de bouche ?

Je parle de la vitesse en sortie de bouches et pas celle dans les gaines 🙂

  • Volume nuit : ne pas dépasser les 2,5 m/s … en vérité il faut zéro bruit 🙂
  • Volume nominal (jour) : ne pas dépasser les 3,5 m/s.
  • Volume Boost : on peut aller jusqu’à 5 m/s … mais pas plus 🙂

En France le DN75 devrait suffire … en Belgique le DN90 devrait suffire

Un mixte DN75 et DN90 est une super solution en France pour un équilibrage naturel 🙂


La régulation des débits

Je vulgarise en disant qu’un régulateur de débit a 2 objectifs concomitants :

  • Même volume pour 2 chambres identiques, l’une avec une gaine de 12m, l’autre avec une gaine de 5m.
  • Assurer le volume choisi pour chaque bouche sans augmenter la perte de charge globale du réseau.

En résumé on veut un volume précis à chaque bouche … mais ce n’est pas forcément aussi simple !

Sans mesure in situ avec un anémomètre, personne ne peut garantir un volume précis à une bouche

et avec un anémomètre la marge d’erreur est d’environ 10% … je n’invente rien 🙂 :mrgreen: 🙁

Régulation volume via bouche réglable

La bouche réglable est pour moi la solution simple et pratique pour réguler un volume d’air.

Nb) une bouche est vite nettoyée, avec d’autres régulateurs … il faudra pensez à les nettoyer régulièrement !

Voir plus haut chap. Les bouches d’aération où je présente des bouches réglables « type » en insuf et en extract.

Attention : bouche réglable oui mais un bruit de souffle en vitesse Boost n’est pas à exclure !

Anneau régulateur de débit

Précision : je n’étais pas pour cette solution … j’ai changé en 2019 … je m’améliore 😛

Régulateur Hybalans

L’anneau régulateur de débit (ou limitateur de débit) n’est pas vraiment simple à utiliser sans outil comme le logiciel Burgerhout HB+ qui calcule automatiquement la grandeur du trou dans l’anneau de régulation (30, 36, 42, 48, 55 ou 63).

Le régulateur Hybalans c’est un anneau en plastique à poser dans le collecteur juste avant la gaine. Il a un trou à adapter au volume à laisser passer suivant la perte de charge.

Régulateurs de volumes Brink

Le régulateur Brink-Ubbink, il y un anneau comme pour l’Hybalans à placer dans le manchon reliant le collecteur et la gaine. A partir du logiciel HB+ les correspondances de grosseur du trou entre Hybalans et Brink :

  • Pour 30mm, couper le 3 (+- 31 mm).
  • Pour 36 mm, couper le 4 (+- 36 mm).
  • Pour 42 mm, couper le 6 (+- 43 mm).
  • Pour du 48, couper le 7 (+- 48 mm).
  • Pour du 55, couper le 9 (+- 56 mm).
  • Pour du 63, couper le 11 (+-63 mm).

Attention, l’anneau régulateur va avec les collecteurs de la marque ! Vous pouvez utiliser un régulateur Hybalans ou Brink et vous l’adapter à votre collecteur lambda, sinon il va falloir fabriquer vos anneaux régulateurs 🙂

Avantage des anneaux régulateur de débit : c’est l’absence de bruit aux bouches, surtout celle d’extraction.

Inconvénient des anneaux régulateur de débit : c’est leur encrassement … en extraction surtout 🙁

Conseils : pas la peine de vous prendre la tête entre 2 tailles d’ouverture sur l’anneau … la différence est ridicule !

Régulateur de débit autoréglable

Régulateur Anjos

Le régulateur de débit autoréglable va de paire avec une bouche d’insufflation autoréglable qui n’a pas de réglage de volume. Le régulateur de débit autoréglable s’installe dans une gaine de ∅80, 100 ou 125 … ah ben oui c’est le système français pour les gaines souples 🙁

Nb) un réglage à 40 donnera-t-il 40 m³/h ? Oui selon Anjos à une pression de 50 à 250 Pa … pourquoi pas si Anjos le dit :mrgreen:

Je déconseille ces régulateurs de débit conçus pour les gaines souples

Rappel : je déconseille les bouches Hygro en double flux !

