Annexes

Annexes

Vous trouverez ici tous les annexes … non moins intéressants que le reste 🙂

Sommaire des annexes

  1. Réglementation PEB (Belgique)
  2. Gaines PEHD : spéciales VMC ou TPC ?
  3. Puits canadien et VMC-DF
  4. Le tunnel à galets (le TAG)
  5. La domotique sur une VMC-DF

Réglementation PEB (Belgique)

Il s’agit d’un résumé de la réglementation PEB (Performance Énergétique des Bâtiments) en ventilation.

Les volumes réglementaires Belges sont des minimas … qu’il faut interpréter comme des maximas sinon bonjour les dégâts :mrgreen:

Résumé de la réglementation Belge

La réglementation PEB impose un débit de conception minimum d’alimentation, de transfert ou d’évacuation d’air pour chaque type de pièce : cuisine, salon-séjour, chambres, salle-de-bains, WC, buanderie, etc.

Spécifications des volumes et de la vitesse de l’air

Le CSCT précise : Pour l’alimentation ou l’évacuation mécanique des systèmes B, C et D, le système de ventilation est conçu de sorte que les débits de conception minimum peuvent être atteints pour tous les locaux concernés en même temps et pour au moins une position de réglage du ventilateur (généralement la position maximum).

Cette précision est intéressante car les volumes réglementaires PEB peuvent être réservés à la vitesse Boost d’une VMC-DF … ce que confirme l’exemple concret des architectes Belge ci-dessous 🙂

Règle générale

Le débit minimum de renouvellement d’air est de 3,6 m³/h/m² au sol du volume chauffé, mais il y a des débits minimums à respecter et des débits limités … heureusement 🙂

Les ouvertures de transfert entre les locaux (passage de l’air d’une pièce à l’autre) doivent avoir une capacité d’ouvertures suffisantes pour une différence de pression de 2 Pa maximum.

Sont comptabilisées dans la surface :

  • les surfaces des escaliers,
  • les dimensions intérieures pour la ventilation,
  • les surfaces ayant une hauteur sous plafond ≥ 1,50 m.

Volumes en extraction

  • Débit nominal mini : cuisine ouverte 75 m³/h, cuisine fermée 50 m³/h;
  • Débit nominal mini : SdB ou buanderie 50 m³/h; WC 25 m³/h.
  • Débit limité : cuisine fermée, SdB ou buanderie 75 m³/h.

Question ou astuce : cuisine ouverte … combien de m² au sol pour la cuisine ?! :mrgreen:

Volumes en insufflation

  • Débit nominal mini : séjour 75 m³/h, chambre ou bureau 25 m³/h
  • Débit nominal limité : séjour 150 m³/h,
  • Débit limité : chambre ou bureau 72 m³/h soit 36 m³/h/personne.

Précision : on peut avoir dans une chambre ou un bureau d’une personne un volume limité de 36 m³/h 🙂

Avertissement : la Wallonie a visiblement modifiée en 2016 la norme en vigueur NBN D50-001. Le débit limité à 36m³/h par personne a purement et simplement disparu 🙁 🙁

Vitesse de l’air

La vitesse de l’air doit être à 2 m/s dans les sections terminales précédents les bouches de pulsion.

Cette réglementation sur la vitesse est ambiguë :

  • Dans une chambre où on y est que la nuit !
  • Quelle longueur doit avoir la section terminale pour respecter les 2 m/s ?

Vitesse de 2 m/s comment faire en PEHD DN90 ?

Il s’agit de la vitesse dans le plénum et en sortie de bouche … pas celle dans la gaine de distribution !

Nb) le plénum peut-être considéré comme une section terminale … difficile de dire le contraire 🙂

Les 2 m/s sont respectés jusqu’à plus de 80 m³/h avec un plénum et une bouche en ∅125.

Donc la vitesse dans une gaine PEHD DN90 (75 mm interne) peut monter à 3,5 m/s soit 55 m³/h soit le volume réglementaire pour une chambre de 15 m² … avec une seule gaine DN90 ! Ah oui je suis vicieux 🙂

Exemple concret Belge

Texte repris d’un document Belge « Les performances de la ventilation » servant de guide pratique aux architectes. Je cite :

Les hypothèses choisies pour les maisons d’habitation sont les suivantes :

  • la superficie totale habitable des logements est de 100 m², pour un volume habitable de 250 m³ ;
  • selon la réglementation, les débits nominaux sont les suivants :

Pour la ventilation mécanique double flux avec ou sans récupération de chaleur, le débit d’air peut être diminué durant la nuit (8 heures) : il est de 106 m³/h. En journée, il est de 216 m³/h durant 4 heures et de 151 m³/h pendant les 12 heures restantes.

Vous remarquerez que le volume de la chambre 2 (ici pour un enfant) est à 36m³/h !

Nb) je suppose que les volumes jour et nuit donnés dans ce document sont basés sur le bon sens 🙂

Avertissement : l’exemple ci-dessus, pourtant fait pour et par les architectes Belges, est-il PEB ?

Le PEB dit : la VMC fonctionne en flux continu avec au moins les volumes réglementaires !

Voilà l’exemple type d’une réglementation où il y a confusion puisque le PEB ne précise rien sur les volumes jour et nuit sachant qu’une VMC-DF (le système D) a généralement 3 vitesses (nuit, jour et Boost) :mrgreen:

L’exemple des architectes Belges est donc très bon puisque les volumes réglementaires sont respectés à la vitesse Boost (la plus grande vitesse) de la VMC-DF.

Comment équilibrer insufflation et extraction ?

La réglementation Belge a l’inconvénient majeur, outre des volumes excessifs, de rendre très difficile l’équilibrage entre insufflation et extraction !

Le CSTC précise pour la ventilation double flux

Dans la plupart des cas, le total des débits exigés pour l’alimentation en air neuf est plus élevé que le total des débits exigés pour l’évacuation de l’air vicié. Dans la réalité néanmoins, l’air n’étant pas accumulé à l’intérieur du bâtiment, le système tendra spontanément vers un équilibre dépendant de l’étanchéité à l’air du bâtiment ………

Il faut quand même oser écrire la phrase ci-dessus :mrgreen:

Dans le cas du système D avec récupération de chaleur, il est souhaitable de limiter autant que possible les pertes de chaleur dues à ces fuites supplémentaires au travers de l’enveloppe. Il est dès lors fortement recommandé de concevoir un système dont les débits de conception sont identiques pour l’alimentation et pour l’évacuation (débits équilibrés). Il existe différentes solutions pour atteindre cet équilibre :

  • l’utilisation du recyclage (mécanique) de l’air provenant de certains espaces (chambres, bureaux et/ou salles de jeux ou de hobby, p. ex.) vers le séjour (cf. § 2.4)
  • l’augmentation du débit d’extraction dans les espaces d’où l’air est évacué,
  • l’ajout d’extractions supplémentaires dans des espaces dépourvus d’exigences, tels que le hall, les couloirs, le dressing, le débarras, et prévoir des ouvertures de transfert supplémentaires vers ces espaces.

Le dernier point ne manque pas de piquant :mrgreen:

2.4. Recyclage de l’air avec le système D

Pour le système D uniquement, il est autorisé d’alimenter le séjour, totalement ou partiellement, avec de l’air recyclé provenant d’autres locaux d’une même habitation, notamment les chambres, bureaux et salle de jeux. Dans ce cas, l’air recyclé doit être amené mécaniquement vers le séjour. Un ventilateur supplémentaire est donc nécessaire. D’autres types de recyclage sont également autorisés, mais nécessitent une attention particulière.

Le PEB Systèmes résidentiel de Wallonie précise

Système D et recyclage :

Les débits minimums doivent être réalisés en air neuf uniquement – on ne peut faire de retraitement sur un débit minimum. Le recyclage de l’air ne peut se faire que dans les amenées d’air des locaux secs.

Les techniques de recyclage sont plus adaptées au non résidentiel. Pour le résidentiel, il vaut mieux privilégier l’équilibrage des débits de la VMC au recyclage.

Nb) que veut dire « On ne peut faire de retraitement sur un débit minimum » … je ne sais pas répondre mais voilà un sujet d’interprétation incroyable 🙁

L’équilibrage avec recyclage est plus délicat car il impose une petite usine à gaz avec un ventilateur spécifique qui aspire l’air du couloir pour l’insuffler dans le séjour. Les transferts sous les portes doivent être adaptés puisque l’air de séjour ne devrait pas revenir dans le couloir mais passer directement dans la cuisine et les autres pièces humides. L’avantage de cette solution, c’est de pouvoir choisir une VMC-DF moins imposante en volume d’air fourni !

L’équilibrage sans recyclage soit par rajout d’extraction(s) dans un couloir, un hall etc. soit par augmentation des volumes aux bouches d’extraction existantes … c’est simple à comprendre mais il faudra obligatoirement une VMC-DF avec un gros volume dès une maison de 100 m² 🙁

Je préfère sans recyclage puisque la vitesse Boost répond à la réglementation et qu’il reste les vitesses nuit et jour pour adapter vos volumes souhaités en régime de croisière.