Régulateur de débit à structure alvéolaire

Régulateur ComfoSet

Zehnder propose le régulateur ComfoSet … pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué 🙁

Le ComfoSet s’installe dans la gaine DN75 ou DN90 (2 tailles), un disque plus ou moins gros recouvre une partie des alvéoles pour réguler le débit.

Attention, comment peut-on nettoyer simplement ce truc ? Je vous laisse devinez :mrgreen:

Je déconseille les régulateurs de débit à structure alvéolaire

Régulateur en mousse

Régulateur de débit en mousse

Le régulateur de débit en mousse se pose dans le plénum ou la gaine. Il est censé être aussi un réducteur de bruit … j’ai un doute … mais pour retenir la poussière là je n’ai aucun doute :mrgreen:

Je ne critique pas plus … je me demande encore pourquoi ces trucs sont en vente !

Les régulateurs de débit en mousse sont à éviter absolument

Conclusion sur les régulateurs de débit

Anneaux limitateurs de débit collecteur Brink

Un régulateur de débit ne doit pas augmenter la perte de charge globale, seul le débit à la bouche est ajusté.

Quelle régulation faire pour avoir le bon volume ? Si on ne vous le dis pas, on ne le devine pas sans un logiciel comme HB+ et ses limitateurs de débit !

Nb) les anneaux régulateurs ne font pas tout par magie, il faut être certain du volume global à répartir et de votre installation !

Je conseille soit les bouches réglables, soit les anneaux régulateur de débit  ... à vous de choisir 🙂

L’inutilité de la régulation des débits en insufflation

Il s’agit ici que d’une démonstration … c’est un avis personnel, à vous de faire comme vous le souhaitez 🙂

Je reprends mon installation sans régulation de débit aux bouches d’insufflation. Pour la démonstration j’utilise le logiciel Burgerhout HB+. La photo ci-dessous est le résultat de mon installation sans aucune retouche des chiffres !

Précision : je présente le résultat au volume nominal (jour) … le seul volume avec un réel intérêt puisqu’il est utilisé dans plus de 80% du temps … est y compris la nuit sauf pour certains qui préféreront un volume nuit plus faibles quand les températures externes sont négatives.

Quelques explications

Le limiteur de débit à 55, 63 et aucun c’est pareil, en effet dans cet exemple en insufflation la différence entre la plus petite gaine de 5 mètres et la plus grande de 10 mètres est de 2 m³/h … c’est ridicule 🙂

Les volumes calculés d’extraction et d’insufflation ne sont pas tout à fait les mêmes …  rien de plus NORMAL, il est rigoureusement impossible d’arriver à l’équilibre parfait. Celui qui vous dit le contraire … fuyez vite 😡

Précision : j’ai rajouté une perte de charge : 20 Pa en insufflation pour le pré-filtre sur l’air neuf et 40 Pa en extraction pour le filtre à graisse et le pré-filtre du collecteur d’extraction !!!

DN92 ou DN90 c’est la même chose, le ∅ interne de la gaine est identique … et on est pas à 1 mm près 🙂

J’ai mis mes volumes réels en extraction, le logiciel a calculé automatiquement les limitateurs de débit qui correspondent à mes réglages de volume aux 2 bouches SdB et SdB+WC.

Mon volume Boost est important car j’ai une hotte passive branchée sur la double flux avec une seule gaine de ∅125 que j’ai simulée dans HB+ par 3 gaines DN90 (les gaines de ∅125 sont inconnues dans HB+).

Nb) au volume Boost de 280 m³/h la perte de charge en extraction monte à 130 Pa ! Sans hotte passive mon volume Boost aurait été de 220 m³/h.

Que remarque-t-on ?

En insufflation les différences sont ridicules entre la plus courte gaine de 5 mètres et la plus longue de 10 mètres :

  • 2 m³/h en volume jour d’environ 140 m³/h avec 20 m³/h pour 10m et 22 m³/h pour 5m.
  • 5 m³/h en volume Boost de 280 m³/h avec 36 m³/h pour 10m et 41 m³/h pour 5m faites moi confiance.

Conseil : si la différence est trop grande, il faut agir :

  1. soit en mixant DN75 et DN90 sur le même collecteur,
  2. soit en doublant les gaines qui posent un réel problème de volume en DN75.

Nb) en 2011 si j’avais eu connaissance du mixage possible DN90 et DN75 … j’aurais mis du DN90 pour les SdB et la chambre parents !

Je récapitule : la perte de charge globale se fait au volume Boost pour choisir sa VMC-DF et l’équilibrage devrait se faire au volume nominal (jour) le régime le plus utilisé. On peut faire les deux au volume Boost … mais je vous conseille avec HB+ de faire aussi la perte de garge globale au volume nominal 🙂

En réseau pieuvre ne tombez pas dans le piège des volumes « aux petits oignons »


Il faut le savoir

  • Le seul facteur sur lequel on peut agir pour réduire le coût énergétique d’une installation sans modifier la qualité de l’air ambiant est la perte de charge 💡
  • Le bruit généré par un organe d’équilibrage augmente 💡

Aucun professionnel ne vous dira ça … pourtant ils le savent tous … normalement :mrgreen:


Un anémomètre pour régler les volumes

Quand utiliser un anémomètre ? Uniquement si vous voulez des volumes précis sans autre moyen de mesure.

Anémomètre à hélice + cône

Bouches réglables ou anneaux régulateurs de débit : n’espérez pas avoir des volumes « aux petits oignons » mais vos volumes seront bons 🙂

Les anémomètres ne sont pas très précis, voir le document Promevent Rapport technique Évaluation des incertitudes de mesure de débit aux bouches.

On parlent d’Erreur Maximale Tolérée (EMT) avec un anémomètre, elle est de 15% (10% pour l’appareil + 5% pour la mesure). Certains anémomètres sont donnés à moins de 3% d’erreur … moi je veux bien mais j’ai un doute !

Les appareils acceptables sont l’anémomètre à hélice avec cône à rallonge ou l’anémomètre sonde Pitot + cône à compensation.

J’invite les pointilleux des volumes « aux petits oignons » à lire le document Promevent en référence ci-dessus … on trouve le PDF sur le Net via une recherche Google 🙂

Anémomètre obligatoire en Belgique !

La réglementation Belge PEB du volume d’air est fonction de la superficie de chaque pièce. Même en réseau pieuvre il faudra respecter et prouver le bon volume nominal de chaque pièce … donc faire des mesures.

Le plus simple en Belgique c’est d’utiliser des bouches réglables et de régler l’ouverture de la bouche.

Anémomètre obligatoire en réseau linéaire !

Je souhaite bon courage aux auto-installateurs ayant décidés de choisir un réseau linéaire. Le seule solution c’est l’utilisation d’un anémomètre pour chaque bouche … puis il faudra régler l’ouverture de chaque bouche.

Réseau linéaire = réglage du volume à chaque bouche ⇒ obligatoire

Équilibrage « au TOP » … puis filtres non entretenus = stupidité absolue


Équilibrage entre extraction et insufflation

Règle générale : une double flux insuffle et extrait les mêmes quantités d’air

Cas particulier à traiter avant l’installation

Exceptionnellement en réseau pieuvre vous pouvez avoir une grosse différence entre le Nb de gaines en insufflation et extraction, par exemple 10 gaines d’insufflation et 7 gaines d’extraction … gaines au même ∅ !

La vitesse de l’air ne comble pas une trop grande différence entre extraction et insufflation !