Le recyclage pourra être la seule solution pour avoir dans une maison résidentielle une VMC-DF avec un volume maximum raisonnable sans avoir l’obligation de choisir une machine du tertiaire à cause d’un volume réglementaire « démesuré » :mrgreen:

Conclusions sur la réglementation Belge

Je me garde bien d’être trop critique sur la réglementation Belge sur la ventilation mais une question me taraude : Combien d’installations Belges respectent la réglementation une fois le PEB passé ?

Volumes réglementaires Belge = volumes nominaux = volumes maximums

Aucune règle claire sur les volumes nuit et jour alors qu’une VMC-DF a 3 vitesses

L’équilibrage insufflation-extraction sera généralement un réel problème !

La vitesse de 2 m/s en sortie de bouche au volume nominal est exagérée !

La solution du recyclage est un mauvais tête-à-queue !

Gros volumes donc gaines métalliques ?

Les professionnels dont les installateurs, préconisent pour répondre à la réglementation Belges des gaines de gros diamètres donc du métallique ∅160 et 125 … en réseau linéaire !

Y aurait-il d’autres raisons pour préconiser cette solution ? J’ai bien peur que oui 😛

Les gaines PEHD DN90 sont-elles utilisables ?

Je suis certain qu’un réseau pieuvre en PEHD DN90 (∅75 interne) répond à la réglementation Belge :

  • Dans une grande pièce comme un séjour on installe 2 ou 3 bouches et pas une seule bouche comme en réseau linéaire :mrgreen:
  • Dans une cuisine on installe une seule bouche en ∅125 avec 2 gaines (plénum 2xDN90-125) 🙂

Rappel : une gaine PEHD DN90 (75 mm interne) supporte sans problème 55 m³/h à 3,5 m/s soit le volume Boost d’une chambre de 15 m² … la vitesse de 2  m/s  sera dans le plénum et la bouche de ∅125 🙂

Les nuisances sonores

La nuisance sonore de résonance est surtout due au réseau métallique … c’est indéniable même si on vous dit le contraire 🙁

Un réseau métallique nécessitera obligatoirement des silencieux !

Attention au bruit et au nettoyage avec un réseau métallique … vous êtes prévenus 🙂

Un bruit de souffle d’air (sifflement) peut exister à la bouche à la vitesse Boost surtout si un réducteur de débit existe juste avant ou dans la bouche. Ce bruit de souffle, indépendant du type de gaine, se produira dès que la vitesse de l’air sera trop grande 🙁

Je ne suis pas contre un réseau métallique, chacun choisit ce qu’il veut … en sachant 🙂

Retour au sommaire

Gaines PEHD : spéciales VMC ou TPC ?

Le PEHD (polyéthylène haute densité) c’est la matière première pour la fabrication des gaines PEHD utilisées pour la distribution d’air en VMC et pour les gaines TPC dans le BTP. Le but de ce chapitre est donc de vous présentez les différences entre ces gaines similaires les VMC et les TPC.

Gaines PEHD

Ce chapitre est très important puisqu’il s’agit du choix primordial des gaines de ventilation en réseaux pieuvres.

Les gaines devront durer bien plus longtemps que la VMC-DF elle-même !

On dit double-peau parce que ces gaines ont 2 parois « soudées » entre elles. La paroi externe avec des cannelures pour la résistance (compression, etc.) et la paroi interne pour son côté lisse … enfin presque :mrgreen:

Je parle ici surtout des gaines rondes de format DN75 et DN90.

Le DN63 est à la mode en Allemagne comme gaines enfouies en dalle ou chape à la place des gaines oblongues difficilement nettoyable. Certes pour une bouche il faut doubler les gaines DN63 et les tripler ou les quadrupler en salle-de-bains et cuisine.

Les caractéristiques du PEHD

Il s’agit des caractéristiques du PEHD vierge donc non recyclé !

  • Sa couleur naturelle va du translucide au blanchâtre suivant l’épaisseur (semi cristallin, semi opaque, blanchâtre). Un intérieur bien blanc, c’est un PEHD de couleur blanche !
  • Le PEHD est «alimentaire» naturellement si la matière est vierge (non recyclé), il est autorisé au contact alimentaire.
  • Le PEHD est imputrescible mais il craint les UV comme tous les plastiques.
  • Sa durée de vie est d’environ 100 ans dans de bonne condition (< 50° et hors UV).
  • Son coefficient de frottement est très faible, comparable au Téflon.
  • Le PEHD est un isolant électrique exceptionnel.
  • Il a une très bonne résistance aux produits chimiques.
  • Les gaines sont résistantes aux chocs et à la compression.
  • Aucun risque d’émission de COV … jusqu’à au moins 50° selon mes convictions.
  • La classification au feu, il n’y aucune classification possible.

Autres caractéristiques

  • Le PEHD en couleur (rouge, bleu, jaune, vert, blanc, etc.) est teinté à la fabrication des granulés PEHD servant à la fabrication des gaines.
  • Le PEHD recyclé est généralement de couleur noir … complètement à éviter en ventilation !

L’odeur du plastic ?

Quand on met le nez dans une gaine PEHD ça sent très peu le plastic, voire pas du tout qu’il s’agisse des gaines VMC ou TPC … donc évitez les gaines qui sentent trop le plastic !

Les adeptes du tube galva ne devraient pas se réjouir … quand on met le nez dans un tube métallique ça pue grave la ferraille :mrgreen:

Conseil : les gaines PEHD sont en plastique, l’odeur du plastic est là à partir de 40° alors que jusqu’à 20° il n’y a pas vraiment d’odeur ! Ma conclusion est très simple :

Je déconseille le postchauffage via les gaines PEHD !

Si vous chauffez via l’électrique ou eau chaude, préférez les gaines métalliques

Les principaux fabricants de gaines PEHD

J’ai répertoriés surtout les fabricants connus et référencés en France !

Nb) cette liste n’est pas exhaustive, je ne garantis pas l’exactitude du tableau même si j’ai fait au mieux.

3 fabricants de VMC-DF sont dans le tableau (Brink, Burgerhout et Comair) mais pas certain que ces marques soient les réels fabricants de leurs gaines PEHD.

Les fabricants ou marques de VMC-DF s’approvisionnent en gaines PEHD chez l’un des fabricants du tableau. Par exemple les gaines Helios en 2011 étaient des Polieco Poliair blanches avec l’intérieur noir 🙁

Je n’ai pas mis dans le tableau les gaines Zehnder dont personne ne sait exactement où elles sont fabriquées !

Marquage des gaines TPC

Le marquage des gaines TPC est obligatoire sur la gaine elle même, ce marquage est répété régulièrement sur toute la longueur. Certaines gaines VMC peuvent avoir ce marquage.

Nb) Des marques de gaines VMC, comme les Comfotubes Zehnder par exemple, ont un marquage personnalisé sans référence au code du fabricant réel 🙁

Les gaines VMC

Gaine VMC bleue

Les gaines VMC sont utilisées dans le seul domaine de la ventilation. Contrairement aux gaines TPC, les couleurs externes sont libres en VMC.

Principales caractéristiques des gaines VMC

  • La peau interne est ondulée avec possibilité d’un antibactérien et/ou d’un antistatique.
  • Le rayon de cintrage, plus faible que les TPC, est souvent à 2D (2 x diamètre) soit 15 cm pour les gaines DN75.
  • La peau intérieure peut être en PEBD (polyéthylène basse densité). Le PEBD a comme caractéristique principale la souplesse, donc moins rigide que le PEHD.

Le prix de 50 mètres de gaines VMC peut-être jusqu’à 4 fois celui des TPC !

Il existe des gaines VMC PEHD oblongues (ovales) pour réduire l’épaisseur et faciliter l’enfouissement dans les dalles ou chapes. Je ne m’étendrai pas sur les gaines oblongues puisque j’y suis hostile à cause du nettoyage difficile pour ne pas dire impossible.

Nb) nous verrons plus loin que les caractéristiques des gaines VMC ne sont pas forcément un gage de qualité absolue … même si les professionnels de la ventilation hurlent le contraire sur tous les toits !

Les gaines TPC

Les gaines TPC utilisées dans le BTP servent essentiellement de gaines protectrices de câbles électriques, optiques et autres tuyaux d’eau ou de gaz. Ces gaines sont souvent utilisées enterrées.

Gaine TPC en coupe

On trouve tous les formats dans les gaines TPC, on s’intéresse ici qu’aux formats DN75 et DN90.

Toutes les gaines TPC ont quasiment les mêmes propriétés mécaniques, on peut simplifier en disant, seule la couleur externe change :

  • Rouge pour les réseaux électriques, les fameuses gaines TPC.
  • Jaune pour les réseaux GAZ.
  • Bleue pour les réseaux EAU.
  • Verte pour les réseaux TELECOM.
  • Blanche pour les réseaux fibre OPTIQUE.

Les TPC rouge et GAZ jaune sont généralement certifiées NF en France.

Nb) je ne m’exprime pas sur la qualité de fabrication, dont une peau interne, il faut voir ça sur place chez le distributeur avant d’acheter !

Principales caractéristiques des gaines TPC

  • La peau intérieure peu annelée et de couleur translucide ou noir pour le PEHD recyclé (1)
  • Le rayon de cintrage, plus important que les VMC, est compris dans entre 27 et 45 cm en DN75.