Une solution simple pour savoir, en réseau pieuvre vous comparez entre l’insufflation et l’extraction les surfaces internes totales (π * R²) des gaines (DN75 et/ou DN90) sans tenir compte de la perte de charge. Si vous avez plus de 15% de différence il faut régler le problème, sinon la vitesse de l’air dans les gaines compensera … sous réserve de ne pas exagérer !!!

Comment régler le problème dans l’exemple d’une grande différence entre insufflation et extraction :

  • soit en rajoutant ou doublant des gaines d’extraction pour arriver dans l’exemple à au moins 8 gaines.
  • soit en baissant le volume des bouches d’insufflation via des bouches réglables ou des anneaux régulateurs.
  • soit en augmentant le volume d’extraction avec des gaines en DN90 🙂

Sans cet équilibrage naturel un des ventilateurs forcera trop !

Surpression, dépression ou équilibre ?

Ah là chers lecteurs, c’est la guerre entre les experts … et les « cons » ont tous de bonnes raisons :mrgreen:

  • Les uns prônent la surpression pour limiter l’entrée d’air frais et de l’humidité.
  • Les autres prônent la dépression pour limiter la poussée de l’humidité dans les murs.
  • Et enfin ils y a les cartésiens comme moi qui prônent l’équilibre des volumes 🙂

Je vous passe une bonne lecture, ce document sur la ventilation par insufflation donne de bonnes explications sur les problèmes d’humidité … c’est ICI

Une attention particulière doit être apportée pour les MOB (maison ossature bois)

Équilibrage selon le type de ventilateurs

VMC-DF à volume constant (ventilateurs à action), aucun problème vous réglez en insuf et en extract vos volumes en m³/h pour chaque vitesse (Boost, jour, nuit, absence) et le tour est joué. Mais il ne faut exagérer sur une trop grande différence de pression globale entre insufflation et extraction !

VMC-DF à débit constant (ventilateurs à réaction), c’est la même chose que pour le volume constant … grâce au système débit constant. Mais 2 cas sont possibles à l’installation selon la double flux :

  1. VMC-DF où tout est automatique comme la Zehnder Q ou semi-automatique comme la Brink Flair. Seule l’altitude de la maison est demandée sur la Zehnder Q.
  2. VMC-DF avec mesures à l’installation comme les Pluggit, Buderus et Dantherm avec le débit constant en option. Le choix de la puissance de chaque ventilateur en vitesse jour se fait par une mesure de la pression de chaque réseau.

VMC-DF à vitesse constante (ventilateurs à réaction sans débit constant), là il va falloir déterminer la bonne puissance en % de chaque ventilateur (insuf et extract) en fonction de la perte de charge globale du réseau à ce volume. Voir un exemple détaillé ci-dessous Choix des puissances DF à vitesse constante.

La puissance est généralement (mais pas toujours) à déterminer uniquement pour le volume nominal (jour) … les autres vitesses (Boost, Nuit, Absence) sont automatique via un % usine sur le volume nominal (jour).

Gros problèmes d’équilibrage des réseaux en Belgique

Les volumes réglementaires en Belgique sont proportionnels à la surface de chaque pièce avec des minimas à respecter. Il en résulte très souvent un volume global d’extraction bien plus faible que celui d’insufflation 🙁

Pour le contrôle PEB, il n’y a pas 36 solutions, soit vous êtes avec le déphasage toléré par le PEB, soit il faut régler le problème. Déphasage toléré … quand je lis ça, je tombe de ma chaise … par où va venir l’air manquant ?

Voir détail dans l’article Annexes, chap. Réglementation PEB (Belgique).

Conclusion sur l’équilibrage insufflation-extraction

Un rendement bon ou mauvais résulte souvent d’une dépression ou d’une surpression 😉

Insufflation-extraction : il faut être à l’équilibre le plus possible … suivez bien ce conseil 🙂


Les puissances d’une VMC-DF à vitesse constante

Avertissement avec une double flux à vitesse constante (ventilateurs à réaction sans débit constant) si vous programmez mal le % de puissance de chaque ventilateur vous aurez obligatoirement une différence entre les volumes insufflation et extraction.