(1) peut-il y avoir d’autres couleurs … ces gaines sont à éviter.

Les gaines TPC avec peau interne noir ne sont pas utilisables en ventilation !

Niveau prix c’est la guerre en Europe pour les gaines TPC, les quantités utilisées sont énormes par rapport aux gaines VMC … mais ça n’explique pas toute la différence de prix !


Différences entre gaines TPC et VMC

Je vous préviens tout de suite, je vais être cash dans ce chapitre !

Le diamètre externe

Le diamètre externe est identique entre TPC et VMC … du DN75 c’est 75 mm et du DN90 c’est 90 mm 🙂

Certains fabricants de gaines VMC font du zèle comme les Uniflexplus avec 76 mm et 91 mm ou pire Hybalans avec son 92,3 mm. Rassurez vous les accessoires de ces fabricants vont très bien sur des gaines standards VMC ou TPC.

Les 76 et 91 mm peuvent être considérées comme standards … le 1 mm de différence est dérisoire.

Une tolérance jusqu’à 2 mm sera compensée par le joint torique d’étanchéité indispensable dans toute liaison d’une gaine PEHD dans le piquage d’un collecteur ou d’un plénum.

Le diamètre interne

Là c’est le « bordel », d’un côté le BTP minimise le diamètre interne en donnant le diamètre minimum de la norme NF et de l’autre les VMC exagèrent comme ce n’est pas permis pour faire croire qu’ils sont les meilleurs avec un gros diamètre interne !

Jeter un œil sur les données techniques des gaines TPC PEHD HEKAPLAST HEGLER … vous verrez vite que c’est l’embrouille car sur la certification NF c’est le ∅ minimum imposé par la norme et dans sa documentation Hegler tient à préciser qu’il est meilleur que les tolérances de la NF 🙁

Ne vous laissez pas impressionner par le diamètre interne et dites vous bien qu’ils sont tous potentiellement faux, surtout pour les gaines VMC. Il peut y avoir jusqu’à 3 mm de différence … ça ne change quasiment rien au volume/perte de charge.

Diamètre interne : les BTP minimisent, les VMC maximisent

Retenez ces diamètres internes : DN75 = 61 mm, DN90 = 75 mm

Les marques et distributeurs de gaines VMC nous prendraient-ils pour des c… ?

Caractéristiques techniques

Les gaines PEHD ne présentent pas de problème de résistance à la compression pour l’enfouissement sous terre, dans une dalle ou une chape et même marcher dessus par accident :

  • Gaines TPC : résistance compression ≥ 450 N (Newtons), écrasement < 5% à 450 N.
  • Gaines VMC : résistance compression entre ≥ 600 N et > 700 N, résistance à l’écrasement (rigidité annulaire) ≥ entre 7 et 8 kN/m2 soit environ 700 et 800 Kg/m2.

Pourquoi la résistance à la compression est-elle plus importante pour les gaines VMC ? La raison que l’on m’a donnée me laisse dubitatif … il s’agirait de prévenir les écrasements par les ouvriers sur les chantiers pendant le stockage et l’installation.

Avertissement : certaines marques de gaines VMC ont la peau intérieure en PEBD (polyéthylène basse densité). Je ne connais pas avec précisions les avantages et les inconvénients sauf à dire que le PEBD est sur le papier plus souple !

L’antistatique des gaines VMC

L’antistatique ne concerne que la peau interne de la gaine.

Il semblerait que l’antistatique soit un critère majeur entre les gaines TPC et VMC ! Autrement dit une gaine PEHD doit être reconnue « antistatique » pour prétendre être VMC.

Un autre critère majeur, c’est l’utilisation de produit « vierge » c’est-à-dire alimentaire et non recyclé. Pour moi c’est clair, tous les PEHD translucides sont « vierges » sans avoir recours à un label.

Gaine Helios de la SdB, après 3 ans

Il y a 2 types d’antistatique :

  • Le chimique par additif rajouté à la fabrication de la matière. Malheureusement cet antistatique a une durée de vie maximum de 4 ans … et je suis large ! C’est exactement ce que j’ai constaté après 4,5 ans sur mes gaines Helios vendues comme antistatiques 🙁
  • Le mécanique en mesurant le surfaçage du produit fini pour garantir un produit lisse. On parle d’une finition antistatique si la résistivité superficielle est ≤ 10¹² Ω … et oui je suis savant 🙂

Nb) Certains fabricants font certifier leurs gaines antistatiques mécaniques pour justifier des gaines VMC avec une jolie étiquette : Tuyau VMC double flux en PEHD.

Malheureusement les poussières arrivent à scotcher plus ou moins vite sur la paroi … même dans une gaine antistatique chimique 😯

C’est un véritable tour de passe-passe cet antistatique car le PEHD est naturellement un isolant électrique de premier ordre et son coefficient de frottement est très faible puisqu’il est comparable au Téflon.

Je ne connais pas la résistivité superficielle du PEHD translucide de l’intérieur des gaines TPC … mais je suis prêt à mettre « quiqui » sur le billot si elle est significativement différente de ≤ 10¹² Ω :mrgreen:

L’antistatique chimique

Ces gaines coûtent plus chères à la fabrication (c’est vérifié) … mais pas autant que la différence des prix actuels entre gaines VMC avec ou sans antistatique (1)

(1) souvent les gaines antistatique par additif chimique sont également antibactériennes … mais ça ne justifie pas quand même la différence de prix !

Comment être certain que les gaines qu’on achète sont bien antistatiques par substance rajoutée puisqu’il n’y a pas de certification officielle … enfin je n’en connais pas. D’ailleurs certaines grandes marques ne revendiquent pas leurs gaines comme antistatiques … c’est plus sûr 8)

Personne n’a jamais prouvé scientifiquement le vrai plus des gaines PEHD antistatiques … pourquoi payer plus cher 😉

Où sont les certifications antistatiques par substance rajoutée au PEHD vierge ?

Le PEHD antistatique chimique reste-il « alimentaire » ? 😈

L’antistatique est un leurre commercial selon moi

L’antibactérien des gaines VMC

Certains marchands vantent un traitement antibactérien généralement aux ions d’argents (1) pour la peau intérieure PEHD de leurs gaines VMC. Par exemple Aldes pour ses gaines Optiflex dit : Conduit véritablement antibactérien grâce à un traitement aux ions argent qui limitent le développement des bactéries.

Gaines PEHD différences

Le terme « limitent » est très ambigu, rien n’est dit nul part pour préciser quelles bactéries et la durée de l’antibactérien … sachant que cette durée ne peut-être que très courte.

(1) je crois qu’il existe aussi un antibactérien par mouillage de la peau interne avec un produit spécial.

Comment ose-t-on nous faire croire que l’antibactérien empêchera les bactéries de s’installer tranquillement avec le temps. De plus la poussière s’accumule inévitablement malgré l’antistatique !

La photo montre l’intérieur de gaines PEHD double-peau, on trouve :

  1. Gaine verte claire avec peau intérieure PEHD translucide donc vierge 🙂
  2. Gaine verte foncée avec peau intérieure traitée antibactérien aux ions d’argent (1).
  3. Gaine bleue avec peau intérieure de couleur blanche.

(1) la couleur grise n’est pas liée aux ions d’argent … c’est juste pour faire illusion 🙁

La couleur interne noire ?

C’est très simple, il faut considérer que la couleur noire c’est du PEHD recyclé, donc surtout pas de couleur noire que les gaines soit VMC ou TPC.

Le seule noir acceptable c’est la peau externe des gaines PEHD traitées anti-UV avec du noir de carbone rajouté à la matière première.

Jamais de couleur noire pour la peau interne des gaine de ventilation !

Les gaines lisses à l’intérieur

Gaines TPC et VMC : la peau intérieure

Un auto-constructeur a acheté des gaines VMC et des gaines TPC, il a constaté que les gaines TPC avaient la peau intérieure avec des ondulations moins profondes que les gaines VMC … j’ai demandé des photos précises et je suis allé gratter pour savoir … bingo :mrgreen:

Tous les fabricants et distributeurs disent de leurs gaines « Elles sont annelées à l’extérieur et lisses à l’intérieur » ! Les plus honnêtes dans le BTP évoquent la paroi interne faiblement ondulée.

Pourquoi trouve-t-on une peau interne ondulée ? La réponse est simple, sans ondulation il serait quasi impossible de cintrer une gaine double-peau !

Les fabricants et distributeurs de gaines VMC veulent nous faire croire avec le terme de « lisse » que l’intérieur est parfait pour le nettoyage. D’ailleurs il est précisé « Gaines facilement nettoyables »

Que dit le dictionnaire du mot « lisse » : dont la surface est unie, polie, sans aspérités.

Ce que j’en dis : les fesses de bébé sont lissent mais au milieu il y a une raie pas toujours propre :mrgreen:

Le Clinside Zehnder : Les gaines Comfotube n’ont pas de certificat antistatique mais un label SKZ sur l’intérieur lisse des gaines.