La performance sera minable si le volume d’air neuf est plus important que l’air extrait !

L’air froid rentrera par les fuites de la maison si le volume d’air extrait est plus important que l’air neuf !

Chaque % de puissance à choisir nécessite obligatoirement :

  • le volume global souhaité par exemple au volume nominal (jour),
  • la perte de charge globale à ce volume … en insuf et en extract.

Pour illustrer j’ai utilisé le tableau débit/pression d’une double flux à vitesse constante. Ce tableau met en évidence les courbes de débit/pression de chaque puissance d’un ventilateur (20%, 30%, etc.).

Dans l’exemple les puissances à régler au volume nominal (jour) seront de 48% en insufflation et 39% en extraction.

Nb) le logiciel Burgerhout HB+ simplifie le travail en calculant la perte de charge globale en insuf et en extract 🙂

Attention avec ce réglage des puissances, vous n’êtes pas certain d’être à l’équilibre entre insufflation et extraction !

Comment assurer l’équilibre insuf = extract ?

C’est simple, sur toutes les VMC-DF (surtout celles avec ventilateurs à réaction et vitesse constante) il y a obligatoirement un réglage de l’équilibre des volumes (balourd) entre insufflation et extraction. La question est plutôt comment faire ce réglage d’équilibre sachant qu’on peut vouloir :

  • l’équilibre le plus parfait possible, voir ci-dessous le test de la clope,
  • une surpression ou une dépression … ce que je déconseille !

Précision : les installateurs ne se font pas « chier » les % de puissance sont identiques entre insuf et extract. Et pour l’équilibrage ils utilisent le réglage du balourd … et là j’ai un sérieux doute sans mesure via un anémomètre 😡

Sans anémomètre … le test de la clope !

Cette astuce est simple, il faut que toute votre installation soit en place dont les réducteurs de débit ou le réglage des bouches. Cette astuce pour l’équilibrage est plus juste qu’avec un anémomètre … mais ne le répétez pas 🙂

Il faut être 2 personnes (1), faites ce réglage un jour sans vent, les opérations sont dans l’ordre :

  1. Fermer toutes les portes et les fenêtres de la maison … intégralement.
  2. Avoir un petit trou (serrure ou autre) entre l’intérieur et l’extérieur de l’espace chauffé.
  3. Mettre la VMC-DF sur le volume nominal (jour) ou mieux le volume Boost pour plus d’efficacité.
  4. Une personne côté VMC-DF pour le réglage de l’équilibre insuf-extract.
  5. Une personne au petit trou … cigarette au bec pour la fumée !
  6. Une bouffée sur la clope et souffler « délicatement » la fumée devant le trou … sans avaler la fumée 🙂
  7. La fumée va de l’intérieur vers l’extérieur = surpression … ou l’inverse = dépression.
  8. Régler l’équilibre (balourd) … via le potentiomètre ou l’électronique selon la double flux.
  9. La fumée ne rentre plus et ne sort plus … toucher plus à rien, c’est tout bon ❤

(1) on peut le faire seul … c’est beaucoup plus long 🙁

Rappel : les régulation de débit aux bouches doivent être opérationnels avant cet équilibrage final.

Nb) j’ai fait comme ça chez moi … simplement pour vérifier car j’ai des ventilos à action.

Les filtres sales et la vitesse constante

Si vos pertes de charge globales sont calculées avec des filtres propres, vos volumes diminuerons plus vos filtres s’encrasseront. Dans notre exemple si la perte de charge augment de 18 Pa (encrassement des filtres) … vous allez avoir un volume global de 135 m³/h au lieu des 150 m³/h prévus … dans ce cas pas de quoi fouetter un chat, mais attention 😯

Rappel en vitesse constante, prévoyez toujours dans les pertes de charges globales une marge pour les filtres encrassés en rajoutant au moins 30 Pa aux pertes de charges globales calculées avec des filtres propres 🙂

Fin de l'article

Vos questions possibles uniquement dans l'article Questions-réponses