Le fameux ‘Clinside’ dans les documents commerciaux … le texte de cette labellisation est très sommaire. Personnellement je pense que c’est typiquement un label ‘bidonné’ … un peu comme le certificat fait par Hegler sur l’antistatique mécanique de ses gaines pour justifier un « label VMC ».

Nb) Zehnder n’a jamais été fabricant de gaines PEHD … mais où sont-elles fabriquées ? :mrgreen:

Conclusions sur le « lisse »

Ce qui compte pour le nettoyage, c’est surtout la profondeur des ondulations de la peau interne. Plus la peau interne est ondulée plus la gaine sera cintrable mais plus il sera difficile de bien nettoyer l’intérieur des ondulations !

Gaine lisse et facilement nettoyable … nous prendrait-on pour des dindons ?

Attention aux photos retouchées pour faire croire à l’intérieur ultra lisse des gaines VMC.

Le cintrage des gaines

La grande différence entre les gaines TPC et VMC c’est le rayon de cintrage qui est toujours plus important pour les gaine TPC puisqu’il est jusqu’à 3 fois supérieur à celui des gaines VMC !

Je pense que c’est là que la peau intérieure en PEBD de certaines gaines VMC doit apporter un plus au rayon de cintrage … mais j’aimerais connaitre les inconvénients comme le risque de désolidarisation des 2 peaux … je ne sais pas encore répondre 🙁

Rayons de cintrage :

  • VMC = 2D (diamètre) soit 15 cm en DN75, on trouve même du 13 cm !
  • TPC = 35 cm en moyenne pour du DN75 soit 4D en moyenne.

Attention : des gaines VMC fabriquées façon TPC auront forcément un rayon de cintrage TPC ! c’est le cas de certains fabricants comme par exemple Hegler avec ces gaines VMC Hekatherm fabriquées avec les moules de gaines TPC … donc le rayon de cintrage est TPC !

Les gaines TPC seraient-elles moins bien que les gaines VMC pour faire des boucles serrées à 90° ? C’est vrai mais c’est aussi une grosse connerie de faire des boucles serrées à 90° avec les gaines VMC.

Un peu de bon sens : à diamètre égal plus une gaine PEHD double-peau est « cintrable » plus la peau interne devra avoir des ondulations profondes 🙂

Mais alors comment fait-on si on a un besoin impératif d’une boucle serrée à 90° ? C’est simple on utilise un raccord à 90° (1). Sinon il y a risque de fendillement dans le temps !

(1) que ce raccord 90° soit un spécial VMC ou un coude en PVC d’EU.

Est-ce à dire que les gaines TPC ont des ondulations moins profondes que les gaines VMC ? La réponse est oui, les gaines TPC ont un intérieur « plus plat » que les gaines VMC.

C’est bien beau tout ça mais alors que faut-il privilégier : le cintrage donc plus de souplesse ou une peau intérieure moins ondulée ? Je vous laisse choisir en votre âme et conscience !

Personnellement je pense que si on ne tient pas compte de l’antistatique et de l’antibactérien, le mieux c’est des gaines avec un intérieur peu ondulé car le nettoyage sera facilité.

Nb) un cintrage d’un rayon de 35 cm pour un 90° en DN75 n’a quasiment aucune perte de charge … et dans le temps la gaine ne fendillera pas au cintrage !

Surtout on ne cintre pas une gaine TPC au-delà de ses possibilités … le risque existe que les 2 peaux se dissocient ou même que la peau interne éclate !

Conclusions sur les gaines PEHD

Je ne crois pas un instant à l’antistatique et à l’antibactérien !

Emboitement gaine dans raccord

Il ne faut pas trop cintrer une gaine VMC ou TPC, en DN75 un rayon de 20 cm pour les VMC ou 35 cm pour les TPC est un minimum !

Si on a une boucle serrée à faire, il faut utiliser un raccord 90°

Privilégier les gaines TPC est un choix à assumer à l’installation

Eh oui au-delà du prix moindre des gaines TPC, il s’avère que pour la ventilation les gaines TPC sont pour moi valables sous réserves :

  • d’une peau interne translucide et rien d’autre,
  • d’une date de fabrication récente et une exposition au soleil de moins de 3 mois,
  • d’un nettoyage avant la mise en service,
  • du respect d’un rayon cintrage minimum de 35 cm,
  • de l’utilisation d’un raccord pour des boucles serrées à 90°.

Certains fabricants de gaines font des gaines VMC spécifiques sur demande d’une marque (couleur, souplesse, antistatique, antibactérien) … mais ça personne ne doit officiellement le savoir !

Non à l’antibactérien et à l’antistatique … trop de doutes persistes

Oui aux gaines TPC de qualité vérifiée sur place chez le distributeur

Si gaines VMC, alors choisir les moins chères à 150 €ttc les 50m en DN75

Nb) Les gaines une fois posées doivent impérativement avoir des bouchons au 2 extrémités avant branchements définitifs.

Protéger les gaines PEHD des UV, les gaines doivent le plus possible être dans le noir absolu et au strict minimum à l’abri des UV. sinon le PEHD soumis aux UV commence à se décomposer au bout de 3 ans.

Y aurait-il un fabricant de gaines PEHD qui me donne raison ?

VMC Hegler HEKATHERM

TPC Hegler HEKAPLAST

Eh bien le fabricant renommé Hegler fait des gaines VMC (sans antistatique et sans antibactérien) et avec le même moule de fabrication que les gaines TPC. Donc la peau interne des gaines VMC est peu ondulée … mais le rayon de cintrage est TPC !

Il s’agit des gaines Hegler en VMC les Hekatherm bleues et en TPC les Hekaplast rouges, les deux avec un intérieur translucide.

Nb) le prix des gaines Hegler VMC Hekatherm et TPC Hekaplast ont une différence de prix significative. Certes il y a une différence de résistance à la compression ≥ 450 N en TPC et ≥ 600 N en VMC. De plus les Hekatherm ont un certificat antistatique mécanique mais elles sont vendues sans antistatique chimique 🙂

Gaine PEHD d’un seul tenant

Si vous faites le choix des gaines PEHD en réseau pieuvre, alors privilégier chaque longueur d’un seul tenant entre le collecteur et le plénum de bouche :

  • Éviter les raccords 90° si vous pouvez vous en passer.
  • Les raccords droits sont à proscrire … je dis ça pour les radins !

Raccord 90° idéal

Bien évidemment si vous avez besoin de faire une boucle serrée à 90°, alors aucune hésitation pour utiliser un raccord à 90°. Je conseille le raccord coudé Hybalans (voir photo) parce qu’il a un rebord pour compenser l’épaisseur de la gaine.

Une traversée de dalle ou de mur pour relier la gaine à son plénum+bouche demande généralement un coude à 90° … c’est normal. Pour ce coude terminal vous pouvez utiliser du PVC EU 🙂

Gaines PEHD = pas de problème de bruit

En France le DN90 peut-être choisi si vous avez des gaines de plus de 15 mètres (1)

(1) réflexion à moduler au cas par cas. Pour un cas exceptionnel d’une seule longueur de 20 mètres et toutes les autres à moins de 10 mètres, alors faites DN75 x 2 gaines … ça coutera moins cher.

Conseil : je suis devenu un inconditionnel du mixte DN75 et DN90 avec l’utilisation de collecteurs adaptés à cet usage.

Retour au sommaire

Puits Canadien et VMC-DF

Je ne parle ici que du puits canadien couplé à une VMC-DF en maison résidentielle !

Le puits canadien est très simple dans son fonctionnement par contre sa mise en œuvre est délicate.

Puits Canadien à air

Le principe du PC air : enfouir 50 mètres de gaine de ∅200 mm (174 interne) entre 1,50 et 3 mètres sous terre. Ce conduit servira d’échangeur géothermique air/sol … l’air circulant sera réchauffé en hiver et le rafraichi en été.

Nb) il faut un échange d’environ 20 secondes pour une bonne efficacité, soit une vitesse de l’air d’environ 2 m/s.

Puits canadien air et VMC-DF. Clic pour agrandir

Le puits Provençal c’est l’autre nom du puits canadien.

Il y a une entrée d’air externe à un bout et à l’autre bout on récupère cet air qui c’est réchauffé l’hiver ou rafraichi l’été par frottement contre le conduit.

Un branchement sur une VMC-DF ne nécessite pas de ventilateur propre au PC … mais il faut tenir compte de la perte de charge du PC !

Le conduit du PC doit avoir une pente de 2% et prévoir au point bas une évacuation des condensats (eau de condensation).

Un registre 3 voies permet le choix entre l’air PC ou l’air extérieur (bypass du PC). Le registre peut être commandé par une VMC-DF si cette dernière offre cette possibilité … ce qui est pour moi indispensable avec des consignes de température d’ouverture ou de fermeture du registre.

Attention à la perte de charge

Il est impératif avec une VMC-DF de limiter la perte de charge donc d’avoir 2 gaines de 25 mètres montées en // (boucle de Tichelman) et surtout pas en série ! Les tuyaux montés en // doivent être espacés d’au moins 1 mètre.

Par exemple avec une gaine de ∅174 mm et 200 m³/h, la perte de charge sera d’environ 20 Pa avec 2 gaines de 25 m montées en // et plus de 60 Pa avec une seule gaine de 50 mètres avec une boucle … il n’y a pas photo avec une VMC-DF, la boucle Tichelman est quasiment obligatoire 🙂

Nb) Il faut compter 50 Pa de perte de charge totale pour un puits canadien complet de 2×25 m en ∅174 (gaine PEHD DN200) pour un volume jusqu’à 250 m³/h avec un filtre chaussette G2 sur la borne de prise d’air. Oui je suis un peu fort avec mes 50 Pa, mais avec une filtration, il est préférable d’être prévoyant.

Filtre à air : je parle de G2, certains mettent du G3, d’autres du G1 !

Les points à traiter avec une particulière précaution

  1. L’étanchéité du système afin que l’eau externe ne puisse pas rentrer et noyer le PC.
  2. L’évacuation des condensats que l’évacuation soit naturelle ou par pompe de relevage.

PC air évacuation condensats

L’évacuation des condensats peut être au sous-sol de la maison si l’arrivée dans la maison est le point bas de l’installation. Cette solution est la plus simple, toutefois prévoyez bien un T de liaison PC-VMC avec une ouverture possible pour la maintenance, voir schéma « Puits canadien air et VMC-DF ».

Dans les autres cas il faut prévoir un regard de visite au dessus du point bas et un système de pompage des condensats. Cette solution est plus compliquée et les risques ne sont pas à négliger !

Nb) la condensation (condensats) se produit essentiellement en été. La quantité d’eau peut-être importante !

A vérifier : il est dit qu’avec des tubes en grès enfouis à au moins 3 mètres, il n’y aurait pas de condensation puisque le grès absorbe le peu de condensation qui se formerait !???

La gaine PEHD TPC pour le puits canadien ?

Depuis 2010 les réseaux de gaines PC sont le plus souvent en gaines PEHD double peau DN200. Il existe des gaines spéciales Puits Canadien en DN200 chez Hegler par exemple.

Un site respectable précise «L’utilisation de gaines TPC est déconseillée car ces produits ne respectent pas les critères sanitaires et d’étanchéité indispensables pour une installation pérenne».

L’article en question « est fait par Helios … forcément ça change la donne du raisonnement dès que le business s’en mêle !

Pour moi les gaines TPC double peau sont étanches et alimentaires si la peau intérieure est en PEHD translucide … c’est dit 🙂

Le PC en hiver avec une VMC-DF

Un Puits canadien en hiver est surtout là pour servir d’antigel à la VMC-DF. Ne pensez pas une seconde améliorer significativement le rendement de 85% réels de votre VMC-DF.

Voir démonstration dans l’article Conseils d’installation, chapitre Puits Canadien.

Conseil : en hiver la vitesse maxi de l’air dans le réseau PC devrait être de 2 m/s.

Le PC en été avec une VMC-DF

Un Puits Canadien couplé à une VMC-DF apporte plus d’équivalent énergie pour le rafraichissement que pour le réchauffement l’hiver … surtout dans une maison avec peu d’inertie comme peut l’être une MOB.

Rappel : le Bypass est obligatoire dans une VMC-DF pour rafraichir l’été avec l’air du puits canadien.

Nb) le Bypass dans la VMC-DF n’est pas forcément obligatoire avec un PC si la VMC-DF dispose du mode « été » avec arrêt du ventilateur d’extraction. Cette remarque sur le mode « été » est utile pour ceux qui ne seraient pas adeptes du Bypass dans la VMC-DF 🙂

Attention l’été aux consignes Bypass du PC et celui de la VMC-DF … soyez logique 🙄

Conseil : en été la vitesse de l’air dans le réseau PC peut aller jusqu’à 4 m/s.

Reste une question, quand utiliser le PC l’été ? Je vais vous préciser ce qui me semble logique :

  • Air PC si temp intérieure > temp de confort (disons 24° l’été) et air extérieur > temp de confort (1).
  • Air externe : dans les autres cas.

(1) l’hystérésis : à vous de voir, mais privilégier au moins 3° … attention à un hystérésis trop faible !

On pourrait presque dire qu’en été un PC couplé à une VMC-DF fonctionnera surtout le jour et les nuits de canicule où la température nocturne est proche de la température de confort 🙂

Rappel : rafraichir les nuits d’été, c’est 1500 m³/h d’air frais pour une maison de 100 m² 🙂

Canicule, rien ne vaut un rafraichissement nocturne via des fenêtres ouvertes !

Ne vous prenez pas trop la tête en intersaison !

Autres éléments importants du PC air

Attention il faut que votre terrain se prête à la construction d’un PC et que cette dernière soit faite dans les règles de l’art donc en premier lieu faire une étude d’utilité et de faisabilité.

L’emplacement du PC : si l’effet PC à privilégier est l’hiver le PC sera plein sud de la maison, sinon mettre le PC au nord de la maison ou sur un terrain bien ombragé et si possible avec une pelouse en surface.

Un PC aura une efficacité très différente suivant la nature et l’humidité du terrain, on peut avoir des grandes différences ! Les conductivités sont les suivantes :

  • argile 1.28
  • terre lourde humide 1.30
  • sable sec 0.70
  • sable très humide 1.40
  • calcaire 0.71
  • terre légère et sèche (tourbe sèche) 0.35
  • terrain sablonneux 1.24
  • terre sablo-argileuse humide 1.49
  • gravier saturé 2.20

Les galères du Puits Canadien air qui aboutissent souvent à son abandon, les principales sont :

  • La noyade du PC : l’eau (condensation + fuites) remplit le PC.
  • La pestilence dans les tuyaux donc de l’air insufflé est pollué (1).

(1) Les risques peuvent être limités sous réserve que de l’air circule en permanence dans le PC … plus facile à dire qu’à faire avec une VMC-DF !

VMC-DF basique à flux croisés et PC ?

Certains spécialistes évoquent le couplage « rentable » d’un PC avec une VMC-DF basique à flux croisés bas de gamme mais avec un gros débit pour avoir un meilleur rafraichissement l’été et un meilleur rendement du PC !

C’est vrai qu’avec une VMC-DF bas rendement avec Bypass, le PC apportera plus qu’avec une VMC-DF haut rendement. Mais bon, selon moi ça ne justifie pas encore la rentabilité du puits canadien !

Je vois bien le raisonnement et le principe économique … je vois moins bien l’efficacité d’un tel montage qui restera insuffisant l’été pour vraiment prétendre rafraichir.

Conclusions sur le PC air

Je ne suis pas adepte d’insuffler dans la maison de l’air provenant directement d’un PC air pour des raisons d’hygiène … mais je dois avouer que je suis maniaque sur le sujet 🙁

Nb) Un réseau d’insufflation VMC-DF mal fait (condensation durable dans les gaines) peut aussi présenter des risques d’un air pollué !

Je sais bien que beaucoup revendiquent le non-risque du PC grâce à l’étanchéité du réseau et aux filtres de la VMC-DF … je n’y crois pas trop. Un peu d’humour : le PVC oui le PC non :mrgreen:

Si vous êtes un adepte du Puits Canadien à air, je vous conseille vivement de consulter un vrai spécialiste. Voir un site sérieux sur le sujet, c’est ICI

Retour au sommaire


Puits Canadien à eau

Il s’agit d’un PC où l’air est remplacé par un circuit d’eau glycolée en boucle. Il y a plusieurs écoles qui s’affrontent entre le PC air ou PC eau … je vous laisse seul juge.

Au moins le PC à eau ne peut pas se noyer 🙂

PC à eau schéma de principe

Puits Canadien eau et VMC-DF

Le PC à eau glycolée doit avoir un circuit d’au moins 100 mètres de capteurs géothermiques en DN32 enterrés à au moins 1,50 mètres de profondeur et avec cette longueur inutile de penser rafraichir l’été toute la maison.

Le PC eau doit obligatoirement disposer d’une pompe pour faire circuler l’eau et d’un échangeur air/eau.

Le coût du système à l’eau est plus onéreux en mise en place comme en entretien (1), mais il offre toutes les garanties sur l’absence de problème de pestilence ou de germes.

(1) quoi que, c’est discutable selon la profondeur 🙂

L’hiver, comme pour le PC air, le PC eau est surtout là pour éviter le gel de l’échangeur de la VMC-DF.

Nb) il faut tenir compte de la perte de charge de l’échangeur air-eau !

Pour vraiment rafraichir une maison l’été avec un PC eau il faudrait tripler la capacité en mettant 3 boucles Tickelman c’est à dire environ 300 mètres de capteurs géothermiques … mais pas en insufflant l’air avec une VMC-DF trop peu puissante, il faut un ventilateur spécifique de 1000 m³/h au moins … pour toute la maison 🙂

Différences entre PC air et PC eau

  • le PC air aurait un meilleur rendement (pas d’échangeur),
  • le PC eau est beaucoup plus hygiénique,
  • le PC eau serait plus simple à installer … je n’en suis pas aussi sûr !
  • un PC air consomme moins … pas de pompe de circulation,
  • le PC air présente des risques sanitaires ou de noyade.

Nb) question prix, normalement le PC air est moins cher car il n’a pas d’échangeur air/eau, de pompe et de vase d’expansion mais le PC eau n’a pas de prise d’air ni de système d’évacuation des condensats. Dans la réalité ça se discute au cas par cas … un PC air peut vite devenir compliqué à réaliser.


Conclusions sur les Puits Canadiens

Le résumé que je peux faire pour une utilisation en France avec une VMC-DF :

  • Hiver : comme antigel de la VMC-DF, ne rien espérer de plus … ça fait très cher l’antigel !
  • Été : pour limiter la casse d’une forte hausse de la température dans la maison … rien de plus !

Personnellement j’ai fui la petite usine à gaz PC air ou eau. Si je devais faire une maison neuve, tout le budget PC serait transformé en sur-isolation de la maison dont des fenêtres triple vitrages thermiques et une plus grosse épaisseur de l’isolation. A la revente, une super isolation sera un + certain dans 20 ans ou 50 ans, le puits canadien pas sûr et encore faudrait-il qu’il fonctionne toujours !

Je suis contre un Puits Canadien couplé à une VMC-DF … le jeu n’en vaut pas le chandelle

Retour au sommaire

Le tunnel à galets (TAG)

Faire clic pour agrandir

On peut lire sur Wikipédia : Le tunnel à galets permet de chauffer l’air entrant dans les habitations au moment des saisons plus froides (automne-hiver) et de le refroidir au moment des saisons plus chaudes (printemps-été). Ce système permet d’avoir un décalage de trois à quatre mois entre le moment où de la chaleur est accumulée et le moment où celle-ci est restituée.

A la lecture de cette présentation on peut croire à l’idéal … malheureusement ce n’est pas aussi idyllique 🙁

Le TAG est couplé à un système de ventilation à mi chemin entre la ventilation par insufflation et la VMC-DF … un mixte des 2 systèmes en résumé.

Le principe est comparable au PC sauf que le TAG est sous la maison à 2,50m de profondeur. Le TAG est rempli de galets ultra propres qui serviront au stockage de la chaleur l’été afin de la restituer en hiver … et réciproquement en été.

Nb) le schéma présenté illustre le principe, en aucun cas il peut servir de base pour la fabrication d’un TAG !

Il est possible de construire plusieurs tunnels à galets en // séparés d’au moins 2 mètres et montés en boucle de Tichelman, un peu comme un puits canadien.

Le TAG se construit sous la maison car un des principes c’est la récupération ‘naturelle’ par remontée lente de la chaleur ou du froid depuis le tunnel à galets jusqu’au RdC de la maison sachant que la chaleur se diffuse dans la terre à environ 1 mètre/mois. La maison est donc sans vide sanitaire.

Avertissement : il semble que l’isolation de la dalle du RdC soit obligatoire pour ne pas avoir une remonter de chaleur en plein été … bref ce n’est pas aussi basique, la conception est très pointue !

TAG couplé à une VMC-DF ?

Le TAG n’ai jamais couplé à une VMC-DF traditionnelle, il est incompatible avec une VMC-DF, les volumes et la perte de charge sont très différentes entre les 2 systèmes !

Nb) En été pour charger le TAG en chaleur, il faut un ventilateur d’au moins 600 m³/h pour 4 TAG en //.

Mes conclusions sur le TAG

Les risques avec un TAG sont comparables à ceux du PC air. Mais si un problème d’hygiène ou de noyade se pose avec le TAG, c’est l’abandon quasi assuré car le TAG est sous la maison 🙁

Perso, comme vous le savez maintenant, je suis partisan de la simplicité dans l’efficacité. Ce système ne m’a vraiment pas convaincu car c’est une vraie usine à gaz à la conception mais aussi pour la gestion au quotidien. Certes la gestion peut-être simplifiée en automatisant … mais ça complique un peu plus l’installation.

L’efficacité du TAG est très insuffisante sur toute une année !

Attention le TAG demande une minutie extrême dans sa fabrication

Le TAG est peut-être une solution dans des régions tempérées l’hiver et chaude l’été comme le sud de la France et nettement moins bien à Chamonix ou en Belgique par exemples.

Nb) à choisir je préfère un PC air à un TAG.

Retour au sommaire

La domotique sur une VMC-DF

Mon but est d’essayer de présenter la domotique en général et celle de la VMC-DF en particulier. Je n’ai nullement la prétention d’expliquer la domotique, juste une approche « vulgarisée » pour les nuls 🙂

Nb) les aficionados et spécialistes de la domotique ne lisez pas vous allez vous faire mal aux yeux :mrgreen:

La domotique VMC-DF a le vent en poupe depuis 2013. Aujourd’hui toutes les nouvelles VMC-DF de milieu et haut de gamme offrent l’option « domotique ». C’est devenu un sacré argument commercial … même si au final c’est souvent de la poudre aux yeux plus qu’une réelle utilité 🙁

L’utilisation d’un Smartphone c’est de la domotique ?

Smartphone avec domotique

Les VMC-DF permettent aujourd’hui hors option domotique d’utiliser un Smartphone via le WEB et une APP mobile proposée par la marque de VMC-DF. Ce n’est pas de la vraie domotique au sens pur !

Nb) quand je dis Smartphone j’englobe Iphone Apple (IOS) et Android … mais une APP IOS ne fonctionnera que sur matériels Apple, une APP Android fonctionnera sur téléphone Android et généralement sur tablette 🙂

Pour la suite je parle d’APP mobile quelque soit le système Android ou IOS.

L’APP mobile c’est tout simplement un logiciel qui se charge sur votre téléphone pour permettre de voir et commander votre VMC-DF reliée à votre box internet par liaison filaire ou WIFI.

Attention : quand vous utilisez l’APP mobile, il y a toutes les chances que le constructeur puisse aussi voir vos paramètres d’installation … et aussi savoir si vous changez régulièrement les filtres :mrgreen:

Cette gestion sur Smartphone via une APP mobile sera soit gratuite soit à un coût d’environ 150 € si l’option est payante. Sans BOX internet chez vous, ça sera mission impossible puisque votre Smartphone ne pourra pas atteindre votre VMC-DF 🙁

La domotique en 2017 c’est quoi ?

C’est pouvoir faire des interactions entre les domaines domotiques de votre maison comme le chauffage, les volets, la VMC-DF, l’éclairage, la gestion de panneaux photovoltaïques pour une autoconsommation, etc.

La domotique digne de ce nom c’est par exemple : on rentre à midi à la maison inoccupée, on ouvre le portail et automatiquement les volets se lèvent ou les volets se baissent côté soleil en été et la VMC-DF passe en vitesse jour. La domotique est « sans limite », elle peut aller jusqu’au vrai gadget comme lancer sa cafetière dès que la lumière de la chambre est sur ON en semaine entre 6h et 7h :mrgreen:

J’ai plus de 40 ans d’expérience en informatique, je me permets humblement de dire ce que je pense de la domotique sur une VMC-DF même si je ne suis pas spécialiste de la domotique.

Pour simplifier l’approche domotique je vais aborder divers cas d’automatisation pour aboutir sur ce que j’appelle « la vraie domotique ».

Ampoule domotique à led 70€

Il y a pour moi 5 types d’automatisation

Le 1er type

Ça consiste à automatiser deux fonctions entre elles, comme par exemple allumer la lumière de la salle-de-bains et automatiquement la vitesse Boost de la ventilation démarre. C’est facile, simple, efficace et pas très onéreux si la VMC-DF prévoit cette possibilité dans ces connecteurs 🙂

On peut parler ici de « domotique du pauvre ». Prix abordable moins de 50€.

Nb) si la VMC-DF ne prévoie pas cette possibilité, l’automatisation reste possible mais il faudra sérieusement s’y connaitre pour arriver à faire ce montage électrique !

Le 2ème type

C’est par exemple automatiser l’ouverture de sa porte de garage déjà motorisée bien sûr ! Il suffit d’acheter une petite télécommande et un micro-module domotique à rajouter à votre inter existant. C’est efficace pour un prix modique d’environ 100€ … mais ce n’est pas encore de la vraie domotique 🙂

Le 3ème type

C’est le début de la domotique mais intrinsèque à un domaine (chauffage ou VMC-DF) donc sans interaction entre domaines. Avec l’option « domotique » l’APP domotique du constructeur ressemble fortement à L’APP mobile mais la présentation et les possibilités peuvent être différentes.

Une fois l’option « carte domotique » installée sur votre VMC-DF c’est du plug-and-play … mais ici nous restons cantonnés au seul domaine de la VMC-DF, pas question avec l’APP domotique de votre VMC-DF d’aller driver la chaudière 🙂

Inutile de vous dire qu’une APP domotique sur un seul domaine ne sert à pas grand chose par rapport à l’APP mobile souvent gratuite mais pas toujours.

Mais l’option « domotique » peut vous affranchir de beaucoup d’options du constructeur et choisir vos propres accessoires domotiques (capteur d’ambiance, etc.) … quoi que ça reste quand même à vérifier 🙂

Le 4ème type

Là ça devient sérieux, on entre de plein pied dans la vraie domotique puisqu’on pourra faire des interactions entre les domaines domotisés dans votre maison (VMC-DF, interrupteurs de lumière, prises électriques, chauffage, etc.).

Le plus simple sera d’avoir tous les domaines dans le même protocole domotique par exemple KNX, voir explications ci-dessous). Je vulgarise beaucoup : il ne restera plus qu’à implémenter les interactions entre les domaines.

Prise-plug domotique 60€

Les prix peuvent aller de 500€ à 3000€ suivant le protocole, les domaines domotisés et les accessoires domotiques nécessaires comme le contrôleur domotique, les interrupteurs de lumière, les actionneurs de volets, les prises électriques, l’option « domotique » de chaque appareil (VMC-DF, chaudière, PAC, etc.).

Le problème c’est comment faire pour les interactions entre domaines ?

Il existe des logiciels facilitant la création d’un APP domotique ‘centralisé’ avec des possibilités d’interaction entre domaines. C’est simple pour un féru de domotique mais si vous êtes débutant, inutile de vous dire qu’il faudra vous accrocher 🙂

Si vos domaines sont dans des protocoles domotiques différents (KNX, X10, Z-wave, etc.), il existe des contrôleurs centralisés capables d’émettre et de réceptionner plusieurs protocoles. Il existe aussi des Donges, sorte de clé USB capable de transformer un protocole X et un protocole Y.

Nb) attendez vous quand même à devoir bidouiller un peu dont de la programmation « simple » à partir de Widgets (1) que le contrôleur centralisé offrira 🙁

(1) un widget c’est un petit programme tout fait, il vous reste à le paramétrer comme vous souhaitez.

L’option « domotique » de la VMC-DF (carte domotique pluggée sur la carte mère ou box domotique séparée) sera obligatoire pour rester dans une approche simple « plug-and-play ». Idem pour les autres appareils !

Mais ce n’est pas fini car il vous faudra, pour les domaines que vous voulez domotiser, faire toutes les installations matériels et filaires nécessaires (capteurs d’ambiance qualité de l’air, prises domotiques, interrupteurs domotiques, modules actionneurs, contrôleur domotique, etc.) … et là croyez moi ce n’est pas simple même si dans certains cas il suffit de plugger une prise domotique sur une prise standard … et surtout ce n’est pas donné 🙁

Le 5ème type !

C’est le pré carré des « bidouilleurs de génie » … c’est le « haut vol de la domotique à papa » … c’est du cousu main avec beaucoup de programmation pas simple et surtout beaucoup de temps 🙂

Ici pas de carte domotique et pas de plug-and-play, mais utilisation du langage MODBUS (gratuit ou en option) sur les VMC-DF ou autres.

Nb) les bidouilleurs de génie sont en voie d’extinction … normal tout va très vite, de plus en plus le marché offre des solutions toutes faites et quasiment en plug-and-play 🙂

Je signale au passage que ce 5ème type est le passage obligé dès lors que le domaine à domotiser (votre VMC-DF par exemple) n’a pas l’option « domotique » ! Sur les VMC-DF d’avant 2013, c’était le cas.

Les vrais spécialistes ou ‘les bidouilleurs de génie’

Raspberry Pi2 40€

Tout ce méli-mélo de protocoles, de limites et de coûts font que les vrais passionnés de la domotique fabriquent (ou fabriquaient !) leur domotique « maison » à partir d’une carte mère type Raspberry PI2 ou PI3 qui deviendra une « box domotique » après beaucoup d’installation de matériels, de branchements et de développements informatiques via des outils opensource comme Feedom et/ou des développements en langage perl ou autres.

En cherchant bien sur les forums, vous trouverez des applications toutes faites généreusement mises à disposition par ces vrais spécialistes toujours serviables et généreux. Bien évidement souvent pour ne pas dire toujours chaque application domotique développée est valable pour une marque et un modèle de VMC-DF.

NB) la domotique « maison » est surtout possible si vous avez sur la VMC-DF un protocole de communication utilisable comme un Modbus RTU.

Attention : il est possible de faire joujou avec le 0-10v des ventilateurs mais là gaffe à ce vous vous faites, je vous déconseille sérieusement cette pratique.

Inutile de dire qu’avec le « bidouillage » c’est moins cher … mais pour aboutir il faut être passionné et féru de domotique tout en étant un spécialiste de l’électronique et de la programmation informatique 🙂

Aujourd’hui les vrais « pointus » de la domotique sont ces « bidouilleurs de génie » qui retroussent les manches au sens propre comme intellectuel tout en ayant le souci du WAF (Wife Acceptance Factor) … un point crucial pour justifier le temps passé, les dépenses … et faire les bons choix acceptés par Madame 🙂

C’est ces « bidouilleurs de génie » que beaucoup viennent solliciter sur les forums pour pouvoir avancer dans leur quette de domotique … surtout quand la VMC-DF n’a pas l’option « domotique ».

Rappel : avec les nouvelles offres en plug-and-play, les spécialistes de génie se font de plus en plus rare 🙂


La domotique est-elle utile pour une VMC-DF ?

Je n’aborde pas la question du prix mais attendez vous à devoir sérieusement faire chauffer la mastercard !

Personnellement je ne crois pas que la domotique soit valable dans le domaine VMC-DF … même si les adeptes du genre trouveront toujours de bonnes raisons comme être dans son temps, le côté pratique ou l’économie d’énergie.

Certes il y a les cas d’automatisations agréables comme par exemple je vais sous la douche et automatiquement la VMC-DF se met en vitesse Boost … mais pour ça pas la peine d’avoir la domotique, toutes les bonnes VMC-DF savent le faire hors domotique !

Prenons un autre exemple, je mets en marche la hotte de cuisine et la VMC-DF se met automatiquement en vitesse Boost … là aussi certaines VMC-DF savent le faire sans domotique. Sinon il vous faudra obligatoirement passer par la domotique.

Bref pour 1 ou 2 cas favorables en VMC-DF faut-il créer une usine à gaz domotique ou juste résoudre ces automatismes via les connecteurs prévus sur le caisson de la VMC-DF ?

La domotique reste indispensable dans des cas majeurs comme l’aide aux handicaps

Si vos autres systèmes (chauffage, …) sont domotiques alors oui c’est une suite logique

L’exception qui confirme la règle

Prenons l’exemple d’une Maison Passive chauffée via la VMC-DF, c’est possible avec par exemple un postchauffage VMC-DF via batterie eau branchée sur votre chaudière.

Comment régler à distance 4 heures avant de rentrer à la maison, le thermostat d’ambiance, tout en augmentant le volume d’insufflation de la VMC-DF pour assurer un chauffage efficient ? La domotique sait régler cette équation pas aussi complexe que ça … je vous laisse réfléchir pour savoir si le jeu en vaut la chandelle :mrgreen:

Micromodule interrupteur 50€

La domotique est-elle aussi simple ?

Je ne parle pas d’une consultation des températures ou d’un changement de vitesse depuis son Smartphone 🙂

En 2016-2017 je peux affirmer que la vraie domotique ce n’est pas aussi simple … même si vous y mettez le prix pour avoir le plus possible du plug-and-play dont celle de votre VMC-DF avec l’option « domotique » qui vous coûtera environ 400€ pour un protocole KNX.

Nb) attention, bien regarder pour chaque VMC-DF ce qui sera possibles de faire avec l’option « domotique » … sinon vous risquez d’être déçu 😈

Avec ça, vous ne faites rien de particulier sans un autre domaine en interaction avec votre VMC-DF comme par exemple la hotte de cuisine ou l’interrupteur de lumière de votre salle-de-bains … je reste simple.

Certes on peut vouloir faire de la domotique « light » parce que l’APP mobile est trop limitée. Par exemple impossible de voir les températures de toutes les sondes sur l’APP mobile alors que la domotique VMC-DF le permet … mais attention :

ne croyez surtout pas que l’option « domotique » sur une VMC-DF vous permette de tout faire … non, les constructeurs décident des fonctionnalités ouvertes à la domotique dont celles en consultation uniquement et celles en consultation-modification !

Nb) sur beaucoup de VMC-DF les possibilités domotiques sont moins importantes que celles offertes sur le panneau de commande ou la commande digitale à distance 🙁 🙁 🙁

Sans domotique vous pouvez gérer des poussoirs Boost, des capteurs, etc.

La vraie domotique d’une VMC-DF n’apportera pas grand chose d’efficace


Quelques explications sur la domotique

Je parle ici de domotique et pas des branchements électriques sur des connecteurs du caisson de la VMC-DF pour prendre en compte des accessoires comme un Boost de salle-de-bains ou des capteurs d’ambiance sur la qualité de l’air (CO2 ou COV).

En domotique tous les appareils interfacés entre eux (actionneur lumière, hotte de cuisine, prises électriques, VMC-DF, chauffage, etc.) doivent passer par le même « nœud domotique » … d’une façon ou d’une autre !

Box domotique Fibaro-HC2 600€

La domotique impose un contrôleur, une sorte de petit ordinateur spécialisé qu’on appelle « box domotique ».

On trouve de plus en plus le contrôleur domotique intégré dans le matériel, c’est la fameuse option « domotique ».

Malheureusement en domotique plusieurs protocoles de communication existent comme par exemples KNX, Z-wave, X10 et d’autres. Si votre éclairage est en KNX, seul un contrôleur acceptant le protocole KNX fonctionnera.

Rassurez vous, de plus en plus de BOX domotiques sont multi protocoles, ce qui n’est pas le cas de l’option « domotique » intégrée au matériel comme une chaudière 🙁

Voir sur internet les très nombreux matériels domotiques proposés sur le marché … vous n’allez pas être déçu 😯

Nb) KNX est un super protocole mais il n’est pas donné … c’est pour ça que le matériel domotique en protocole KNX coûte plus cher 🙁 🙁

Les box domotiques

Il y a beaucoup de fabricants de box domotiques (Fibaro, Zodianet, …), plusieurs protocoles sont possibles sur une même box … à voir pour chaque marque !

Une BOX domotique est généralement « spécialisée », par exemple sur les luminaires et les volets mais pas sur le chauffage et la climatisation, le cas échéant pour gérer tout ça, il faudrait au moins 2 box domotiques !

Rappel : chaque box domotique dispose de son APP mobile pour voir et driver depuis son Smartphone. Si vous avez 2 box pour gérer 2 domaines, vous aurez 2 APP mobiles différentes sur votre Smartphone.

Les prix d’une box domotique vont de 200 à 2000 €ttc sans le matériel domotique comme les interrupteurs les prises et autres. Certaines box domotiques sont ouvertes aux développements informatiques.

Le must est donc d’avoir pour toute la domotique de sa maison (éclairages, chauffage, VMC-DF, volets, arrosage, frigo, cafetière, etc.) une ou plusieurs box domotiques mais une seule APP mobile pour tout gérer depuis son Smartphone … ce qui n’arrive jamais sans mettre les mains dans le « cambouis » ou rajouter un superviseur domotique (voir ci-dessous) :mrgreen:

La domotique sur une VMC-DF

Carte domotique VMC-DF

La plupart des VMC-DF actuelles embarquent leur propre domotique plug-and-play soit par ajout d’une carte domotique pluggée sur la carte mère, soit via une box domotique externe mais propre à la VMC-DF. Dans tous les cas c’est une option 🙁

Box domotique VMC-DF

Nb) carte domotique ou box domotique c’est pareil dans l’utilisation.

La domotique d’une VMC-DF a sa propre APP mobile utilisable sur son Smartphone. Mais une APP limitée au domaine de la ventilation et à ce que le constructeur aura bien voulu prendre en compte dans sa domotique … ne rêvez pas trop !

Les limites de la domotique VMC-DF par plug-and-play sont là, un seul exemple, une hotte de cuisine mise sur ON entraine automatiquement la vitesse Boost sur la VMC-DF. Ce cas d’interaction externe doit être prévu dans la domotique de la VMC-DF sinon ça ne sera pas possible en plug-and-play. De plus, il faudra une hotte « domotisée » au minimum via une prise électrique domotique.

Le Modbus RTU

Vous lirez souvent dans les documents VMC-DF : Modbus RTU RS485, Modbus RTU RS232, etc. Il ne s’agit pas de domotique à proprement parler mais d’un protocole de communication normalisé entre la VMC-DF et sa commande digitale ou entre la VMC-DF et l’APP mobile ou pour la gestion d’un bâtiment.

Le Modbus RTU est souvent utilisé pour la gestion globale d’un bâtiment avec plusieurs appartements. Il y aura une VMC-DF « maîtres » avec sa commande, les autres VMC-DF seront « esclaves ». Chaque VMC-DF « esclave » à sa propre commande pour faire au moins le choix de la vitesse Boost … tout le monde ne prépare pas les repas aux mêmes heures 🙂

Nb) on peut aussi faire une gestion du bâtiment pour les VMC-DF en passant par la domotique !

Rappel : le protocole de communication Modbus RTU normalisé est utilisé pour développer une domotique « maison » via programmation … voir ci-dessus ‘Les bidouilleurs de génie’.

Le superviseur domotique

Contrôleur Domotique

J’aborde vite fait ce système fait pour la domotique globale de votre maison. Il s’agit d’un super contrôleur « homeLYnk » de Schneider ou « LogicMachine » par exemples.

Un superviseur de ce type est quasiment capable de gérer toute la domotique de votre maison dans des protocoles domotiques différents et aussi les Modbus RTU RS485 et RS232 … les plus répandus en VMC-DF.

Il ne faut pas rêver, ce n’est pas aussi simple que ça car il faudra paramétrer le superviseur pour lui dire ce que vous voulez faire 🙁

L’APP mobile du superviseur sera à implémenter soit à partir de widgets prédéfinis et paramétrables, soit à partir d’un langage informatique comme par exemple le LUA si vous vous voulez du « cousu main ».

Une connexion WEB et une APP mobile « superviseur » sont disponibles avec le superviseur domotique qui devient le serveur de toute votre domotique. Sera-t-il le seul serveur domotique utilisé ? C’est préférable, sinon la gestion domotique depuis votre Smartphone se fera depuis plusieurs APP 🙁

Je ne rentre pas plus dans le détail car ça se complique vite … je n’ai plus l’age :mrgreen:

Pour mieux comprendre, aller jeter un œil ici

Choix à faire avec un superviseur domotique :

  • L’option domotique n’est pas obligatoire sur la VMC-DF si vous avez de série un Modbus RTU valable !
  • L’APP mobile VMC-DF n’est pas obligatoire si tout passe par le superviseur !
  • L’option domotique VMC-DF est obligatoire si la VMC-DF est dépourvue d’un Modbus RTU valable !
  • Les capteurs d’ambiance seront au choix ceux du commerce ou ceux du fabricant de la VMC-DF (1)

(1) si accessoires du commerce, c’est en général vous qui les gérerez pour donner les bonnes consignes à la VMC-DF !

Le superviseur est valable si vous envisagez ou avez déjà une domotique généralisée

Attention c’est simple si on maitrise la domotique et un minimum de programmation

Le superviseur spécialisé photovoltaïque

Aucun doute, les superviseurs domotiques spécialisés c’est l’avenir depuis 2018. Terminé le « bidouillage », on se dirige vers du simple de mise en œuvre donc du plug-and-play pour gérer plusieurs appareils de la maison depuis un seul superviseur avec son APP mobile.

Ne rêver pas trop là aussi, il s’agit avant tout d’un domaine particulier comme les panneaux photovoltaïques et leur gestion en autoconsommation … donc potentiellement presque tous les appareils de la maison (LL, LV, SL, PAC, ECS, chauffage) sont concernés mais pas les volets dans le cas présent 🙂

Prenons l’exemple du superviseur SMA Sunny HomeManager, il fonctionne en serveur wifi et le protocole EEBUS. Il y a un site SMA en Français.

Exemple de gestion du photovoltaïque en autoconsommation

2 solutions avec possibilité de mixage :

  • Prise domotique compatible SMA à mettre sur chaque appareil (LV, LL, …). Dans ce cas il faut choisir pour chaque appareil le programme, mettre la machine sur ON et la prise en veille contrôleur.
  • Appareil intelligent (SMART) avec la norme de communication EEBUS qui permet une gestion complète depuis l’APP SMA HomeManager. Cette solution est mieux avec des appareils plus pointus en gestion comme une PAC ou un cumulus ECS.

Nb) un appareil SMART (appareil intelligent) a son serveur WEB et son APP mobile pour gérer l’appareil depuis son Smartphone. Il peut-être Wifi ou simplement filaire Ethernet.

Il est évident que le prix d’un appareil SMART (LV, PAC, etc.) sera un peu plus élevé que le même appareil sans SMART. Je ne suis pas allé voir la différence de prix moyen.

Superviseur photovoltaïque SMA Sunny HomeManager prix placement compris environ : 700€
Prise domotique compatible SMA EEBUS environ : 35€

SMA permet de gérer l’ensemble du photovoltaïque dont l’onduleur SMA Sunny Boy et le gestionnaire de batteries Sunny Boy Storage.

Il existe d’autres marques de contrôleur PV en autoconsommation.

Bref c’est une offre complète en plug-and-play … pas besoin d’être un « bidouilleur de génie » pour ce type d’installation. Attention toutefois à bien vérifier la compatibilité entre un appareil SMART et le superviseur photovoltaïque.


Mes conclusions sur la domotique

L’engouement sur la qualité de l’air et la domotique est bien perçu par les fabricants de matériels. Avec la mode du Smartphone et des connexions tous azimuts les professionnels n’allaient pas se priver de l’aubaine.

Il est vrai que la domotique dont celle de la VMC-DF a de plus en plus d’adeptes 🙂

Personnellement je reste dubitatif … je n’arrive pas à voir ni à comprendre l’intérêt réel d’une VMC-DF domotisée. Et je ne parle pas des coûts, des difficultés, des risques de panne ou des usines à gaz :mrgreen:

Il y a tout sur une VMC-DF pour bien faire sans domotique

La domotique est sans limite … la passion n’est pas souvent raison

Je déconseille la domotique sur une VMC-DF

Conseil avec la domotique : vous allez devoir faire un choix entre du filaire ou du Wireless (sans fil). Je vous conseille en maison neuve de préférer le filaire qui offre plus de pérennité à long terme, vous serez moins dépendants des évolutions et du changement de matériels domotique.

Fin de l'article

Vos questions possibles uniquement dans l'article Questions-réponses